Accueil / En Région / Rencontre : Leyla BOUZID « A peine j’ouvre les yeux »

Rencontre : Leyla BOUZID « A peine j’ouvre les yeux »

leyla-bouzid
Leyla Bouzid (UniFrance)

Portrait : Scripte, Scénariste et réalisatrice Leyla Bouzid avec son long-métrage « A peine j’ouvre les yeux » réussit le film que l’on attendait ! (sortie nationale le 23 décembre 2015)

Récompensée par le prix du public à la Mostra de Venise 2015, elle a aussi obtenu le Label Europa du meilleur film Européen. Nous avons rencontré la réalisatrice lors du Cinémed au cinéma Diagonal à Montpellier ! En 2010 elle avait obtenu le prix Fresnes pour son court-métrage « Un Ange passe ».

Cette diplômée de la FEMIS et de la Sorbonne, vit entre Paris et la Tunisie (son pays natal). C’est Blue Monday Productions qui a co-produit son film. D’ailleurs Nathalie Mesuret et Bertrand Gore (Les Producteurs) ont une expérience qui s’est enrichie de films prestigieux depuis plus de 15 ans avec « Goodbye Morocco-Nadir Moknèche » « Blanc comme neige-Christophe Blanc » « Poussières-Daniel Metge ».

A Tanger, Leyla Bouzid avait reçu le prix du jury pour la catégorie Meilleur Court-Métrage avec « Zakaria ». La réalisatrice longuement applaudie à Montpellier a répondu aux questions du public venu nombreux !

Le résumé du film : En 2010, Zine el-Abidine Ben Ali est toujours à la tête de la Tunisie depuis 1987. Cependant son peuple souffre d’une crise économique, et surtout un vent de liberté anime les coeurs. Un mouvement de protestation se met en place. Farah 18 ans, vient de réussir son bac avec mention, elle doit se diriger vers la Fac de médecine comme le veut sa mère, qui estime que c’est le meilleur chemin pour gagner sa vie en Tunisie ! Eprise de liberté et de révolte, elle passe son temps à répéter une musique contestataire Rock. Lors de petits concerts, elle constate son aura sur son auditoire sans se rendre compte du danger qui la guette ! Hayet sa mère l’aura prévenue en vain…

a-peine-j-ouvre-les-yeux
Farah en répétition

Comment as-tu imaginé cette histoire ? (Géraldine Laporte-Cinémed)

« Le film a été co-écrit avec Marie Sophie Chambon que j’ai rencontré à la FEMIS. Il s’inspire de mes observations à Tunis ma ville, j’ai voulu raconter cette histoire dans un contexte particulier où la surveillance de l’Etat était présente sournoisement, même si les indicateurs du pouvoir faisaient leur possible pour se noyer dans la masse ! » (Leyla Bouzid)

Toi-même tu as une anecdote à nous raconter ? (G Laporte)

« Oui, j’ai souvent côtoyé des groupes de personnes qui avaient des idées bien précises sur la démocratie, des personnalités du théâtre, des écrivains etc…Nous nous réunissions à l’époque du lycée. Un jour j’ai constaté qu’un de mes amis était un informateur au service de Ben Ali. C’est ce qui m’a précipité à partir de la Tunisie pour poursuivre mes études en France. En quelque sorte mon désir de faire des films est née à ce moment là ! » (Leyla Bouzid)

Baya Medhaffar incarne Farah…C’est son premier rôle ? (Un cinéphile)

« Dans le cinéma vous voulez dire ?…C’est son premier rôle, en fait j’ai aimé la vitalité de cette jeune comédienne qui a tout donné pour ce rôle complexe. Elle a du composer avec l’exigence de certaines scènes où les prises de vues étaient nombreuses, dans les scènes musicales il a fallu parfois refaire jusqu’à onze fois les captations pour avoir la bonne ! Même si ce n’est pas une chanteuse sa voix est fragile et émouvante, c’est ce qui m’a plu dans sa personnalité ! » (Leyla Bouzid)

Au fond tu as voulu mettre en avant cette jeunesse ?(France Net Infos)

« J’ai fait se film pour cette énergie d’une jeunesse brimée. Le personnage principal est une fille mais le sujet touche tout le monde…On doit laisser la créativité des jeunes s’exprimer, c’est la garantie d’une société qui ne peut que s’ouvrir à la démocratie, ce film est une plaidoirie pour la liberté d’expression ! » (Leyla Bouzid)

P1050350
Baya MEDHAFFAR (Comédienne)

Portrait de Baya Medhaffar : Elle a fait ses études à Tunis au Lycée Pierre Mendès mais également elle a suivi une troupe de comédiens de théâtre durant ces années d’études. En 2014, son Bac en poche elle poursuit ses études à Paris 8 où elle passe une licence en cinéma…Elle a participé au casting du film « A peine j’ouvre les yeux » et a été choisi pour le rôle principal. Du 3 au 5 octobre, elle a été invitée au FIFF Namur pour représenter la Tunisie autour d’ateliers et de colloques sur le cinéma !

Eric Fontaine

fr.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

A propos eric Fontaine

Après des études de commerce (EDC) et de journalisme (Studio Ecole de France) j'ai commencé ma carrière comme Responsable de la Communication (FUN RADIO MONTPELLIER) et ensuite dans la publicité visuelle (Avenir Affichage) et imprimeries...Depuis 2007, je consacre une partie à la réalisation de reportages (videos, court-métrages, interviews) pour le web (Blogs, Youtube, Dailymotion) et France Net Infos !.Depuis 2014 j'ai couvert les événements cinématographiques du Cap Spartel Film Festival à Tanger (Maroc).Depuis 2010 j'effectue des modules Web sur le Festival International du Film de Marrakech (Tapis Rouge).Concepteur de clips je réalise des "snapshots" pour les auteurs compositeurs.

A lire aussi

Tour de France : Génération Pêche mouille le maillot

Engagée pour la première fois dans l’aventure du Tour en 2016, la fédération nationale de ...

Lire les articles précédents :
Animalium – le livre d’activités

Il y a moins d’un an, est paru aux éditions Autrement, Animalium, un documentaire aux ...

Mon coffret créations – Plastique fou

Le coffret Plastique fou est paru aux éditions Larousse, dans la sympathique collection Mon coffret ...

Keith Richards Overdose : Kryptonite Is Alright

Formé en 2009, Keith Richards Overdose est un quatuor qui surprend dès la première écoute. Effet ...

Fermer