Accueil / Culture / My Fair Lady – Blu-Ray

My Fair Lady – Blu-Ray

Dans le Londres victorien, l’éminent linguiste et professeur de phonétique Henry Higgins (Rex Harrison) fait le pari de transformer en femme du monde une jeune vendeuse de fleurs à la sauvette, Eliza Doolittle (Audrey Hepburn), qui s’exprime dans un argot cockney aussi fleuri que ses paniers… Immense succès de 1964, “My Fair Lady” est une des dernières grandes comédies musicales hollywoodiennes. Produit par la Warner, et mis en scène par le prestigieux George Cukor (“Indiscrétions”, “Une étoile est née”), le film adapte avec faste la comédie musicale d’Alan Jay Lerner (livret) et Frederick Loewe (musique) créée en 1956 à Broadway, d’après la pièce “Pygmalion”, de George Bernard Shaw. Trois ans après avoir campé une exquise Holly Golightly dans “Breakfast At Tiffany’s”, Audrey Hepburn irradiait dans cette superproduction dont les costumes extravagants de beauté étaient signés du génial styliste et photographe Cecil Beaton. Intégralement tournée en studio (les décors de Gene Allen sont somptueux), cette histoire de Cendrillon sur fond de linguistique profite de chansons splendides, dont la fameuse “I Could Have Dance All Night”. Au chant, Audrey Hepburn est doublée par Marni Dixon, celle-là même qui prêta sa voix à Nathalie Wood dans “West Side Story”. Faute de ne pas interpréter les chansons elle-même (à son grand dam), la star n’a pas obtenu de nomination à l’Oscar pour le film, qu’elle porte pourtant sur les épaules. En revanche, son partenaire Rex Harrison (au demeurant excellent) a été sacré Meilleur acteur. “My Fair Lady” a remporté huit Oscars (sur douze nominations) dont ceux du Meilleur film et Meilleur réalisateur.

Le Blu-ray reprend l’intégralité des suppléments de l’édition Collector de 2004, présentés ici majoritairement en définition standard. Le commentaire audio auquel participent Gene Allen et Marni Dixon n’est toujours pas sous-titré. Le making of de 57 minutes réalisé en 1994 et présenté par Jeremy Brett (interprète de Freddie), qui fut un inoubliable Sherlock Holmes à la télévision, permet d’apprécier l’immense travail de restauration effectué sur ce film condamné à court terme. Figurent également au menu six courts reportages d’époque (sur la cérémonie des Oscars, les Golden Globes, la première du film etc.), deux séquences alternatives dans lesquelles Audrey Hepburn interprète elle-même les chansons “Show Me” et “Wouldn’t It Be Loverly”, ainsi que deux courtes interviews de Martin Scorsese (à propos de la restauration des classiques) et Andrew Lloyd Webber (à propos d’Alan Jay Lerner). Des galeries de nombreuses photos et croquis, et des bandes-annonces du film complètent le programme.

Format : 2.35:1 , Résolution : 1080 24p ,Compression : AVC

On retrouve peu ou prou les qualités et défauts de l’image présentée dans le DVD de 2004, mais ce transfert HD est assez sublime. Les couleurs sont riches et contrastées, la définition est pointue (les séquences à Ascot sont époustouflantes) et le relief impressionnant. Seule ombre au tableau : les points blancs et petits fourmillements qui persistent à piquer l’image, sans toutefois nuire au confort du visionnage. Sans conteste, la plus belle version du film à ce jour.

DTS-HD Master Audio 7.1 en anglais , DD 2.0 en français

Immense avantage à la version originale qui bénéficie d’une piste non-compressée remasterisée d’une clarté, subtilité et profondeur réjouissantes. La version française met les voix excessivement en avant au détriment des effets d’ambiance.

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

A propos Agence

A lire aussi

Roule Galette, l’album incontournable, avec décalcomanies pour tissus

Roule Galette est un incontournable de la collection Père Castor et des éditions Flammarion. Un ...

Lire les articles précédents :
A la folie : Pascal Marmet

Quand la folie d'un homme détruit de nombreuses vies. Pascal Marmet conduit son lecteur dans ...

150 ans d’appareils photo : Histoire de la photographie du daguerréotype au numérique

Un beau cadeau à  faire ou à ce faire Peu d'inventions auront eu une influence ...

PARIS FASHION WEEK FALL/WINTER 2012/13: FOCUS ON KRIS VAN ASSCHE MENSWEAR

“Je n’abandonnerai jamais le prêt-à-porter masculin, il y a trop de plaisir à porter ce ...

Fermer