Accueil / Culture / Née sans un cri de Mélanie Lembre

Née sans un cri de Mélanie Lembre

Il peut sembler morbide d’aborder le thème du deuil Périnatal à la veille de Noël et pourtant, en parcourant le livre témoignage de Mélanie Lembre « Née sans un cri » paru aux Editions Le Livre Actualité, j’ai été bouleversée parce que 7000 familles chaque année sont concernées par ce drame …

… Bouleversée par tant de maturité chez une si jeune femme, par l’extraordinaire courage qu’il lui a fallu pour aller au bout de ce carnet de route, une route semée de larmes et d’étoiles, par ce récit de pleurs et de sourires, d’amour et de renoncement, de vie et de mort, de berceau vide.

Jalonné de lettres, de messages, d’hommages, de remerciements, ce document magnifique de tristesse et d’espoir met en avant ce début de poème de Jacques Prévert :

« Le bonheur, en partant, m’a dit qu’il reviendrait … ».

C’est parce que je pense également au plus profond de moi que « le bonheur, en partant, ne nous quitte pas vraiment … », que je vais maintenant vous raconter cette histoire.Après une grossesse normale, Luna est née sans un cri le 3 Juillet 2015.

Après le décès de sa fille, Mélanie Lembre commence à écrire. L’écriture est une thérapie : elle nous raconte d’abord sa propre histoire, tout ce qui a fait d’elle une jeune femme résolue et énergique mais avec, malgré tout de nombreuses failles et fragilités.

Elle témoigne avec des mots d’une exceptionnelle tendresse et retenue, de la terrible annonce qui lui est faite un beau matin d’été, de l’arrêt de la vie, presque de l’arrêt de sa propre vie.

Luna n’a pas le temps de vivre et pourtant elle est là, présente à tout jamais dans les coeurs.

Un parcours d’une dureté incroyable mais pourtant inévitable va être celui de ce couple en deuil : l’autopsie, l’organisation des obsèques, les silences des autres, les questionnements des autres, les mots maladroits, les paroles, les peurs, les regrets, et puis l’acceptation.

Mélanie Lembre nous fait vivre et partager une année d’un épouvantable malheur avant de renaitre à la vie avec les prémices d’une nouvelle grossesse car elle porte Bébé « arc-en-ciel » dans son ventre, mais Luna reste et restera son premier enfant car « la mort n’éteint pas l’amour ».

Nous sommes quelques jours avant Noël, alors comment finir cette chronique avec espoir si ce n’est en citant ces vers de Jacques Prévert :

« Le bonheur, en partant, m’a fait un clin d’œil,
Je sais qu’il reviendra, je ne porte pas son deuil,
Il ne fuit pas, il s’en va conquérant réparer d’autres écueils,
Pour me revenir encore plus grand, se reposer dans mes fauteuils…
Le bonheur, en partant, ne me quitte pas vraiment…
Je sais que même de loin, il éveille mes sentiments,
Il entend mes hésitations et m’oriente résolument et surement,
Le bonheur est une étoile qui me guide par tous les temps… »

Je vous recommande avec un grand bonheur la lecture de ce beau livre plein d’amour et d’espérance.

 

 

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

A propos dominique iwan

Parallèlement à une vie professionnelle tournée vers le monde des matériaux polymères et un bref passage dans la sphère publicitaire en tant que maquettiste, ma vie a été guidée par deux passions, l'écriture (un livre écrit dans mes jeunes années, des nouvelles pour enfants, un second livre en chantier ... ) et la sculpture avec la création d'un blog en 2014 " entre Ciel Ether ". Je collabore au site www.francenetinfos.com depuis plus d'un an, particulièrement dans le domaine littéraire, avec déjà plus d'une trentaine de chroniques.

A lire aussi

Mon placard sans gluten

De plus en plus de personnes se mettent à l’alimentation sans gluten souvent suite à ...

4 commentaires

  1. Élodie Malval

    Très bel article Dominique !

  2. « Née sans un cri « .

    Le titre , déjà, force le silence et le respect.

    Quelques mots qui en disent long. D’abord, semble t il, sur l’extraordinaire courage qu’il a fallu pour revivre afin de raconter (d’accoucher de ?) ce bouleversant parcours. Ensuite, sur la force de l’amour , pour trouver les mots justes ; les mots suffisamment beaux pour honorer la mémoire de l’être aimé. Les mots bleus.

    En cette période particulière, ce livre m’apparait comme le merveilleux cadeau de Noèl d’une maman à sa petite Luna. Il ne pouvait pas y en voir de plus beau pour lui dire combien elle est présente. A jamais.

    Oui : l’amour est plus fort que la mort.
    Merci de ce don plein de vie.

    • dominique iwan

      Merci Cathy de ton beau commentaire, il accompagne parfaitement le bouleversant livre de Mélanie Lembre …

Lire les articles précédents :
« A fond » : une comédie au rythme de folie avec José Garcia

A l’occasion de la venue de l’équipe du film "A fond" à Nice pour la ...

Gotham Saison 2 : Corruption et l’ultra-violence.

Conçue comme une véritable série policière, Gotham Saison 2 nous plonge dans une ville de plus ...

Doux, pas doux – mon imagier sensoriel

Doux, pas doux est un nouvel ouvrage pour la collection Petit Nathan, un imagier sensoriel, ...

Fermer