Accueil / Culture / ZoB’ : La vie presque belle

ZoB’ : La vie presque belle

Le 21 juin, c’est la fête de la musique, mais c’est aussi la date de la sortie du demi-album de ZoB’ : La vie presque belle.

zobAmis lecteurs, ne vous fiez pas aux apparences, continuez votre lecture, ne vous y trompez pas : l’univers de zoB’ne se réduit pas à son pseudonyme. Au moins, et j’en suis sure, vous aurez retenu son nom ! Tout commence pour cet amoureux des mots en 2007, puis il se retrouve sur la scène des Découvertes du Printemps de Bourges en 2008, par un malentendu croit-il mais qui s’en trouve heureux. Zob enchaine les concerts et ouvre son champ artistique axé sur l’écriture. En 2011, alors que la sortie de son premier livre est actée, zoB’ décide sur un coup de front d’autoproduire son premier disque, le sympathique « décousu ». D’ailleurs, je vous engage fortement à jeter un oeil sur son site internet dont le graphisme tourne autour  de la couture avec de véritables boutons sur lesquels on clique, on clique…
En 2012, zoB’ intègre la pépinière d’artistes LaBelle Paloma : opération réussie et validée lors des Bars en Trans des Transmusicales de Rennes et autres Live au Pont ou  Francofolies de la Rochelle (2013).

L’auto-dérision semble être le maître mot de l’univers particulier et attachant de Zob. Rien d’étonnant qu’il travaille avec Didier Super, artiste musicalement incorrect qui a fait ma joie pendant longtemps lorsque nous chantions en choeur et en famille des purs morceaux comme Les pauvres, y z’ont qu’à êt’ riches, ou Petit Caniche peluche pour vieux, de la magnifique ouvrage…

Quand un demi-album comme « La vie presque belle » vous tombe entre les mains, surtout il ne faut pas prendre le moment octroyé à son écoute à la légère… L’artiste nous offre un véritable voyage en absurdie, ponctué d’envolées revendicatives et de poésie pure. J’ai beaucoup apprécié l’ambiance de mixité de l’album qui donne une force musicale avec une empreinte identifiable. Le « parlé-chanté » est très agréable, on se laisse porter par les variations de la voix, avec des paroles susurrées, clamées, ou slammées. On est touché par le soin apporté au choix des mots, des intentions mises dans chaque tournure de phrase, parfois décalées, parfois revendicatives, très souvent harmonieuses. L’humour n’est jamais loin, que ce soit sous sa forme la plus acide, ou tout en sous-entendus… Pour son accompagnement musical, Zob s’acoquine de 2 musiciens aussi pittoresques que truculents : un étonnant beat box humain délivré par M.Gerbeck, Grand Orchestre de la Bouche à lui seul, véritable poumon musical du projet, et Dandy Punk, l’homme Basse (Contrebasse, Basse, MS10). Une vraie réussite…

Dans notre paysage musical français actuel si morne, où toutes les productions se ressemblent, où toutes les chansons sont écrites à partir du même algorythme, Zob apporte une fraîcheur et une originalité qui sont vraiment les bienvenues… Un vrai son qui décrasse les oreilles et fait vibrer nos synapses.Le premier extrait de l’album :  « Vapeurs de jazz » est en téléchargement libre, profitez-en et j’en suis sûre, il vous donnera envie de découvrir le reste !!

Sur scène, vous le verrez à :
Festival Hace Calor – Gruissan le 13 juin
Domaine d’Ô – Montpellier le 21 juin
Akwaba – Chateauneuf de Gadagne le 13 août
www.ozob.fr

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

A propos alissash

A lire aussi

l’histoire culturelle des 80’s française racontée par Stéphane Deschamps

Lorsque l’on évoque l’histoire des 80’s, vient tout de suite à l’esprit images colorées, slogans ...

Lire les articles précédents :
Chut, chut, Charlotte !

Chut, chut, Charlotte ! est une réédition, un album remit en valeur et aux goûts ...

Retour au centre de la Terre, tome 2, Les piliers de No’or

Les piliers de No’or est le second tome de Retour au centre de la Terre, ...

La résistance de l’air

Synopsis : Champion de tir au fusil, Vincent mène une vie tranquille entre sa femme ...

Fermer