Accueil / En Région / Mondial / Une minute de l’ignoble silence

Une minute de l’ignoble silence

 Est ce qu’on peut encore être étonné – surpris, choqué, transpercé par l’onde de l’incroyable, par la conscience du  b a s, est ce qu’on peut être indigné, Révolté – par quoi que ce soit – après se rendre compte, et avoir la conscience que le monde a sombré dans l’état le plus vil imaginable : et que ce ne sont plus « les pays singuliers, chaque indépendamment et contre la désapprobation des autres », ce ne sont pas « les pays singuliers » qui admettent, encouragent et  f o n t  v i v r e  les idéologies bafouant les Droits de l’Humain – mais que ce sont les plus grandes institutions internationales – qui ordonnent aujourd’hui faire la révérence et rendre l’hommage aux bourreaux.

On peut dire que la date du 22 décembre 2011 est désormais devenue une date-symbole. Une date honteuse. Car c’est le jeudi le 22 décembre 2011, que l’état de folie de ce monde a été bien confirmé. La date où les institutions internationales ont certifié et témoigné officiellement leur propre ignominie – et par cet acte, ont légitimé celle du monde. La réponse à la première question est : « On ne peut plus être – ni surpris, ni choqué, ni transpercé par l’incroyable, ni par la conscience du  b a s ». Mais on peut pourtant – et on doit – être indigné et Révolté.

« C’est à peine croyable. Une minute de silence a été observée à l’Assemblée générale de l’ONU, jeudi, à la mémoire de… l’ancien dirigeant nord-coréen Kim Jong-il, décédé samedi dernier à l’âge de 69 ans. Malgré les réticences de certains diplomates occidentaux, Nassir Abdulaziz Al Nasser, président de l’assemblée générale, a accepté la demande de la mission nord-coréenne d’observer cette minute de silence jeudi, à 21 heures, conformément au protocole » – écrit « Le Point » (le 23.12.2011). La Corée du Nord est un pays « considéré par la plupart des observateurs étrangers comme un régime communiste de type totalitaire, ou stalinien »*. Les Droits Humains fondamentaux n’y existent pas et les Humains y vivant n’ont pas droit non plus de quitter le territoire de la prison sans autorisation des pouvoirs.

Je me souviens encore les échanges de lettres avec un coopérateur-artiste de mon pays d’origine – engagé politiquement par le simple fait de l’absence de l’indifférence et par avoir les yeux ouverts – ses mails d’il y a quelques mois criaient : « Est ce que tu sais qu’est ce qui se passe en Corée du Nord… ? » Il brûlait d’envie de composer une musique qui pourrait crier également – contre l’indicible de la bestialité humaine : celle des pouvoirs coréens. Animée par le même feu, j’ai commencé de chercher plus des nouvelles et des informations sur ce qui se passe actuellement en ce pays – et je n’avais que répondre par le même cri : que je suis choquée, pas seulement par le fait que ce qui s’y passe actuellement, me fait penser sur les choses ayant eu lieu à l’époque du nazisme (pol. : czasy hitlerowskie), du stalinisme et sur les goulags, mais aussi par le fait que le monde ne réagit pas.

LE MONDE… VA BIEN

La Corée du Nord est un pays, où aujourd’hui, en XXIème siècle, ont lieu les expérimentations médicales sur les gens, les expérimentations rappelant vivement celles effectuées par les docteurs sévissant dans les camps comme Auschwitz. La Corée du Nord est un pays, où aujourd’hui, en XXIème siècle, les Humains sont envoyés aux camps du travail forcé et aux camps de détention qualifiés par les associations étrangères d’être les vrais camps de concentration. La Corée du Nord est un pays, où aujourd’hui, en XXIème siècle, les tortures et les persécutions des personnes appartiennent aux modes reconnues de la gestion de la société par le gouvernement, et comme les actes légitimes – font le quotidien politique. …Mais est ce que le siècle a quelconque importance pour ceux qui décident de l’enfer.

L’AUTORITÉ ACCABLANTE DU « PROTOCOLE »

« Cette minute de silence, à la demande de la mission nord-coréenne à l’ONU, est un acte protocolaire, qu’avait fait valoir le président de l’assemblée, Nassir Abdulaziz Al-Nasser » (« Le Monde »). Ce comportement, du président d’une organisation qui en cette façon prouve encore une fois qu’elle n’est pas : ni grande, ni digne, ni ne sert surtout pas à défendre les Droits Fondamentaux et la dignité de chaque Humain – fait qu’on n’a que se rendre compte également du fait qu’aujourd’hui – en XXIème siècle – on vit dans le monde où la loi et les injonctions « protocolaires » légitiment en pratique tout : avec rendre l’hommage aux bourreaux compris. Ce qui est accablant, c’est qu’on se rend compte que pas seulement les masses et les foules affamées à pouvoir soumettre la responsabilité de leur vie à un maître apprennent à suivre le protocole sans s’opposer vis-à-vis des choses inacceptables – mais, que même les cerveaux des hauts fonctionnaires qui gèrent les organisations internationales – fonctionnent sous cette emprise : de l’autorité de la « convention ». Un manque de réflexion… ? Ou plutôt, un manque de couRAGE… ?

« Le seul registre de condoléances ouvert en Amérique du Nord en mémoire de Kim Jong-il se trouve à la mission du pays à l’ONU, où un mur entier de chrysanthèmes ceint un portrait du « cher leader » » (« Le Monde »).

Les journaux relatent aussi que les États-Unis et le Japon ont refusé de donner la suite et de participer à ce théâtre de l’ignoble.
« 
Outre les États-Unis et le Japon, le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne n’ont pas pris part à la minute de silence. Aucun autre pays membre de l’Union Européenne n’était en principe non plus présent ».
Et pourtant, « le minute du silence » a bien eu lieu.

* * *

…On peut dire que la date du 22 décembre 2011 est désormais devenue une date-symbole. C’est le jeudi le 22 décembre 2011, que l’état de folie de ce monde était bien confirmé, et la date où les institutions internationales ont confirmé officiellement leur propre ignominie – et celle de ce monde. Le 22 décembre à 21h pile – alors au même instant que la minute du silence incroyable ordonné par l’ONU a eu lieu – sans rien encore savoir, je chantais aux deux micros pour que certains mots aient encore plus de force et que la voix porte loin : « Ce n’est pas l’Eau, le Vent, le Feu ou la Tempête  qui empêche de vivre et qui peut nous TUER ou arrêter.  Ce sont les lois inventés par les Hommes,  et ce sont les Hommes eux-mêmes,  qui font qu’on meure ». …L’Opprobre – pour ceux qui ne le respectent pas, ceux qui vivent leurs vies comme les bourreaux des autres, et ceux qui ordonnent faire la révérence et rendre l’hommage aux bourreaux. Opprobre – NI UNE MINUTE DU SILENCE.


BALLADYNA De Tempête
_______________________________________________

* Par ex. : Alain Destexhe, « Corée du Nord, voyage en dynastie totalitaire ». (Le texte était publié également sur le blog WordPRESS de l’auteur .Photo (source): « L’Express »).

 

fr.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

A propos redaction

La rédaction suit les tendances du moment dans le domaine d’actualité. elle vous propose de suivre l'actualité mais aussi des chroniques de livres, cinématographiques , de suivre l'actualité de vos loisirs ( parc , spectacles , sorties ) et de vous proposer des infos fraiches par nos journalistes présents dans toutes la France qui peuvent couvrir ainsi de plus près les informations , nous proposons aussi des dossiers thématiques en fonction de l'actualité et des podcasts audio et vidéos .

A lire aussi

Les Républicains, Laurent Wauquiez affine son discours fédéraliste à Nîmes

Laurent Wauquiez était attendu à Nîmes, pour son discours politique évoquant le constat social et ...

Lire les articles précédents :
Le crazy Horse pour la première fois à Cannes !

Le célèbre cabaret parisien se produira les 29 ,30 et 31 décembre et le 1er ...

Festival de musique classique de la Folle Journée de Nantes Edition 2012

          La folle journée de Nantes, certainement un des plus grands ...

Les Internationaux de gym de Bercy annulée

Suite à la réception d'un mail de notre correspondant gym qui nous annonçait la rumeur ...

Fermer