Accueil / Actu du web / Anonymous – la menace bienveillante

Anonymous – la menace bienveillante

Depuis un certain temps, l’actualité informatique est bousculée par les faits d’un groupe surnommé « Anonymous », « anonyme » pour les non-anglicistes. Ces personnes, aux desseins obscurs ne sont connus que de peu de personnes, et leur réputation n’est basée que sur des suites d’images qui s’embrouillent dans l’esprit des gens. Mais qui sont-ils au final ?

Tout d’abord, Anonymous est un groupe, à la fois obscur et à la fois ouvert, d’indignés. Des gens désabusés par les mensonges des gouvernements, des grandes firmes, et surtout le viol de la vie privée de chacun. C’est leur grand dada : la vie privée, que l’on perd chaque jour un peu plus, vendue à des grandes firmes comme Facebook et Google, ou à des gouvernements sous couvert de protection contre une menace terroriste ou pédophile. Avec son modèle ouvert et ses milliers de sympathisants dans le monde, Anonymous a su se créer une notoriété, notamment grâce à des actions dans le monde entier, mais aussi grâce à un crédo :

« We are Anonymous. We do not forget. We do not forgive. We are legion ».
(« Nous sommes Anonymous. Nous n’oublions pas. Nous ne pardonnons pas. Nous sommes légion »)

Ce crédo, apparu dans ce qu’on appelle les règles d’internet, donne un indice sur les origines d’Anonymous, autant que leur mode de fonctionnement. Tout d’abord, l’idée du mouvement est née sur des forums, où des internautes du monde entier discutaient de tout, et surtout de rien, et où, de temps en temps, apparaissaient des faits, qui menèrent ensuite ces internautes à agir en masse. Ainsi est né Anonymous, en vengeant un chat contre une voisine qui l’a mis dans une poubelle, en mettant hors service le site web de l’église de la scientologie, par le biais de différentes opérations organisées, mais jamais sans la moindre hiérarchie.Cette absence de hiérarchie est à la fois la force et la faiblesse de Anonymous : bien que quelques sympathisants et membres présumés du groupe aient été interpellés par les services de police du monde entier, Anonymous n’a jamais perdu de sa puissance, au contraire.

En effet, le groupe dispose d’un arsenal informatique puissant, pouvant mettre à genoux de nombreux sites et services, de l’injection de code malveillant pour pénétrer une machine, et utiliser un botnet de machines ainsi vérolées pour surcharger un serveur (les fameuses attaques DoS ou « Déni de Service »), au déffaçage (remplacer un site par un autre) d’un site ou d’un service, en passant par la mise hors service de machines. De part cet arsenal et des groupes techniquement très puissants, de nombreux experts parlent carrément d’une véritable puissance de feu.

Mais cette puissance de feu redoutée connaît une limite : le groupe ne connaît aucune hiérarchie. Anonymous est le Fight Club. C’est un amalgame de cellules indépendantes, organisées entre-elles quand il s’agit d’atteindre un but commun, mais sans aucune coordination. C’est cette absence de hiérarchie qu’il manque à Anonymous, et qui en même temps en fait un ensemble plus grand que l’on peut l’imaginer. Pourtant, il arrive que certaines de ces cellules quittent le troupeau. C’est le cas de LulzSec, dont les actions ont été connues il-y a quelques temps, une faction dissidente de Anonymous, dont l’objectif a été de mettre hors service des services de jeu vidéo, dont notamment le PSN. Cette action n’a attiré à LulzSec que l’animosité des utilisateurs, mais quel était leur réel but ? Le même que celui d’Anonymous : dévoiler au monde ce qui est fait de vos données personnelles, et la fragilité des protections qui sont mis autour de celles-ci.

Quelles sont les actions d’Anonymous ?

Il suffit de suivre les comptes twitter du groupe pour se tenir au courant des dernières nouvelles d’Anon. Après avoir mis hors service le site de l’église de scientologie, ils se sont attaqués à des groupes plus conséquents, comme le FBI, avec des opérations comme « Fuck FBI Friday », où le groupe faisait fuiter des informations de l’agence américaine pour les dévoiler ouvertement, ou des fuites de documents de l’OTAN. Des actions dangereuses, risquées, qui mettent en même temps l’accent sur le manque de sécurité des données dans les agences gouvernementales les plus importantes du monde. Anonymous n’a pas peur des gouvernements. Outre les actions de piratage de grande envergure, Anonymous s’intéresse à des actions plus proches de notre quotidien, plus proches que l’on peut le penser. En effet, Anonymous a maintes fois soutenu des mouvements de protestation dans le monde, comme les révoltes au Maghreb, en servant de fil d’information, les émeutes au Royaume-Uni, en dévoilant la collaboration entre Blackberry et le gouvernement britannique, ou plus récemment encore, avec l’opération Occupy WallStreet, généralisée à Occupy Everywhere. Ce mouvement de protestation est en route depuis fin août aux USA, supporté notamment par Anonymous, qui propose aux manifestants des moyens d’organisation et de résistance, comme l’application « Je suis en train d’être arrêté », en relayant des informations, en s’affiliant à des groupes pour supporter l’effort de guerre comme les Suicide Girls, qui ne sont ni plus ni moins que des modèles amateurs, officiant pour les manifestants comme le faisaient les femmes dans les magasines envoyés aux soldats américains partis libérer l’Europe.
Leur dernière opération remarquable est l’OPDarkNet, quand le groupe décide de mettre à nu un réseau caché de pédophiles. Ainsi, plus de 2000 adresses, et donc personnes, ont été dénoncées aux autorités. Anonymous ne connaît aucune limite, Anonymous est légion.

L’OPFacebook. Avec la modification du mode de fonctionnement de Facebook notamment, qui affirme ouvertement diffuser les informations, même les plus personnelles des utilisateurs à des tiers, Anonymous a lancé l’idée de l’OPFacebook : faire planter les serveurs de Facebook et présenter aux gens le danger qu’est le réseau social. Seulement quelques problèmes se sont posés à Anon : quelle aurait été la réaction des utilisateurs en voyant leur site préféré mis hors ligne par un groupe inconnu ? Quelle puissance de feu aurait été nécessaire pour faire planter le site ? Quelles failles utiliser ? Trop de problèmes, pas assez de temps, trop de controverses, Anon se contentera d’informer les masses comme ils le font toujours.

Anonymous en France ? Ils sont très peu connus mais ils sont une réalité. Ils représentent plus une faction sympathisante, mais quelques groupes se disent affiliés à Anonymous. Toutefois, les rares retours sur Anonymous que l’on peut obtenir, sont les avis d’experts en sécurité informatique : un groupe très peu coordonnée de petits hackers de bas niveau, misant sur un très grand nombre plutôt qu’une force technique, avec un idéal anarchiste d’ados révoltés.

Anonymous est-il donc une menace ? Anonymous se veut au-dessus et en-dessous d’internet. Le Fight Club, les illuminatis et les franc-maçons du monde informatique. Personne ne sait vraiment qui ils sont, ni qui en fait partie, mais ils sont là, ils tentent de réguler le monde à leur manière. Leur malveillance ne tient finalement qu’à la manière dont sont interprétés leurs faits et leurs idéaux, car c’est en effet principalement sur la forme de leurs actions, judiciairement et techniquement discutables, et non pas le fond, qu’ils sont jugés par les médias, et par nous. Il n’y a pas vraiment de raisons de craindre ce groupe si l’on est qu’un simple internaute, au contraire leurs conseils sont généralement édifiants, mais c’est encore une fois les entités les plus puissantes qui craignent Anonymous, ceux qui craignent le peuple.

A propos redaction

La rédaction suit les tendances du moment dans le domaine d’actualité. elle vous propose de suivre l'actualité mais aussi des chroniques de livres, cinématographiques , de suivre l'actualité de vos loisirs ( parc , spectacles , sorties ) et de vous proposer des infos fraiches par nos journalistes présents dans toutes la France qui peuvent couvrir ainsi de plus près les informations , nous proposons aussi des dossiers thématiques en fonction de l'actualité et des podcasts audio et vidéos .

A lire aussi

Firefly T1 : Survivrez vous à l’impossible ?! Ed.Komikku

Depuis le 3 Mai, le premier tome de « Firefly » est paru aux Éditions Komikku ! Amateurs ...

2 commentaires

  1. 100% d’accord, nous sortons à ce propos cette semaine : Anonymous. Pirates informatiques ou altermondialistes numériques ? (FYP Editions) pour remettre en perspective le phénomène Anonymous : http://bit.ly/sGGoXY

  1. Pingback: Foodime.com

Lire les articles précédents :
Un vent de «germanophobie» souffle sur la classe politique française

En cette période de crise de la zone euro, les négociations entre la France et ...

Le nouveau clip de Lady Gaga “Marry The Night”

Dans son nouveau clip “Marry The Night”, Lady Gaga nous fait revivre ses débuts dans le métier, ...

Assistez à l’interview de l’équipe du spectacle Shéhérazade

A l’occasion de  la représentation du spectacle de Shéhérazade à Paris , France Net Infos  ...

Fermer