Accueil / Culture / Cinéma / Coexister, le nouveau film de Fabrice Eboué

Coexister, le nouveau film de Fabrice Eboué

Le dernier film de Fabrice Eboué Coexister sort en salles le 11 octobre. Il y a quelques jours, il était à Nice lors d’une avant-première. Nous avons pu le rencontrer.

Après Case départ réalisé avec Thomas N’Gijol et Le crocodile du Botswanga réalisé en trio avec Lionel Stekette et à nouveau Thomas N’Gijol, Fabrice Eboué revient au cinéma, en solo cette fois mais avec la triple casquette de scénariste, réalisateur et acteur. Un triple plaisir pour lui. Il a pris vraiment le temps d’écrire le scénario de ce film dont il est très fier.

Coexister met en scène un producteur à la dérive (Fabrice Eboué) qui, sous la pression de sa patronne (Mathilde Seigner) pour renouer avec le succès, se met en tête de monter un groupe de musique un peu particulier, composé d’un imam (Ramzy Bedia), d’un rabbin (Jonathan Cohen) et d’un prêtre (Guillaume de Tonquédec). Mais très vite il s’aperçoit que les hommes qu’il a recrutés sont loin d’être parfaits et irréprochables.

L’idée lui est venue un jour qu’il regardait des vidéos sur Youtube et qu’il est tombé par hasard sur un clip des Prêtres chanteurs, ce groupe fondé en 2010 à l’initiative de monseigneur Di Falco. Intrigué, il s’est renseigné et a appris que l’un des prêtres avait quitté l’aventure après une tournée triomphale. Loin de vouloir copier cette histoire, il a décidé de confronter trois religions, avec trois hommes pas exemplaires et pas forcément prêts à faire des efforts pour s’entendre. Le film parvient à montrer à quel point il est difficile de dialoguer quand on reste dans les carcans de sa culture et de sa religion. Le titre est donc particulièrement bien choisi. Le chemin est long avant de pouvoir coexister.

S’il aborde le thème de la religion, le film met aussi l’accent sur une histoires d’artistes et d’amitié à priori impossible. Fabrice Eboué, habitué à un humour grinçant, a peaufine les dialogues. On rit souvent et beaucoup face à des répliques pleines d’impertinence et des gags parfois osés. « Le rire reste le meilleur remède contre l’intolérance ! », reconnaît-il.

Se dégagent du film beaucoup de bienveillance et une belle énergie. La chanson interprétée par les trois religieux, à la chorégraphie savamment étudiée, vient renforcer encore davantage cette impression. Elle est fédératrice et entraînante. Les acteurs se sont beaucoup investis pour leurs rôles, prenant des cours de danse et de chant. Fabrice Eboué nous a confié que seul Jonathan Cohen avait chanté lui-même, les autres ayant bénéficié d’une doublure. Ce qui est sûr, c’est que régnait une bonne ambiance sur le plateau !

Pour de tels rôles le choix des acteurs était très important pour Fabrice Eboué. Le rôle de l’imam qui aime l’alcool et les femmes était écrit pour Ramzy Bedia. En voyant le film, on se rend compte que confier le rôle du prêtre à Guillaume de Tonquédec était une évidence. Fabrice Eboué ne tarit pas d’éloges sur Jonathan Cohen qui interprète le rabbin. Il a aussi fait appel à Audrey Lamy pour incarner sa collaboratrice, qui souffre d’être seule et qui enchaîne les aventures. Tout le monde a été formidable et a fait de ce film une belle aventure.

Après Coexister, Fabrice Eboué va revenir à ses premières amours : la scène. Il aime raconter des histoires et entendre rire le public. Fin janvier, il jouera son nouveau one man show à Paris au théâtre de la Renaissance puis il partira en tournée dans toute la France. Sans doute, le reverra-t-on à Nice.

Coexister de Fabrice Eboué au cinéma le 11 octobre.

 

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

A propos laurence ray

A lire aussi

Villeneuve-lez-avignon a fêté l’architecture à « La Chartreuse » (6ème édition)

La sixième édition « L’architecture en fête » s’est déroulée dans le lieu historique de « La Chartreuse », ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
Antigone la courageuse

La collection Mythologie, consacrée aux grands héros de le Grèce antique, des éditions Flammarion, se ...

les-divalala-menilmontant
Les DIVALALA « Femme, femme, femme » au Théâtre de Ménilmontant

Les Divalala - Un trio de divas survoltées, allumées, impertinentes, élevées au grain de tubes ...

Ces jours qui disparaissent, une bande dessinée fantastique et haletante

Ces jours qui disparaissent est un ouvrage de Timothé Le Boucher, paru aux éditions Glénat, ...

Fermer