Accueil / Culture / Littérature / Instituts de beauté, les coulisses : Et le diable créa l’esthétique

Instituts de beauté, les coulisses : Et le diable créa l’esthétique

Claire Gabriel nous propose son ouvrage Instituts de beauté, les coulisses – et le diable créa l’esthétique, paru en mars 2016 aux éditions PixL.

Les instituts de beauté sont, pour beaucoup de garçons (et j’en fais partie), des lieux de souffrances et de cris. Un monde parallèle parfois incompréhensible, stéréotypé et superficiel. Là où la cire chaude (trop chaude) étalée sur un bas ventre laissé en friche est la principale coupable. Mais curieux comme je suis, j’ai voulu en savoir plus. Très probablement pour me conforter dans mes critiques, il faut l’avouer.

"Vous avez un bac S ! Comment se fait-il que vous ne soyez qu'esthéticienne ?"
« Vous avez un bac S ! Comment se fait-il que vous ne soyez qu’esthéticienne ? »

Mais rentrons dans le vif du sujet. Claire Gabriel, l’Auteur, nous fait partager son expérience en tant qu’esthéticienne. Tout commence après le lycée (Bac S tout de même !), où elle fait le choix de suivre un BTS esthétique pour apprendre les dures lois de la beauté. Elle arrive à nous faire imaginer, avec dérision, l’atmosphère dans laquelle elle baigne.

Mais voilà qu’elle renverse les idées reçues comme un flacon de cire brûlante sur une jambe fébrile. Loin des stéréotypes et des jeunes filles écervelées, Claire Gabriel est tout autre : lucide et intelligence. Elle a fait les frais de la sélection de son école, parce qu’elle n’était pas comme les autres. Pas assez modelable, très probablement. Elle quitte donc son école pour un BTS en alternance.

Elle découvre les joies de la vie parisienne, dans un appartement minuscule, taillé pour les Minipouces. Pendant les périodes en institut, c’est aussi la découverte de la clientèle, de leur mépris et de leurs exigences.

Le business du poil oblige, comme dans beaucoup de commerces, elle doit privilégier le chiffre de la journée, quitte à en oublier le droit du travail. Claire nous conte ses péripéties en instituts, toujours avec humour et auto-dérision.

Au-delà des difficultés relationnelles, il y a aussi les histoires de mycose de pied ou encore d’extractions répugnantes de comédons… On imagine très bien (trop bien même !) le quotidien des esthéticiennes. D’autant plus qu’elles doivent très souvent faire preuve d’une écoute attentive (voire devenir psychologue) des problèmes parfois grotesques des client(e)s.

Cet ouvrage, c’est aussi l’histoire d’une femme qui a décidé de prendre son courage à deux mains et de partir vers une autre profession (mais dans le même domaine) : l’enseignement.

C’est un livre à lire au soleil, sur une plage ou en terrasse. Après cette lecture, vous ne verrez plus les esthéticiennes de la même façon. Finalement, ce livre n’est pas qu’une histoire de poil, mais bien un parcours attachant d’une jeune femme qui a plus d’un tour dans son sac !

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

A propos remy salle

A lire aussi

L’araignée est une fine mouche

L’araignée est une fine mouche est un nouveau roman des éditions Nathan, paru en février ...

Lire les articles précédents :
La gymnastique émotionnelle de Martine Veilleux

Les éditions Grancher présentent dans leur collection ABC, un livre indispensable : La gymnastique émotionnelle ...

Abandon de Jean-Christophe Péraud sur le Giro

Jean-Christophe Péraud a abandonné sur le Giro suite à une mauvaise chute sur la troisième étape. ...

Bryan Coquard impérial sur les 4 Jours de Dunkerque

Bryan Coquard a remporté aujourd'hui les 4 Jours de Dunkerque. Impérial depuis le début de l'épreuve avec ...

Fermer