Accueil / Culture / Cinéma / Espèces menacées, le nouveau film de Gilles Bourdos

Espèces menacées, le nouveau film de Gilles Bourdos

Le réalisateur niçois Gilles Bourdos était de passage dans sa ville natale pour présenter en avant-première son nouveau film, Espèces menacées.

Nice occupe une place à part dans le cœur du réalisateur. C’est donc tout naturellement qu’il a décidé de tourner entièrement son nouveau film dans la capitale azuréenne. La plupart des tournages en France se font à Paris. Il souhaitait s’inscrire dans un nouveau territoire. Lui qui connaît très bien Nice filme la ville sous un autre jour, très loin des clichés touristiques.   Devant la caméra de Gilles Bourdos, Nice apparaît d’une grande diversité sociologique et culturelle. Il s’est attaché à montrer cette ville comme un lieu de passage. Ce n’est pas pour rien qu’il filme à plusieurs reprises la voie rapide de nuit, lieu de travail d’un personnage (Grégory Gadebois). Bien sûr, on voit la promenade des Anglais et le Negresco, mais de nuit et en hiver. Il est vrai que pendant cette saison, la lumière est plus belle et apporte une touche de mélancolie, qui convient parfaitement au film. Lors de la conférence de presse, le réalisateur niçois nous a confié qu’il se sentait tellement bien dans sa ville qu’il n’envisageait plus de tourner ailleurs.

Le film, adapté de nouvelles de l’écrivain américain Richard Bausch, plonge le spectateur dans trois histoires de famille, trois récits qui vont s’entrecroiser. Un film choral construit en mosaique, comme un clin d’œil  à Short cuts de Robert Altman, une référence incontournable pour Gilles Bourdos. Ces trois histoires ont pour dénominateur commun le noyau familial et interrogent sur la notion de filiation, sur les rapports père-fille, mère-fils. Dans la société actuelle, les familles n’ont jamais autant été sous tension, risquant d’éclater. Dans le film, pour chacune des histoires, la tension est palpable. On suit une jeune fille qui annonce à son père qu’elle va se marier et avoir un enfant avec un homme bien plus âgé qu’elle,  loin du gendre idéal. Un étudiant,  qui n’arrive pas à finir sa thèse et maladroit avec les filles, doit prendre en charge sa mère devenue incontrôlable après le départ de son mari. Mais la caméra s’attache surtout à montrer une jeune mariée victime de violences conjugales, qui s’est éloignée de ses parents, les empêchant ainsi de l’aider. Dès la première scène, la nuit de noces, on comprend que la jeune femme va déchanter. Insidieusement, le mari laisse s’installer la colère, la jalousie. Il l’insulte puis demande pardon et se montre doux. Leur mariage sera à l’image de cette première scène glaçante. Le thème de la violence conjugale a été peu montré au cinéma. Le film privilégie les mécanismes et les conséquences au détriment de la violence elle-même.

Les acteurs sont tous formidables. Gilles Bourdos ne souhaitait pas que l’un d’entre eux vienne écraser le film de sa notoriété. Alice Isaaz en jeune femme battue par son mari livre une performance saisissante. Quant à Vincent Rottiers, l’époux violent, il parvient à rendre son personnage détestable, en lui donnant une force incontrôlable. Dans le rôle du père, souffrant terriblement d’être dans l’incapacité d’aider sa fille, Grégory Gadebois est particulièrement touchant.  Mentions spéciales aussi à Eric Elmonisno en père abasourdi par sa fille amoureuse d’un homme plus âgé, et à Brigitte Catillon, la mère qui disjoncte au départ de son mari.

Espèces menacées a été présenté au dernier festival de Venise où il a été très bien accueilli par la presse internationale notamment. En 2014, Renoir, le précédent film de Gilles Bourdos avait représenté La France aux Oscars. Souhaitons-lui le même parcours.

Espèces menacées sort le 27 septembre.

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

A propos laurence ray

A lire aussi

Les p’tits diables, tome 24, Prof et sœur !

Prof et sœur ! est un nouveau tome pour Les p’tit diables, d’Olivier Dutto, un vingt-quatrième ...

Lire les articles précédents :
Visa pour l’image à Perpignan capitale du Photojournalisme

La 29ème édition "Visa pour l'image" à Perpignan s'est arrêtée ce dimanche 17 septembre à ...

Daran de retour avec Endorphine, pour notre plus grand plaisir

Daran, de l'Endorphine pour le plaisir Après l'intimiste "Le Monde Perdu" sorti en 2014, Daran revient ...

Le mal des ardents, le deuxième roman de Frédéric Aribit

Docteur ès-lettres et enseignant la littérature à Paris, Frédéric Aribit est l’auteur de deux essais : ...

Fermer