Accueil / Culture / Littérature / BD / LUNE L’ENVERS de Blutch chez DARGAUD

LUNE L’ENVERS de Blutch chez DARGAUD

Unanimement considéré comme l’un des auteurs les plus importants de sa génération, Blutch demeure un électron libre, imprévisible dont la carrière sinueuse semble toujours prompte à surprendre et à dérouter. Après un cycle d’ouvrages chez Futuropolis où il avait poussé l’expérimentation assez loin, flirtant avec les limites de la bande dessinée avec un livre comme LA BEAUTÉ, Blutch publie désormais chez DARGAUD et semble vouloir s’amuser à revenir vers une démarche plus classique mais c’est pour mieux encore une fois déjouer nos attentes. Annoncé à la rentrée dernière, LUNE L’ENVERS avait été « téasé » par le biais d’une couverture vintage qui reprenait la maquette de la mythique collection HISTOIRES FANTASTIQUES de Dargaud et s’annonçait comme une bande dessinée de science-fiction. On n’attendait pas moins de celui qui considère BIBI FRICOTIN EN L’AN 3000 comme sa BD de SF préférée qu’il prenne ses distances avec les codes du genre et fasse une nouvelle fois preuve de sa liberté créative.

lune-l-envers-tome-1-lune-l-enversPourtant, en mettant en apparence le frein sur l’expérimentation formelle, Blutch signe sans doute une de ses œuvres les plus accessibles et aussi les plus personnelles dans le sens qu’il y ressurgit une dimension d’auto-portrait : si LE PETIT CHRISTIAN ou même son précédent ouvrage POUR EN FINIR AVEC LE CINÉMA pouvait être vus comme des visites guidées de son univers imaginaire, LUNE L’ENVERS prolonge cette veine en abordant encore plus qu’avant le thème de la création et de la place de l’artiste. Mais attention LUNE L’ENVERS est loin d’être un pensum indigeste et c’est là que la science-fiction permet de fournir à Blutch l’occasion de laisser libre cours à sa folie et sa fantaisie, tout en flirtant avec le genre avec une désinvolture réjouissante (voire la manière dont il s’amuse avec le décorum futuriste, dont il truffe les décors de ses étranges machines organiques quasi-surréalistes, dont il joue avec le thème du paradoxe temporel). Souvent loufoque, joyeusement absurde, foutraque, riche en situations ubuesques, LUNE L’ENVERS retrouve la drôlerie des certains des plus beaux albums de Blutch (on pense à VITESSE MODERNE ou LA VOLUPTÉ). L’ouverture du livre est à ce titre parfaitement merveilleuse, ces quatre premières planches qui introduisent le personnage principal féminin, Liebling, qui avait après été initié aux secrets de la condition féminine, devient une jeune femme en quelques cases et se retrouve employée dans un bâtiment abritant une incompréhensible administration ou des charmantes working girls emploient leur temps à travailler sans même savoir en quoi consiste réellement leur emploi.

On pourrait alors facilement voir dans le personnage de Lantz, le héros masculin, une sorte d’alter ago de Blutch, s’identifiant à ce personnage d’auteur de bande dessinée en panne créative et mis au ban de l’édition car il persiste à travailler « à l’ancienne ». Pourtant, Blutch ne s’embarrasse pas de finesse dans sa satire du monde de l’édition vu comme un pouvoir dictatorial quasi-Orwellien qui dicte aux auteurs ce qu’il faut dire, de même il sème le trouble en introduisant un personnage nommé Blutch travaillant au service de cette maison d’édition et qu’il peint comme un jeune loup aux dents longues, ambitieux, obsédé sexuel et antipathique. C’est drôle, plein d’auto-dérision, et donc au final d’autant plus émouvant parce que les angoisses de l’artiste hantent ces pages, cette mélancolie typiquement Blutchienne est toujours là mais drapée avec élégance dans l’absurdité et la fantaisie. La réussite de LUNE L’ENVERS tient donc peut-être au fait qu’en mettant un peu d’ordre dans son imaginaire, voire en jouant la carte d’un certain classicisme, d’une limpidité narrative très maitrisée, Blutch réussisse à conserver sa folie, à donner l’impression que son récit peut déraper à tout moment,  bref à ne jamais être là où l’attend. Il livre de fait un des plus beaux albums de ce début d’année 2014.

LUNE L’ENVERS – Un tome aux éditions DARGAUD – Paru le 24 janvier 2014

fr.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

A propos Agence

A lire aussi

Breizh l’histoire de la Bretagne, tome 2, Une nouvelle terre

Une nouvelle terre est le second tome de la série Breizh l’histoire de la Bretagne, ...

Lire les articles précédents :
Golden Dogs, tome 1, Fanny, aux éditions Le Lombard.

Paru le 24 janvier 2014, aux éditions Le Lombard, le premier tome de Golden Dogs, ...

Green Revolution la collection maquillage Bo.Ho

A la rédaction Mode France Net Infos, nous en avons entendu parlé de la philosophie ...

Un siècle de mode

Pour vous approprier la grande histoire de la mode Catherine Örmen a édité aux édtions ...

Fermer