Accueil / Culture / Retour sur un mois de festivals à Juan-les-Pins : Jazz à Juan 2011

Retour sur un mois de festivals à Juan-les-Pins : Jazz à Juan 2011

Le mois de juillet c’est fini et ses festivals aussi ! La célèbre Pinède Gould de Juan-les-Pins a accueilli de nombreux concerts : du Jazz à l’électro en passant par le reggae, retour sur un mois de juillet plein de festivals et zoom sur le plus vieux d’entre eux : le célèbre et réputé Jazz à Juan.

 


 

Après avoir mis la barre très haute pour ses 50 ans l’année dernière, la 51ème édition se devait d’accueillir encore d’autres artistes prestigieux : des découvertes, des artistes à l’honneur, oui, les organisateurs du festival avait tout prévu. Tout sauf la météo, qui n’avait pas le cœur à faire la fête ce mois-ci. De la pluie pour Santana (ce qui a valu l’annulation de la première partie, qui devait être assurée par Robert Randolph, venu pour la première fois à Jazz à Juan), beaucoup de vent les autres jours, de l’eau qui tombe sur la scène en plein milieu d’un morceau, une mouette qui s’invite au concert de Keith Jarett, bref, cet été, on aura tout vu !

Mais les habitués du jazz à Juan étaient présents. Keith Jarrett a signé là sa carte fidélité au festival en assurant son 20ème concert à la Pinède Gould . Et c’est toujours aussi bien. Delphine, 38 ans : « Ce que j’aime chez Keith Jarrett, c’est l’intimité de ses concerts. On est entre nous, c’est calme, c’est agréable. » Pour être calme, ça l’était en effet. Le public n’avait qu’à se tenir. Les consignes de Monsieur Jarrett étaient claires et ont même été annoncées au public : pas de photos, ni vidéo, pas de déplacements pendant les morceaux. Sinon pas de concert. Mais le public de Keith Jarrett connaît Keith Jarrett.

Avec Jamie Cullum vous optez pour un vrai one man show : sauts sur son piano, humour à l’anglaise, reprises, concert improvisé dans la foule (si si !), transformation des spectateurs en une chorale géante, introduction du cri d’un spectateur dans son morceau, bref, un vrai partage entre lui et son public, qu’il fait entrer dans son univers musical composé d’influence de Jazz traditionnel et de musique actuelle empruntée à tous les registres musicaux. A tout juste 30 ans, cette pile électrique a fait vibré la Pinède, pour la troisième fois !

 

Pas mal de premières aussi cette année.

Le blues de James Hunter a été applaudi avec frénésie pour la première partie du tant attendu B.B King. Un vrai coup de cœur des spectateurs. Un petit retour à l’ancien temps pour ce britannique qui a su plaire par son humour british et son dynamisme sur scène. A découvrir si ce n’est pas déjà fait !

S’invitait également pour la première fois Imany avec son timbre à couper le souffle. Le public a succombé sous son charme et son humour. Imany, c’est un peu notre griotte. Elle nous raconte d’où viennent ses textes et ce qu’ils peuvent nous apporter. De l’émotion et des rires avant de danser avec Ben l’Oncle Soul. Bon plan selon une jeune spectatrice venue le voir : « A ma grande surprise, à l’Office du tourisme, les billets en placement libre (tribune) au tarif étudiant étaient à 10 euros. J’ai pu profiter du concert à moindre coût, bien placée et j’ai découvert Raphael Saadiq et Imany, deux artistes extra ! Attendre Ben en dernière partie n’a jamais été aussi agréable ! »

 

Sans oublier les « best of du off » : les notes musicales jazziques s’étendent au-delà de la pinède et s’installent un peu partout dans la ville pour laisser place le temps d’un soir à d’autres artistes, moins connus. Autres lieux, autre ambiance : de la joie et de la bonne humeur en se baladant dans la rue aux sons des contrebasses et des trompettes des Big Band, c’est aussi ça le jazz à juan. Une petite parenthèse musicale applaudie à chaque coin de rue.

 

Une petite déception toutefois pour le concert de Manu Katché, le parrain du festival : la pinède n’a jamais été aussi peu remplie. Une petite rumeur circule : l’année prochaine, ce serait Jamie Cullum le nouveau parrain du festival.

 

On attend la 52eme édition avec impatience !

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

A propos Agence

A lire aussi

Laurent Gerra « sans modération »- Tournée 2017/2018

Laurent Gerra – L’inimitable chouchou des français, le caïd des imitations avec ses textes qui ...

Lire les articles précédents :
L’équipe pyrotechnique du Puy du Fou, vice-championne du monde

L’équipe des artificiers du Puy du Fou qui avait l’honneur de représenter la France lors ...

TDF 2011 : Les Français de retour

Le Tour de France 2011 est mort ! Vive le Tour de France 2012 mais avant ...

Le Festival Pantiero 2011 s’apprête à chauffer la Croisette !

Le célèbre Palais des Festivals et des congrès de Cannes accueille la semaine prochaine, le ...

Fermer