Accueil / Culture / Littérature / Une année studieuse avec Anne Wiazemsky

Une année studieuse avec Anne Wiazemsky

Eté 1966, une jeune lycéenne devenue actrice depuis peu écrit à Jean-Luc Godard via les Cahiers du cinéma. Elle lui dévoile son amour pour lui et pour son cinéma. La jeune fille l’a rencontré quelques fois l’année précédente, sur le tournage du film de Bresson Au hasard Balthazar, dans lequel elle tient le rôle principal, ou dans un café, mais ne lui a prêté aucune attention. A ce moment-là, Jean-Luc Godard n’est pour elle qu’un homme arrogant et prétentieux. Pourtant elle lui écrit quelques mois tard, et le cinéaste de la Nouvelle Vague traverse la France pour la retrouver. C’est le début d’Une année studieuse et de leur histoire d’amour, qui surmontera bien des obstacles : 17 ans d’écart, les foudres d’une famille un peu embourgeoisée et les flashs des paparazzis.

Dans Une année studieuse, Anne Wiazemsky raconte sa rencontre avec celui qui deviendra l’amour de sa vie. Le ton est léger, enlevé, empreint d’un immense respect pour ces années-là, parfois même nostalgique. On rit, on tremble autant qu’eux, on s’agace autant qu’elle devant la personnalité de Godard. Une personnalité qui surprend, décontenance. Anne Wiazemsky rétablit une image de Godard loin des préjugés qui font de lui un homme triste et éteint, sans jamais être trop indulgente.
Elle semble parfois se demander au fil des pages ce qu’il a pu lui trouver, mais on comprend à travers cette charmante autobiographie comment un génie du cinéma comme Jean-Luc Godard a pu tomber amoureux de l’étudiante en philosophie de Nanterre. Elle se décrit gauche et semblable à « un gros lapin », mais elle se révèle éduquée, cultivée et drôle. Elle nous fait côtoyer l’intelligentzia parisienne, le début de la révolte étudiante de mai 1968. On croise dans cette année studieuse des personnalités diverses telles que Jean Vilar, François Truffaut ou Jeanne Moreau. On y évoque le souvenir un peu douloureux de la trop grande beauté d’Anna Karina, mais surtout, on y découvre Jean-Luc Godard. Derrière le cinéaste obscur et discret, se cache un homme amoureux, romantique, tendre et attentionné, un homme très cultivé qui offre des livres dans lesquels il souligne des passages, un homme discret et peu sûr de lui, qui se demande pourquoi lui. Un homme passionné.

Anne Wiazemsky y fait l’apprentissage de la vie, de l’amour. Jean-Luc Godard la fait devenir femme. Une année studieuse est un roman d’apprentissage. On découvre à travers ce roman passionnant la jeunesse d’Anne Wiazemsky, on découvre la France des années 60, le Paris de la Nouvelle Vague et d’une certaine élite. On y apprend à aimer Godard, aussi.

 

Auriane Hamon

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

A propos redaction

La rédaction suit les tendances du moment dans le domaine d’actualité. elle vous propose de suivre l'actualité mais aussi des chroniques de livres, cinématographiques , de suivre l'actualité de vos loisirs ( parc , spectacles , sorties ) et de vous proposer des infos fraiches par nos journalistes présents dans toutes la France qui peuvent couvrir ainsi de plus près les informations , nous proposons aussi des dossiers thématiques en fonction de l'actualité et des podcasts audio et vidéos .

A lire aussi

L’autoroute sauvage en Intégrale – Les Humanoïdes associés

Fan de sci-fi ou d’anticipation, s’il y a une « collection » qu’il ne faut pas rater ...

Lire les articles précédents :
Anouk Aïata and the feathered trees, la nouvelle sensation folk

En ce début d'année, on attend avec impatience de connaître les promesses musicales de 2012. ...

Michel Teló, le Brésilien qui affole les filles et fait danser les stars du foot

La vidéo du premier single "Ai Se Eu Te Pego" du chanteur brésilien de 30 ...

Entrée, plat, dessin, Coco, Besse et Catherine

Du 16 JANVIER au 31 MARS Pour la première fois, l’exposition « Entrée, plat, dessin ...

Fermer