Accueil / Culture / Littérature / BD / Bitch Planet – Du sexisme à faire frémir les féministes !!

Bitch Planet – Du sexisme à faire frémir les féministes !!

Écrite et illustrée par deux femmes, « Bitch Planet » aux Éditions Glénat Comics est une bd qui va vous sidérer par son univers dystopique patriarcal, vous faire « bouillir les nerfs » que vous soyez un homme ou une femme (surtout une femme en fait !) et vous rappeler probablement beaucoup de « bons » souvenirs de notre chère histoire !!!! Découvrez ce premier tome paru le 4 Mai 2016 !

Bitch Planet ©Éd.Glénat Comics
Bitch Planet ©Éd.Glénat Comics
Bitch Planet ©Éd.Glénat Comics
Bitch Planet ©Éd.Glénat Comics

L’histoire :

Dans un monde où le pouvoir est attribué aux hommes, que fallait-il attendre du sort des femmes ??
Une éviction certaine de la terre pour tout ce qui fait « LA » « femme » en soit : son caractère, son physique, ses manies … ! Toutes les femmes « non-Conformes », entendez par là, ne correspondant pas aux critères imposés par les hommes, sont envoyées en « redressement » par containers réfrigérés, dont certaines ne sortiront pas vivantes, sur une planète carcérale du nom de « Bitch Planet » !
Là, le « cancer qui ronge l’humanité » par son imperfection, est accueilli comme du bétail : nu, affublé d’un numéro, et dirigé dés son arrivée, par un hologramme féminin « parfait » à qui ses femmes doivent confesser leurs péchés, et des gardiens masqués qui tentent de maintenir l’ordre !
C’est par un nouvel « arrivage » que Penelope Rolle, Lizzie, Meiko, Kamau et Marian Collins se retrouvent en pleine mêlée, déclenchée par le mécontentement d’une d’entre elles à ne pas rentrer dans son nouvel uniforme !!!

Marian est totalement terrorisée … Elle estime n’avoir rien fait et ne comprend pas pourquoi elle a été déportée ! Pendant ce temps sur terre, Monsieur Collins, pleins de remords, cherche à faire rapatrier sa femme … Mais sur « Bitch Planet », les faibles n’ont pas leur place !

Kelly Sue Deconnick et Valentine De Landro nous présentent la satire d’une société masculine apathique devant le sort de ses femmes, d’un univers dominé par des hommes qui s’ennuient dans leur piètre existence de pouvoir total, et d’un univers carcéral bien particulier, où les gardiens voyeurs n’hésitent pas à profiter de leurs positions ! Une bd qui DOIT vous hérisser le poil (si vous n’êtes pas épilées/és !!), et vous sensibiliser, séance tenante, à un problème récurrent qui nous touche probablement à toutes (et à tous) : le droit des femmes !
L’intrigue commence dans ce premier tome, avec l’assassinat de Marian Collins et l’accusation de l’une des « non conformes » nouvellement arrivées, la présentation des différentes détenues et l’émergence des protagonistes principales, chacune avec un but bien précis !

Bitch Planet ©Éd.Glénat Comics
Bitch Planet extrait 1 ©Éd.Glénat Comics

Après la découverte des capacités physiques de certaine, la direction de cet « établissement auxiliaire de conformité » va proposer un événement « salvateur » qui va bouleverser la donne : les détenues devront former une équipe qui se mesurera contre des gardiens, dans un championnat sanglant et morbide, nommé le :   « Mégaton » ; descendant du « Calcio Florentin », un jeu mêlant lutte et jeu de balle, tous les coups seront permis : les femmes telles des « gladiateurs » devront combattre dans un championnat retransmis sur terre, afin d’amuser la gente masculine, assurer les revenus de ce système carcéral, et ainsi peut être, obtenir la levée de leur sentence, si elles gagnent, pour partir de cette planète maudite et pouvoir revivre sur terre : un véritable miroir aux alouettes qui génère des idées d’évasion dans la troupe ! Un jeu qui nous rappelle bien évidemment celui du célèbre film « Roller Ball » par son univers, et « Hunger games » par ses jeux de manipulations et de pouvoirs ! (je vous l’ai dit que ça vous rappellerais des choses !)

Malgré les apparences, « Bitch Planet » possède un vrai scénario complexe : chaque chapitre est entrecoupé par des planches publicitaires « Fifty’s like » qu’on aimerait ne jamais avoir vues exister !!!! N’oublions pas que jusqu’au siècle dernier, ces sortes de pub faisaient rage avec le genre de slogan bien lourd et sexiste du style décrit ici :

« Conseils aux demoiselles » : « tu ne seras jamais assez bien », ou cette pub pour un médicament imaginaire : « Accordex : parce qu’il en a marre de t’entendre » !!
nous rappelant que le pouvoir des « hommes » et l’oppression des femmes, a déjà existé bien avant la création de cette BD et que tout ceci est malheureusement bien présent encore dans certains pays, et même bien ancré dans certaines mentalités actuelles ! Vous voyez de quoi je parle ?! Naaan ??!! Passez votre chemin, vous n’êtes pas digne de cette bd alors :)A contrario, on a ce look très années 70, avec des illus aux colorations flashy et une typographie qui ferait pâlir un Roy Lichtenstein, faisant bien évidemment référence à « la libération des femmes » et leur émancipation à l’époque !

Bitch Planet ext2 ©Éd.Glénat Comics
Bitch Planet ext2 ©Éd.Glénat Comics

La construction des personnages met en évidence la notion de liberté individuelle, de libre arbitre, mais surtout de cohésion raciale pour supplanter le pouvoir des « hommes » : les protagonistes principales ont, non seulement un sacré caractère, comme Kamau Kogo, beauté sportive noire, individualiste à son entrée sur Bitch Planet qui va devoir s’associer pour arriver à ses fins, mais aussi une véritable identité à la fois pure et controversée, comme cette fabuleuse, forte et plantureuse, Pénélope, qui ose être fière de sa « non conformité » et s’accepte telle qu’elle est ! Entre complot, manipulation et dessein personnel, le suite de l’histoire risque d’être plus que riche en rebondissements 🙂

« Bitch Planet » aux Éditions Glénat Comics, c’est une Bd qui mène une réflexion brillante sur la place et la valeur des femmes en ce monde ; sur leur puissance en tant qu’individu, sur l’union féminine contre les faiblesses masculines … c’est aussi une bd intriguante quand au devenir de ces différentes protagonistes, ce qui vous plongera probablement dans une attente insoutenable du deuxième tome !!!

Soyez « non conforme », adhérez à la cause de ces femmes, n’ayez pas peur de voir voltiger votre paire de « c—–es » en vous frottant à cette équipe si vous êtes un homme, essayez de comprendre la situation, et courez vous cherchez ce premier tome mirifique, terminé par les interviews exclusives des auteur(e)s, un dossier complet sur la culture pop et le féminisme, des témoignages de meufs et cadeau : une série de superbes couvertures !!!

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

A propos stef emma

Rat de laboratoire, BDphile, et couteau en second sur Le bon goût des choses ( végétarien, végétalien)

A lire aussi

Edouard Baer en virée Parisienne dans « Ouvert la nuit »

Nous avions rencontré l’homme de théâtre et de cinéma à Nîmes, en coulisse de sa ...

Lire les articles précédents :
« MAMAN » : douce déclaration d’amour des Thés George CANNON

Dès que j'en ai l'occasion, je vous présente les dernières nouveautés des Thés George CANNON. ...

Festival de Cannes : les frères Dardenne en compétition

Pour ce septième jour de la compétition du Festival de Cannes, deux films étaient présentés ...

La défense et la sécurité recrutent : premier salon en ligne

Pôle emploi organise du 17 au 31 mai, le premier salon en ligne des métiers ...

Fermer