Accueil / Culture / Cinéma / « Everest », un blockbuster en demi-teinte.

« Everest », un blockbuster en demi-teinte.

Le film du réalisateur Islandais Baltasar Kormàkur (2 Guns, Survivre), projeté en ouverture du festival du cinéma américain de Deauville et de la Mostra de Venise en 2015 nous plonge à travers deux expéditions d’alpinistes sur le Mont Everest au cours du mois d’Avril 1996, inspiré d’une histoire vraie.

everest-movie-700x372

Synopsis : Le 30 mars 1996, plusieurs alpinistes américains partent direction Katmandou, capitale du Népal, pour réaliser leur « rêve de gosse », gravir l’Everest, le plus haut sommet du monde, le toit du monde…à 8848m d’altitude au cœur de l’Himalaya, chaîne de montagne comptant plus de 14 sommets culminant à plus de 8000 mètres d’altitude. En compagnie de guides expérimentés et au sein d’une organisation spécialisée, les alpinistes sont entre de bonnes mains. Afin d’être dans les meilleurs conditions pour monter jusqu’au sommet, les aventuriers doivent se préparer physiquement et mentalement, car plus on monte, plus l’oxygène manque et plus le cerveau dysfonctionne. En ce mois d’Avril, la température peut atteindre jusqu’à -25 °C au sommet; en Janvier, mois le plus froid, la température peut descendre à plus de -60°C et des vents violents terrassent la montagne sans cesse. Le 10 mai 1996, l’équipe d’aventuriers se décident à quitter le camp de base pour atteindre le toit du Monde. Le Ressaud Hillary, dernier échelon avant le sommet à plus de 8700m d’altitude annonce le meilleur; temps clair, température clémente et peu de vent… Mais Dame Nature affirme sa supériorité sur l’Homme et tous ne survivrons pas à ce qui se prépare au loin…

Analyse : La caméra de M.Kormàkur place au cœur de son film une belle brochette d’acteur, Jake Gyllenhaal (Le secret de Brokeback Mountain, Night Call…), Josh Brolin (True Grit, Harvey Milk, No country for old men…), Jason Clarke (Des Hommes sans loi, Zero Dark Thirty) ou encore Robin Wright qu’on ne présente plus et Michael Kelly (House of Cards). Cependant, le film reste de trop longs instants sur les préparatifs, les prémices de l’expédition et l’effet relief en 3D perd de son côté frisson et de son côté spectacle. Everest-un-drame-sur-le-toit-du-monde_article_popinLe budget qui s’élève à plus de 65 millions de dollars devrait être synonyme de Grand spectacle mais il n’en est que peu et les dialogues entre les protagonistes perdent de leur charme. Cela n’enlève en revanche rien lors des escalades et des passages frissonnant, la 3D est un réel plus pour les scènes de vertige au l’on sursaute et frémit à chaque instant. Les acteurs sont époustouflants dans leur rôle d’aventuriers de l’extrême et l’on ressent le stress et la peur engendré par la situation. Cette montagne semble réellement l’endroit le plus dangereux du Monde.

Le mot de la fin : Si vous aimez la montagne et les situations extrêmes, ne vous privez pas de foncer voir « Everest »! vous serez séduit par les acteurs et par le paysage, les décors qui doivent être soulignés car grandioses! Pour les amateurs d’alpinisme, « Everest » nous montre bien que cette montagne est un véritable défi physique et moral. La météo peut s’avérer très clémente comme très capricieuse, ce qui est un véritable danger lorsqu’on passe la « Death Zone » à plus de 7900m d’altitude, le manque d’oxygène fait dysfonctionner le cerveau, on tousse du sang, on s’évanouit et l’on délire, en effet certains grimpeurs enlèvent tous leurs vêtements car ils estiment « avoir chaud », le cerveau n’envoie plus le bon message. Là où la vie se cramponne, le corps risque de ne pas suivre et il faut constamment avancer pour que le sang circule dans le corps, il faut à tout prix éviter de geler le sang dans le corps. Mais la plus grande satisfaction reste sans aucun doute de brandir le drapeau de son pays au sommet et d’admirer la vue à couper le souffle, vous êtes sur le toit du Monde, l’Everest, la plus haute montagne du Monde…

 

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

A propos Agence

A lire aussi

le sens de la fête - château

« Le sens de la fête » film de Eric Tolédano et Olivier Nakache avec Jean-Pierre Bacri

FrancenetInfos a participé à l’avant-première du film « le sens de la fête » , au cinéma ...

Lire les articles précédents :
La 7ème Fête du Train à Miramas avec Arles en ville invitée d’honneur

Le 24 septembre 2015 s'est tenue la conférence de presse présentant le programme de la ...

Une histoire de fou, un film bouleversant de Robert Guédiguian

Dans l'excellent cinéma Pathé Madeleine de l'Avenue Foch à Marseille, une avant-première d'un réalisateur cher ...

L’école de Pan, tome 1, Le cube mystérieux

Voici le premier tome de L’école de Pan, Le cube mystérieux, paru aux éditions BD ...

Fermer