Accueil / Culture / Cinéma / TANGER a fait son cinéma…

TANGER a fait son cinéma…

Voilà deux jours que la 2ème Edition du Cap Spartel Film Festival est clôturé, et que mon retour en Métropole s’accorde parfaitement avec le cirage de mes chaussures, preuve évidente de mon séjour Tangérois et de mon immersion dans l’univers de ses travailleurs de l’ombre, les petites mains des rues venant du Souk !

Transition parfaite pour glisser vers les salles de projections où la ville a été mise à l’honneur cette année…Azzédine El Ouafi, le Directeur du Festival a fait le lien avec les réalisateurs venus de Mauritanie, de l’Afrique du Sud, de l’Espagne, de la France, de Norvège, de l’italie, de Grande Bretagne et du Maroc !! L’occasion de voir des court-métrages internationaux était euphorisant, je dois l’avouer.

« El Wadaa » filmé en Mauritanie ouvre la séance des films « fait maison » qui portent le cinéma dans sa « Home Function ».

« SECURITY » le film de Mark MIDDLEWICK a fait l’union de l’Afrique du Sud, pour l’ouverture des cérémonies…

« INQUIETUDE » de Morgan DAVIDSEN, parle d’une danseuse qui vit la passion de la danse dans son univers urbain, le film mélancolique porte le sujet du corps dans sa dimension spatiale. Le film a obtenu plusieurs prix au PORTUGAL, en OUGANDA. La comédienne Norvégienne Nina INGEMANN est magistralement éfficace et charmeuse en danseuse, un bel hommage indirect au film « Inquiétude » tourné en 1998 par Manoel de Oliveira disparu le 2 avril à 106 ans !!

« Dispalcements » de Manuel ALVAREZ, où les cimetières côtoient les buldings asiatiques, le tout dans un univers de bruits et de pollutions des villes, un film résolument politique qui fait converger l’âme humaine vers une robotique mécanique : NAISSANCE, TRAVAIL, FIN DE VIE…Le réalisateur Espagnol est avant tout un observateur « Globe Trotteur » « Je suis comme une hirondelle qui suit les mouvements des hommes dans leur niche quotidienne » aime t’il à préciser lors d’un colloque sur la ville et son architecture !.

« Chevaux de fortune » de Jillali FERHATI où l’on aperçoit la comédienne Française Brigitte ROUAS avec NEZHA RAHIL (tourné en 1995) le réalisateur parla du 7ème art comme un laboratoire d’essais où le mot oser sert la cause de l’industrie artistique.

Autre bon moment du 7ème art avec « Le vent, je crois emporte tout » lors de la projection à l‘Hôtel Villa de France lieu mythique où séjourna MATISSE. Un film atypique et très avant-gardiste pour avoir suscité un débat, avec la présence de l’artiste Fadma KADDOURI, qui s’inscrit dans le bouleversant hommage à Mohamed CHOUKRI (écrivain Tangérois). Ce soir là l’âme vagabonde de l’auteur du livre Le Pain Nu connu internationalement, voguait au gré de l’assemblée venue très nombreuse à cette soirée magique ! C’est aussi ma discussion avec TOUDA la fille d’Ahmed BOUANANI (1938-2011), habitant Rabat dont les yeux noirs reflétaient encore l’admiration d’une fille pour un père cinéaste qui réalisa en 1968 (6 & 12), des prises de vues en « 35 mm ». Quel bonheur d’avoir réuni ces documentaires du Maroc en marche où la modernité s’inscrivait déjà sur la pellicule aux sons des guitares Rocks et du Jazz. Loin des stéréotypes de la société archaïque musulmane que l’on pouvait voir dans les films sous le régime d’Hassan II.

Belle rencontre avec Catherine RICOUL qui venait juste de finir l’immense travail de post-production à BERLIN sur son documentaire « Curvy, une histoire en friche ». La cinéaste à vécu une vrai histoire coup de coeur à Tanger et m’a confié qu’elle souhaitait écrire un scénario sur la capitale du Rif, dont l’écriture inspiré par son séjour dans l’hôtel de Matisse l’avait véritablement envoutée. Le Festival a permis aussi d’organiser des ateliers « cinéma » avec Suzzy GILLETT et Jacopo Di BERTOLDI venus de Grande Bretagne et d’Italie. Mustapha MESKINE a aussi donné une vision moderne sur la photographie à ses élèves venus nombreux assistés à un cours magistral d’une journée. Les fans de la grande actrice Sana MOUZIANE ont été nombreux à suivre la comédienne qui a véritablement été l’ambassadrice du Festival…

« Anna Bello Sguardo » de Vito Palmieri a remporté le Grand Prix du Jury, avec une interprétation très remarquée de l’acteur Ettore MINUCCI. Mon coup de coeur de mon côté va à la réalisatrice réfugiée au Canada Sameh BAYHOUM « Une histoire Syrienne » (prix film d’ouverture) qui dénonce les exactions du président Bachar el-Assad, il faut noter le courage des organisateurs qui ont décidé la programmation de ce film dans le contexte international tendu !! Egalement HOUKAK le film (prix du film de clôture) très applaudi du jeune réalisateur Marocain Younes YOUSFI qui par son histoire dénonce aussi les méandres de la société Marocaine, où le rôle de certaines institutions ne s’inscrit pas toujours dans la pluralité des lois vis à vis de certaines dérives qui portent aussi la discussion, au sein de la communauté !

Eric Fontaine

Les réalisateurs
Remise des prix
Terrasse de Tanger
Vue du port
Cinéma Le Rif
Lieu du Festival

 

 

fr.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

A propos eric Fontaine

Après des études de commerce (EDC) et de journalisme (Studio Ecole de France) j'ai commencé ma carrière comme Responsable de la Communication (FUN RADIO MONTPELLIER) et ensuite dans la publicité visuelle (Avenir Affichage) et imprimeries...Depuis 2007, je consacre une partie à la réalisation de reportages (videos, court-métrages, interviews) pour le web (Blogs, Youtube, Dailymotion) et France Net Infos !.Depuis 2014 j'ai couvert les événements cinématographiques du Cap Spartel Film Festival à Tanger (Maroc).Depuis 2010 j'effectue des modules Web sur le Festival International du Film de Marrakech (Tapis Rouge).Concepteur de clips je réalise des "snapshots" pour les auteurs compositeurs.

A lire aussi

Vieilles Charrues 2017 : le bilan

La 26ème  édition des Vieilles Charrues vient de s’achever. J’ai eu le privilège de couvrir ...

Lire les articles précédents :
BSE leader de l’UCI Europe Tour au départ de Paris-Roubaix

Grâce à son excellent début de saison, l'équipe Bretagne-Séché-Environnement sera au départ de Paris-Roubaix, le leader du ...

Participation de la jeunesse
Les Grands Jeux Romains 2015 : Hannibal le retour !

Eric TEYSSIER Maître de Conférences en histoire Romaine à l'université de Nîmes l'avoue : "Hannibal est ...

Les musiciens de Brême

Les musiciens de Brême est un conte classique revu par Kochka, d’après les frères Grimm. Un ...

Fermer