Accueil / Culture / Gregory Porter « Live in Berlin »

Gregory Porter « Live in Berlin »

 Dans ce concert filmé à la Philharmonie de Berlin le 18 mai 2016, Gregory Porter et son quartet interprètent les grands titres de sa carrière.

En l’espace de 6 ans, Grégory Porter s’est forgé une personnalité à part, si forte, qu’il est devenu impossible de le classer quelque part. Jazz, soul,blues, ou gospel, sa voix sublime de baryton multiples les nuances et les tons. Gregory Porter peut tout chanter. Comme le révèle ce live, le premier de sa carrière, il opte pour des structures musicales qui débordent largement l’univers de jazz. Ballade mid tempo, titres swing au groove sensuel, l’homme au visage poupon, cagoulé derrière sa barbe noire, produit une musique aux sonorités en dehors du temps et des modes.

D’ailleurs il nous le prouve une fois de plus avec ces titres qui brouille un peu plus les pistes d’un jazz faisant des allers retour entre le rétro et l’avant- garde. Derrière ce piano qui fait corps avec la voix, ces arrangements cuivrés par le sax , le jazzman transforme la Philarmonie de berlin en un club de jazz enfumé ou jam torrides alternent avec de  délicats pianos voix. Tantôt les notes glissent et s’enfoncent vers les eaux calmes de la douceur avec une certaine saveu romantique. Tantôt elles dérapent vite en improvisations folles pour finir en feu d’artifice sonore.

Gregory Porter fait partie de ces alchimistes sonores qui vous emmène toujours plus loin, vers des contrées musicales aux paysages fantasmagoriques où l’imaginaire de chacun peut vagabonder au gré de ses humeurs et de son rythme. Certains titres tels  « Free »,« Musical genocide , On My Way To Harlem « ou le puissant « Liquid Spirit » avec ces claquements de mains donnent une furieuse envie de se lever et de danser. D’autres plus apaisés, ressemblent à de longues plages musicales taillées pour les scènes intimistes avec ce piano envoûtant de Chip Crawford qui vogue au grès de l’instant. Et quand on voit ces images sur scène on est transporté comme hors de l’espace et du temps. Du grand art.

Jean-Christophe Mary

 

  1. Holding On 2) On My Way To Harlem / What s Going On 3) Take Me To The Alley 4) Don t Lose Your Steam 5) Hey Laura 6) Liquid Spirit 7) Consequence Of Love (CD Disc 2) 8) Bass Solo / Papa Was A Rolling Stone 9) Musical Genocide 10) Don t Be A Fool 11) Work Song / Drum Solo 12) In Fashion 13) Be Good (Lion s Song) 14) 1960 What? 15) Water Under Bridges 16) Free / Thank You (Falettinme Be Mice Elf Agin)
www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

A propos jean-christophe.mary

A lire aussi

Dominique Blanc-Francard : Itinéraire d’un ingénieur du son

Après 50 ans a œuvré dans la production musicale, Dominique Blanc-Francard sort « It’s a Teenager Dream » ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
Les « Pêcheurs d’images » projettent le film SWAGGER aux Lunellois

A Lunel si certains jeunes ont fait leur "Hijra" (l'immigration dans un pays musulman) en ...

Le skullcandy-grind-wireless, une innovation pour plus de design

  Le développement de la technologie ne cesse d’impressionner bon nombre de personnes. La marque ...

Emilie – Petites histoires pour s’amuser ensemble

Petites histoires pour s’amuser ensemble est un recueil de cinq histoires d’Emilie, qui suggère aux jeunes ...

Fermer