Accueil / Culture / Littérature / BD / Le drame de Charlie Hebdo vu par les auteurs de BD

Le drame de Charlie Hebdo vu par les auteurs de BD

Tout au long du salon de la Bande Dessinée d’Angoulême 2015, nous sommes allés à la rencontre d’auteurs et dessinateurs de BD pour avoir leur témoignage sur les attentats de Charlie Hebdo.

Nous leur avons demandé s’ils connaissaient les dessinateurs assassinés, comment ils avaient vécu le drame et ce qu’ils pensaient, en tant qu’homme et en tant que dessinateur, de ce massacre.Tous nous disent qu’ils ont été choqués, comme tous les Français, mais même ceux qui ne connaissaient pas personnellement les victimes nous disent que ça les a particulièrement marqué, car les disparus de Charlie étaient aussi leurs collègues.

Le dessinateur et scénariste Crisse (connu notamment pour la série Atalante), nous confie que ce qu’il l’a particulièrement marqué c’est que les médias parlaient trop souvent des victimes de Charlie Hebdo comme des journalistes, oubliant que c’était aussi et surtout des artistes, des dessinateurs…

Dessin réalisé par Crisse pour la Ribambulle en hommage aux victimes
Dessin réalisé par Crisse pour la Ribambulle en hommage aux victimes

Mais à Angoulême, quelques semaines après les attentats, le monde de la BD s’est réuni pour sa Grand-Messe annuelle et Charlie était partout (voir notre article du Jeudi 29/01 ). Le petit monde des dessinateurs, scénaristes, artistes de la bande dessinée, à tenu à faire savoir à tous que les gens de Charlie étaient de « leur famille ».Yoann, le dessinateur de Spirou, nous confie qu’il connait bien Catherine Meurisse et que pour les survivants, « c’est dur en ce moment, au début ils étaient dans l’action, dans le mouvement, maintenant, ils sont mal… ». Le dessinateur a signé un superbe dessin en couverture du Spirou spécial Charlie sortie peu après le drame.

Spirou Charlie

Après la fusillade, certains comme Yoann ont dessiné immédiatement ; d’autres ,n’en ont pas eu le courage. Alberto Varanda (dessinateur de Elixir, La Geste des Chevaliers Dragons, Petit Pierrot…) nous dit que sur le coup, il était tellement abasourdi qu’il n’arrivait pas à penser, à dessiner… Mais sa femme l’a soutenue et lui a fait comprendre que çà pourrait lui faire du bien de dessiner quelque chose sur le sujet : « Cabu je le voyais dans le club Dorothée dessiner le grand Duduche. Il fait partie de ceux qui m’ont donné envie de dessiner. […] Cabu c’était le Grand Duduche…moi c’est le Petit Pierrot »… Alors il a réalisé un dessin de son héros, recevant un pinceau des mains d’un petit Cabu. Il réalise également pour nous et en direct un dessin exclusif reflétant son état d’esprit du moment (voir en fin d’article).

Dessin Charlie Violence

Plusieurs auteurs nous font part de leur peur, pas forcément pour eux car la plupart ne sont pas caricaturistes…mais pour tous, du fait de la montée de la violence.« Mourir pour un dessin » nous dit l’un d’entre eux, « je pensais pas que c’était possible ».Ce que confirme Alberto Varanda : « On a pas le droit de mourir pour des idées… »

Certains sont plutôt optimistes, se disant qu’il ressortira peut être quelque chose de bon de toute cette barbarie…

D’autres sont plus fatalistes ou révoltés par le massacre de Charlie Hebdo.C’est le cas de Georges Bess, dessinateur de plusieurs séries (notamment Le Lama Blanc avec A. Jodorowski au scénario) qui nous raconte comment il a vécu le drame, à distance, car il était en voyage en Asie. Il a appris la nouvelle à la télévision dans son hôtel de Bangkok et nous raconte ses rapports avec les dessinateurs de Charlie :

«  C’est ma famille, on est frères d’idées » nous dit-il. « des types que j’aimais, des libertaires…j’en suis un donc on se comprends ». Le ton du dessinateur se fait parfois plus dur lorsqu’il parle des terroristes et des islamistes radicaux : « A froid, j’ai pensé aux nazis…c’était des gens intelligents qui ont pris le pouvoir par l’idée, par la manipulation des autres[… ] là c’est pareil[…]et ceux de Charlie ils se battaient contre ça.»Le dessinateur nous confie qu’il ne s’est jamais essayé à la satyre car « c’est difficile la satyre, pour trouver le juste milieu[…] moi j’irais trop loin je pense » mais qu’il soutenait inconditionnellement les dessinateurs de Charlie Hebdo dont il a toujours suivi fidèlement les publications, depuis Hara Kiri jusqu’à Charlie Hebdo.

Le drame de Charlie hebdo a eu un écho partout dans le monde. Les auteurs étrangers aussi nous font part de leur émotion. Mike Deodato Jr, dessinateur Brésilien chez Marvel, nous dit que le choc a été grand au Brésil, ou Wolinski est très connu et apprécié.

Les auteurs plus proches des victimes nous ont aussi raconté leurs sentiments après le drame. Willem (dessinateur à Charlie Hebdo et Fluide Glacial), présent à l’avant-première du film documentaire sur la vie de Cavanna (cf notre article à mettre le lien) était très ému.

Yan Lindingre, dessinateur et rédacteur en chef de Fluide Glacial nous confie : « …c’était l’horreur, un truc que je n’ai jamais vécu dans ma vie et que je n’espère jamais revivre. Envoyer des messages pour savoir si les copains étaient vivants… » (voir l’interview complète dans notre article sur Fluide Glacial )

De nombreux ouvrages sur Charlie Hebdo sont sortis depuis les attentats. Notons que le Syndicat National des Éditeurs a édité un ouvrage spécial Charlie Hebdo, disponible depuis quelques semaines en librairie et dont les fonds sont reversés aux familles des victimes.

Bd est charlie

A Angoulême cette année la BD était Charlie… Mais qu’en est-il quelques 2 mois après ? Les ventes de Charlie Hebdo se sont tassées mais les nombreux abonnements et les dons leur permettront de vivre encore quelques années… si d’autres fanatiques ne viennent pas les faucher avant…

Alors malgré l’apaisement relatif en France, n’oublions pas ce qui s’est passé à Paris le 7 Janvier 2015. Espérons que l’esprit de révolte issu de ces évènements perdurera et que les artistes BD du monde entier continueront de nous faire rire, nous faire pleurer, dénoncer les injustices, caricaturer, expliquer, se moquer, critiquer, sublimer… pour que personne n’oublie que la liberté d’expression est un droit fondamental de l’être humain.

d’Alberto Varanda
Dessin d’Alberto Varanda, réalisé à Angoulême (Février 2015)

Julien Parny

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

A propos redaction

La rédaction suit les tendances du moment dans le domaine d’actualité. elle vous propose de suivre l'actualité mais aussi des chroniques de livres, cinématographiques , de suivre l'actualité de vos loisirs ( parc , spectacles , sorties ) et de vous proposer des infos fraiches par nos journalistes présents dans toutes la France qui peuvent couvrir ainsi de plus près les informations , nous proposons aussi des dossiers thématiques en fonction de l'actualité et des podcasts audio et vidéos .

A lire aussi

Ibrahim Maalouf a terminé sa tournée au Nice Jazz Festival

Cette deuxième soirée du Nice Jazz Festival restera dans les mémoires. A 23h, dès son ...

Lire les articles précédents :
Duo Luzi Nascimento à la Meson à Marseille

Retours de scène sur le concert du Duo Luzi Nascimento à la Meson à Marseille. ...

Les Maîtres-Saintiers, tome 1, A l’accord parfait, 1788.

Les Maîtres-Saintiers est la nouvelle saga familiale de LF Bollée et Serge Fino, qui débute ...

Kashmeer : « Les têtes noires » de F. Le Berre aux Ed. Glénats

Diptyque proposé par Fred Le Berre au scénario et Michel Rouge  aux éditions Glénats pour les illustrations qui ...

Fermer