Accueil / High-Tech / Dynasty Warriors 8, un jeu qui tranche chez Tecmo-Koei

Dynasty Warriors 8, un jeu qui tranche chez Tecmo-Koei

Dynasty Warriors 8

Dynasty Warriors est une série qui a commencé sur Playstation il y a plus de 15 ans maintenant. Au départ, c’était un jeu de combat classique, en un contre un, mais le passage sur Playstation 2 lui a donné un coup de fouet et un nouveau genre : Le « Beat’em All massif ».

Après une escapade, fort sympathique, au Japon dans Warriors Orochi 3 (PS3 et WiiU), les Dynasty Warriors reviennent en force dans nos salons avec un huitième opus toujours aussi impressionnant et défoulant grâce  au travail de Tecmo-Koei et à la localisation et la distribution de Koch Media

Vous devez sûrement vous demander ce que sont ces « Dynasty Warriors », on est là pour y répondre : ce sont des guerriers légendaires chinois. Ils apparaissent dans le livre fondateur de la culture chinoise « Les Trois Royaumes » écrit par Luo Guanzhong au XIVe siècle d’après l’œuvre Chen Shou datant du IIe siècle et relatant, pour faire simple, le combat des trois grandes puissances de l’époque : Le royaume des Wu, des Wei et des Shu (les Jin et les non afiliés s’ajouteront pour le jeu).

Plusieurs modes de jeu s’offre à vous :

          Le mode solo : vous revivez les différentes batailles en choisissant le point de vue de chaque camps. Après avoir choisi trois personnages, vous partez affronter vos ennemis dans des combats où l’objectif peut varier : défaire un ennemi, sauver un allié, s’échapper etc…

          Le mode libre : vous pouvez refaire les affrontements une fois que vous les avez faits dans le mode solo.

          Le mode en ligne : ce mode vous permet de faire les campagnes avec un ami (ou un inconnu) au moyen d’une connexion internet.

          Le mode « Ambition » : ce nouveau mode vous propose de faire énormément de bataille pour préparer correctement la base qui accueillera l’empereur lors de sa venue.

Le « gameplay » est reste relativement inchangé : les personnages répondent au doigt et à l’œil, ils ont tous des attaques « Musô » dévastatrices. Mais la meilleure attaque, et elle est nouvelle, est nommée « Storm Rush » et se déclenche grâce à l’affinité élémentaire de l’arme dont vous êtes porteur et le personnage que vous incarnez. Les graphismes se sont améliorés depuis « Dynasty Warriors 7 », ils sont fins, les personnages sont mieux modélisés et il y a un plus grand nombre d’ennemis affichés à l’écran. La bande son est sympathique, avec de jolis thèmes. Les voix de la version française sont bonnes, collant bien aux personnages (on peut remercier Koch Media pour son travail de localisation !).

Comme dans tout « Dynasty Warriors », la durée de vie est monstrueuse : plus de 75 personnages (dont une dizaine d’inédits), cinq campagnes solos, le mode en ligne qui permet d’avoir une expérience différente, le mode « Ambition » qui peut sembler gadget mais qui est fort sympathique et le mode libre où l’on s’amusera à essayer l’ensemble des personnages. Si avec ça vous n’êtes pas occupés jusqu’à la fin de l’année, on ne sait plus quoi faire !

Ce jeu est indispensable pour les fans de la série : Tecmo-Koei a redonné un coup de jeunesse pour, ce qui va être vraisemblablement le cas, sa série sur les consoles de salon actuelles. Pour les joueurs qui n’ont jamais touché à la série : essayez cet opus, vous trouverez un jeu prenant, défoulant, grisant.

Sur ce, on va prendre son épée et sa hache et repartir au combat !

« Dynasty Warriors 8 », de Tecmo-Koei

Editeur : Tecmo-Koei

Distributeur : Koch Media

Plate-forme : PS3, Xbox360

Genre : Beat’em all

PEGI : 12

Retrouvez plus d’articles sur France Net Infos

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

A propos Agence

A lire aussi

Le renouvellement des smartphones : Pas cool pour l’environnement

Les smartphones en ligne de mire de la Semaine Européenne de la Réduction des Déchets ...

Lire les articles précédents :
Présentation des nouveaux accessoires pour vélo de la marque Fuze

La société Fuze vient de sortir trois accessoires pour « customiser » les vélos ! Destinés aux enfants ...

Quelqu’un priait sur ma tombe, un polar de Jean-Claude Melka

Un flic à la fois intègre et hors la loi… Un double jeu des plus ...

Flics Requiem, un polar signé Michel Tourscher

Ancien policier devenu détective, Lucas se voit confier la mission de retrouver un patient échappé ...

Fermer