HK & Les Saltimbanks phénomène musical sur les routes de France

HK et Les Saltimbanks à Nîmes

HK le chanteur s’est baptisé comme cela depuis de nombreuses années, en vérité c’est sous l’identité de Kaddour Hadadi, que le chanteur parcourt les routes de France, à la rencontre de son public. Au gré de ses déplacements HK, a tissé un carnet de voyage, secondé par “Les Saltimbanks”, ses musiciens sont recrutés, pour mener l’aventure au fil des scènes improvisées ou non, tantôt gratuites, ou “participatives” selon Kaddour qui ne cherche “ni la gloire, ni l’argent”, pour reprendre ses mots, quand on aborde le sujet de sa popularité depuis le deuxième confinement !

Portrait d’un auteur-compositeur qui puise son inspiration au gré de sa vision de notre société…

Sur le web, on peut lire : Fils d’immigrés algériens (Kabyle) établis à Roubaix dans le quartier de “La Potennerie”, Kaddour se fait connaître, entre 2005 et 2009, au sein du groupe Ministère des affaires populaires (MAP), avec les deux albums Debout là-d’dans (2006) et Les Bronzés font du Ch’ti (2009) et de très nombreuses scènes que l’on peut qualifier d’Agora/Musicale, le chanteur n’hésitant pas à partager son point de vue sociétal.

En 2009, on peut parler d’un tournant dans l’acheminement artistique de Kaddour. HK forme le groupe “HK & les Saltimbanks”, autour de chansons écrites « sur la route » ou “dans une fin de nuit, en sortie de rencontres”, comme il aime à le définir. C’est ainsi que sort le 31 janvier 2011, l’album Citoyen du monde.

La chanson On lâche rien, extraite de cet album est reprise dans les manifestations, et même au cinéma dans “La Vie d’Adèle” un film de d’Abdellatif Kechiche,Léa Seydoux démarra sa carrière à succès, comme pour Adèle Exarchopoulos (film à la Palme d’or à Cannes). Dans le deuxième album de HK et les Saltimbanks, Les Temps modernes, publié en mai 2012, HK rend hommage au grand résistant Stéphane Hessel qu’il a rencontré en 2010.

Avec la reprise d’Amsterdam, on redécouvre Brel aussi, en version «arrangée ». De nombreux amis participants,  artistes invités participent à l’album : Flavia Coelho, Karimouche, Souad Massi, et le groupe MAP au complet y fait une apparition.

En 2012, HK publie son premier roman intitulé J’écris donc j’existe, aux éditions Riveneuve. Dans cette auto-fiction, HK parle de Roubaix, sa ville de son enfance.

En 2013, il présente Les Déserteurs, en hommage à ses pairs musiciens et chanteurs, où il interprète des classiques de la chanson française (Padam Padam, Toulouse, Les P’tits Papiers, Vesoul, Né quelque part, Le Plat Pays, L’Affiche rouge, Les Passantes, Sous le ciel de Paris, La Chanson des vieux amants) en version châabi. En 2014, il publie son second roman Néapolis, aux éditions Riveneuve http://www.riveneuve.com

Depuis le deuxième confinement fin 2020, sa chanson “Danser Encore” connait un succès couronné dans plusieurs pays en Europe (Belgique, Italie, Espagne, France…). Sur le web et particulièrement sur “YouTube” le titre a été classé “Meilleure Chanson” avec 5 565 805 vues en 10 mois. Le clip tourné avec les moyens du bord au Cloître des Carmes à Avignon, a permis au chanteur d’entamer une série de “live” dans plusieurs territoires de la métropole !

Kaddour face aux Nîmois de La Placette

Nîmes, à l’automne HK invité par le “Petit Théâtre de La Placette” encourage les habitants à sortir de chez eux un dimanche soir !

C’est le “Bouche à Oreille” qui a fonctionné en quelques jours à Nîmes, pour les initiés des concerts improvisés ou presque…À l’initiative de la venue de HK & Les Saltimbanks (Thibault Delbart guitare, Saïd Zaroni guitare, Mathilde Dupuch à l’accordéon), c’est le Théâtre associatif de la placette baptisé “Petit Théâtre”, qui a permis la venue du chanteur avec Albin au son accompagné de Dédé (ex organisateur de la Quand la Ville Dort).

HK défend les idéaux, s’il clame que l’on court à l’extrême droite, il avoue que les Français ne sont pas racistes…“On est connecté avec ce qui se passe autour de nous” explique t’il aux dernières personnes de la placette qui ont attendu d’avoir un échange avec l’auteur-compositeur du titre repris par les Gilets-Jaunes “On lâche Rien”.

À Nîmes, côté Mairie, on explique “avoir été au courant, la demande de ce concert d’HK a obtenu notre accord, dans la mesure ou les horaires sont respectés”, ce qui a été le cas, rétorque un adjoint municipal qui en l’occurence souhaite garder l’anonymat. Il faut dire que le phénomène HK est scruté en haut lieu, le chanteur pendant le confinement a d’ailleurs du s’expliquer sur les “Flashmobs” ainsi que sur les rassemblements au coeur des villes, certaines municipalités ont craint des débordements, à l’époque.

Pour les fans du chanteur, on peut retrouver ses albums à la FNAC, ou sur son site http://www.hk-officiel.com d’après notre enquête, le chanteur préparerait d’autres chansons, que l’on va retrouver sur son site. Pour l’heure, le samedi 13 novembre (Le Zéphyr-20h-Hem) recevra le groupe pour un live “Enfance Handicap & Citoyenneté sans Frontières”, un thème que Kaddour distille dans ses textes, aujourd’hui il oeuvre pour ce changement de société.

Eric Fontaine à Nîmes

 

A lire aussi

Noël Royal avec Louis XIV au Château de Versailles

Le Parcours du Roi – Un Noël Royal au coeur du Château de Versailles qui …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com