Accueil / Culture / Humour / SNCB mon Amour, mémoires d’une navetteuse

SNCB mon Amour, mémoires d’une navetteuse

“SNCB mon amour” aurait très bien pu s’appeler “SNCF mon amour”, on y aurait trouvé les mêmes lignes, presque mot pour mot. En Belgique comme en France, l’utilisateur quotidien de train traverse plus rapidement l’enfer que la rame en direction du wagon-bar, si tant est qu’il y en ait un.

c69f8e_91a89ae5ebd64d79a4f8ff403eed8ab8.jpg_srb_p_504_738_75_22_0.50_1.20_0.00_jpg_srbCe livre, de Nancy Vilbajo,(aux éditions du Basson) navetteuse belge pendant 3 ans, est né des réseaux-sociaux. En effet, pendant ces trois longues années, où Nancy Vilbajo avait abandonné sa voiture au profit des trains, elle faisait partager ses aventures farfelues, énervantes, amusantes et parfois totalement surréalistes, à tous ses contacts Facebook. Elle a donc récupéré tous ces statuts, ajouté des hashtags et des remises en contexte, et nous l’a livré. Enfin pas tout à fait. Avec l’aide de François Bouton, illustrateur, Nancy a tenté de répertorier, sous forme de portraits, les spécimens les plus fréquemment rencontrés au sein des trains de la SNCB, allant de la gare de Binche jusqu’à Bruxelles.

Rempli d’humour, de franchise et de subtilité (ou pas, selon le degré d’énervement au moment de l’écriture du statut), SNCB mon amour ravira tout lecteur ayant déjà expérimenté une fois la joie du voyage en train. Eh oui, que l’on soit voyageur régulier ou très occasionnel, on n’y coupe pas, on s’y retrouve forcément. On a tous croisé, un jour, les gosses bruyants et hystériques des voisins, le vieux bizarre au regard lubrique, le type festoyant de mets odorants et particulier dans le train de 6h12, et j’en passe.

Mais ce n’est pas tout ! Car si le premier ennemi du navetteur dans le train est l’autre, celui qu’il redoute le plus s’impose avant même d’apercevoir notre train : le retard. Et on a beau rire devant toutes ces petites anecdotes, réellement vécues par l’auteur, on sait au fond de nous que ce n’est franchement pas drôle à vivre, et on compatit, le sourire en coin, en s’avouant, secrètement, qu’on est finalement bien contents qu’elle ait subi tout ça pour nous en faire un chouette recueil à garder sous le coude pour chaque voyage !

 

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

A propos Victoria MARION

Rédactrice littérature, gastronomie, mode, high tech, jeux de société et tourisme/voyage.

A lire aussi

Orcs & Gobelins, le premier tome, Turuk

Après Elfes et Nains, voici la nouvelle saga fantastique des éditions Soleil, qui s’inscrit dans ...

Lire les articles précédents :
Jean-Paul Gaultier au Grand Palais

Jean-Paul Gaultier s'expose au Grand Palais du 1er avril au 3 août 2015. Mais qui ...

492 608 salariés en danger

Avec des effectifs s’élevant à 492 608 salariés, le secteur agroalimentaire est le premier secteur ...

Julien CLERC au Zenith de Clermont-Fd : en toute élégance.

La salle se remplit petit à petit, les fans du premier jour sont là, au ...

Fermer