Accueil / Culture / Cinéma / Festival de Cannes J6 : Foxcatcher De Bennett Miller

Festival de Cannes J6 : Foxcatcher De Bennett Miller

Foxcatcher De Bennett MillerEn compétition officielle, deux films au casting séduisant. Tout d’abord, Foxcatcher De Bennett Miller avec Channing Tatum, Mark Ruffalo et surtout Steve Carrell. Le film raconte l’histoire vraie d’un très riche homme d’affaires américain (interprété par Steve Carrell) qui prend sous sa coupe un jeune champion de lutte pour l’entraîner et le mener vers les jeux olympiques. Bien sûr, tout ne va pas se passer comme prévu, d’autant plus que le champion est déjà entraîné par son frère (Mark Ruffalo). Les acteurs sont tous formidables, Steve Carrell en tête. Il est méconnaissable. Habitué aux comédies, on le retrouve ici dans un rôle sombre, très complexe et torturé. Il ferait un très bon prix d’interprétation masculine.

Dans son dernier film, David Cronenberg a offert une distribution de qualité : Julianne Moore qui interprète une actrice un peu trash, à la recherche d’un grand rôle, John Cusack qui joue un coach au passé un peu trouble, Robert Pattinson un chauffeur de limousine qui aimerait bien faire du cinéma et Mia Wasikowska (Alice dans le film de Tim Burton), défigurée par un incendie. Comme toujours, Cronenberg s’efforce de montrer les travers, les vices de chacun. Ici, il s’attaque au cinéma et en fait une satire très cynique. On pense un peu à The player de Robert Altman. Certaines scènes sont savoureuses et Cronenberg apparaît sans pitié pour ses personnages et le milieu du cinéma. Le jeune acteur interprété par Evan Wood, déjà tombé dans la drogue et quelque peu blasé et l’actrice que joue Julianne Moore,  heureuse du malheur d’une de ses « amies » actrices en sont de bons exemples. Après Cosmopolis qui avait un peu déçu il y a deux ans, Cronenberg revient donc à Cannes en très grande forme.

A la quinzaine des réalisateurs, Cold in July de Jim Mickle avec Sam Shepard, Michael C. Hall (l’acteur de la série « Dexter ») et Don Johnson (l’interprète inoubliable de « deux flics à Miami » dans les années 80). Ces deux derniers étaient présents dans la salle lors de la projection du film à 19h et ont exprimé tout leur bonheur d’avoir joué dans ce film. Il s’agit d’un polar très noir et violent, terriblement efficace. Il commence par un meurtre, une légitime défense qui va embarquer le personnage interprété par Michael C. Hall dans une terrible virée. Il va rencontrer le suppose père de l’homme qu’il a tué, mais aussi un détective privé. Ce film, accompagné d’une excellent bande son, tient en haleine jusqu’au bout. Les nombreux applaudissements qui ont suivi après la projection ont démontré que les spectateurs avaient pris beaucoup de plaisir à voir ce film.

A propos laurence ray

A lire aussi

Les immortalistes de Chloé Benjamin

Les excellentes éditions Stéphane Marsan présentent une saga familiale pleine de mystères : Les immortalistes ...

Lire les articles précédents :
A Hambourg peut-être un roman poignant de Denis Labayle

Les éditions Dialogue présentent le nouveau roman poignant de Denis Labayle : A Hambourg... peut-être. ...

La Vénitienne, le premier tome, La Colombe noire.

Le premier tome de la Vénitienne, paru fin avril 2014, aux éditions Grand Angle, du ...

Le filtre Ag, une alternative à la cigarette électronique

Un moyen simple pour préserver vos poumons et votre santé : le porte cigarette santé ...

Fermer