Accueil / Culture / Cinéma / Festival de Cannes : Xavier Dolan en compétition

Festival de Cannes : Xavier Dolan en compétition

Il y avait foule ce jeudi pour voir le dernier film du festival de Cannes de Xavier Dolan. Après son prix du jury en 2014 avec le très beau « Mummy » et sa présence dans le jury l’année dernière, il a choisi d’adapter « Juste la fin du monde », la pièce de l’auteur Jean-Luc Lagarce.

Juste la fin du mondeC’est l’histoire d’un jeune homme de 34 ans, Louis, écrivain et journaliste, qui, après douze ans d’absence, décidé de revoir sa famille pour annoncer qu’il va mourir. Les longues conversations futiles, les chamailleries, les disputes causées souvent par un frère aîné quelque peu agressif, en disent long sur les non-dits et les problèmes de communication qui règnent dans cette famille. Dans ce film, on s’insulte, on crie et on parle beaucoup pour ne rien dire. Les membres de la famille n’arrivent pas à se dire qu’ils s’aiment alors ils gesticulent et se noient dans des logorrhées. C’est que l’essentiel est ailleurs : les silences et les regards sont plus éloquents que les mots. Xavier Dolan s’est efforcé de restituer la langue particulière de Jean-Luc Lagarce, faite de bégaiements, de répétitions, d’hésitations, de corrections.. Pour rendre compte de l’état des personnages, il les a filmés très près, en gros plans, comme pour mieux capter leurs regards. On sent qu’il aime ses acteurs. Cette fois, il s’est entouré d’un casting prestigieux, entièrement français. Gaspard Ulliel est Louis, décidé de parler de sa mort mais qui se taira, Vincent Cassel incarne le grand frère qui passe son temps à s’en prendre à tout le monde. Lea Seydoux interprète la jeune sœur en colère et Marion Cotillard est la belle-soeur qui ne l’a jamais vu, réservée, hésitante, mais qui a sans doute perçu son secret. Quant à la mère, c’est Nathalie Baye, trop maquillée, excessive, magnifique. Alors, on fait comme Louis : on regarde avec bienveillance cette famille volubile se disputer. Xavier Dolan a filmé la vie.

 Deuxième film en compétition : « Baccalauréat » du réalisateur Roumain, Christian Mungiu. À Cannes, il a déjà remporté la Palme d’Or avec « 4 mois, 3 semaines, 2 jours » et le prix du scénario ainsi que le double prix d’interprétation féminine pour « Au-delà des collines ». Dans son nouveau film, très bien accueilli par la presse, il montre une famille roumaine au moment clé où la fille unique passe son bac. Il est médecin ; ses relations avec sa femme sont difficiles et ils font chambre à part et il a une maîtresse. Eliza, sa fille, très bonne élève, a obtenu une bourse pour aller étudier dans une université en Angleterre, à condition qu’elle obtienne d’excellents résultats. Or, un matin, elle se fait agresser. Son examen est alors remis en question. Son père, Roméo, va alors tenter d’avoir recours à une méthode peu correcte pour qu’elle réussisse. Il va se retrouver face à un dilemme : doit-il mettre de côté sa morale et céder à une corruption, même à une petite échelle ? Ce film, tout en retenue, parle de la nature humaine avec des préoccupations universelles. Roméo aime profondément sa fille et il veut ce qu’il y a de mieux pour elle. Il arrive aussi à un âge où il est un peu tard : il se rend compte que tout ce qu’il a vécu d’important dans sa vie est déjà passé. Il ne lui reste plus qu’à œuvrer pour le bien de sa fille. Alors qu’il a inculqué des principes moraux à sa fille, il va devoir faire des compromis, parce qu’il est père de famille et que dans la vie, « ce qui compte, c’est le résultat ». Mungiu filme ses personnages et en particulier le père avec beaucoup de pudeur. La scène où il pleure en cachette, seul dans les bois, le montre. Certes le film se déroule en Roumanie et montre la corruption très présente dans le pays mais il s’agit avant tout d’un sujet universel, quand on est confronté à des choix moraux.

La journée s’est terminée avec une séance de minuit exceptionnelle : la projection de « Gimme danger » de Jim Jarmush qui retrace le parcours d’Iggy Pop et l’épopée des Stooges, l’un des plus grands groupes de rock de tous les temps.

Iggy Pop

Suivez le Festival de Cannes Jour par Jour

Les photos de ce 7° jour à Cannes sous l’œil de notre photographe Anh Viet CHAU

.

fr.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

A propos laurence ray

A lire aussi

Logan: James Mangold montre sa vision d’un monde post apocalyptique

Dans un futur proche, Logan, épuisé de fatigue, s’occupe du Professeur X grabataire et sénile, ...

Lire les articles précédents :
Balinea : le bien-être au bout du clic !

Vous rêvez d’un massage, d’un soin du visage ou d’une manucure de qualité? Ne bougez ...

La maladie de Lyme, l’épidémie silencieuse

La maladie de Lyme, cette maladie encore trop inconnue, fait pourtant bien plus de ravages ...

Bitch Planet – Du sexisme à faire frémir les féministes !!

Écrite et illustrée par deux femmes, « Bitch Planet » aux Éditions Glénat Comics est une ...

Fermer