Accueil / Culture / Littérature / Dieu en soit garde d’Aissa Lacheb, aux éditions « Au Diable Vauvert »

Dieu en soit garde d’Aissa Lacheb, aux éditions « Au Diable Vauvert »

Dieu en soit garde est  le dernier livre  d’Aïssa Lacheb paru aux éditions « Au Diable Vauvert ». Après Plaidoyer pour les Justes et Scènes de la vie carcérale, il nous livre un roman autobiographique dans lequel il raconte sa jeunesse mouvementée à Reims.

Dieu en soit gardeLe roman s’ouvre sur le suicide d’une voisine. Quelques pages plus loin, un jeune étudiant se défenestre sous les yeux de sa compagne. Tels sont les drames auxquels assiste le jeune Aïssa dans sa cité. Comme beaucoup de ses copains issus de l’immigration, dans les années 70, il ne va plus au lycée et erre dans son quartier. Avec eux, il ne paye pas les tickets de bus, il multiplie les larcins jusqu’à ce qu’il passe à des choses plus sérieuses en commettant un braquage. Le chapitre 31 s’ouvre sur cette phrase qui en dit long : « nous l’avons fait, nous avons braqué ; nous en sommes fiers ». En quelques secondes ils ont gagné plus d’argent que leurs mères qui travaillent chaque jour. Les trois braqueurs sont arrêtés et conduits en prison. Aïssa Lacheb décrit alors les longues journées passées en cellule. Trois mois, c’est long et court en même temps.

Le romancier est très attaché à sa ville natale de Reims. Il s’applique à citer des noms de rues,de places,  dans le centre historique mais aussi dans les quartiers les plus excentrés, là où les touristes ne vont pas mais où habitent le jeune Aïssa et ses copains. Devenu adulte et écrivain, il revient sur les lieux de son adolescence et les souvenirs resurgissent. Avec le recul des années et l’expérience de la vie d’adulte, il revoit l’adolescent qu’il était.

Dans  Dieu en soit garde, raconté sans détours, Aïssa Lacheb parvient à nous toucher. L’émotion, discrète, intervient çà et là, quand on ne s’y attend pas, lorsqu’il évoque notamment son père alcoolique, son grand-père mort pour la France, la lettre que lui ont écrite l’assistante sociale et son mari pour le féliciter d’être devenu écrivain. Mais ce sont surtout les pages où sa mère est présente qui sont les plus touchantes. Adolescent et adulte, il a toujours voulu rendre hommage à celle qu’il aime par-dessus tout et qui s’est vite trouvée dépassée par les événements.

 

A propos laurence ray

A lire aussi

Deux nouveaux albums pour l’ami des petits, T’choupi !

T’choupi fait du camping et T’choupi champion de foot ! sont les deux nouveaux albums, dans ...

Lire les articles précédents :
Recettes de cuisines : Caille farcie enroulée de jambon de Parme

France Net infos sélectionne et lance les recettes de cuisines afin de contenter un certains ...

Animaux petits et gros, un livre d’activités et de jeux.

Paru le 27 mars 2014, aux éditions Bayard, le livre Animaux petits et gros, au ...

Le grand soir/3: 1er anniversaire

Le Grand Soir/3, professionnalisme, rigueur, sourire et bonne humeur, souffle sa première bougie !  Depuis ...

Fermer