Accueil / Culture / Musique / Bang on time – Le nouvel album détonnant des Bikini Machine

Bang on time – Le nouvel album détonnant des Bikini Machine

1385004_10152328115012294_4050313038625948785_n

Formé en 2001 et propulsé sur le devant de la scène grâce aux Transmusicales, Bikini Machine est un groupe rennais 100% masculin, mené par cinq joyeux fanfarons passionnés par les 60’s.

Cinq ans après la sortie du dernier album, The Full Album, c’est avec le détonnant Bang on time sorti le 3 novembre 2014 –  que nous revient le quintet fou. Bang on time, comme « il était temps », après cinq ans d’attente, durant lesquels le groupe a participé à divers projets musicaux (ciné-concerts, lives avec Didier Wampas etc.) avant de s’attaquer au dernier né. Ou encore Bang on time, comme un titre choisi aléatoirement, en hommage à l’univers de la BD et ses onomatopées. France Net Infos livre ses premières impressions sur cet album haut en couleur.

Dix titres, à peine plus de trente minutes de musique, le timing est serré, tellement qu’on n’a pas même le temps de prendre son temps, la deuxième écoute est déjà lancée, c’est reparti pour un tour. Court et donc plus percutant, c’est ça l’idée. Cet album, c’est une explosion de sonorités en tous sens, un gigantesque dégraissage des platines, qui donne envie de swinguer, se rouler par terre et autres amusements puérils. Bref, Bang on time, ça groove, ça met de bonne humeur et ça fait penser à plein d’autres choses, à la musique des 60’s bien sûr, mais aussi à des musiques de films…d’ailleurs, les Bikini Machine aimeraient bien composer pour le cinéma. L’appel est lancé. En attendant, c’est dans la publicité pour la nouvelle Ford Fiesta que vous pouvez les entendre. Eh oui, cette musique entraînante que l’on entend, c’est « Stop all jerk »…de Bikini Machine.

Quant à évoquer un « album de la maturité », on n’y croit pas trop, tant nos quadragénaires semblent avoir conservé de bons restes de leur jeunesse. Certes, l’album est plus sombre, plus soul et plus posé que les précédents, mais ça s’arrête là. Le groupe y parle d’amour, de famille, de travail et autres sujets sérieux, mais n’oublions pas que la musique prime sur les paroles, qui ne viennent qu’après, une fois que la base sous forme de « yaourt à l’anglaise » est prête à prendre un peu plus de consistance. La composition des morceaux, c’est un travail d’équipe, chacun amène une base, une ambiance et ensuite on expérimente, on fait des essais, jusqu’à obtenir le morceau final. La formule gagnante, c’est « faire du vieux avec du neuf », comme ils disent. Des sonorités très sixties mais avec tout de même l’utilisation de matériel moderne pour les arrangements. Un album électro/pop déchaîné qui trouve sa place chez les  anciens comme chez les modernes.

Outre ce fameux « Stop all jerk », que trouve-t-on dans cet album ? Des titres qui remuent et donnent envie de se déhancher, tels que « Watcha gonna do » ou « Sulky Lisa ». On imagine déjà les jeunes gens swinguer, ambiance « gendarme de Saint-Tropez ». D’autres plus sombres, plus lents et très soul, à l’image de « The shade of my soul », qui joue sur l’effet « ralenti » et les échos, ou « Stagger man », une mélodie répétitive et résignée qui s’insinue et résonne dans les têtes longtemps après l’écoute. Notre coup de cœur. En tout cas, les influences et les sonorités sont multiples et nous perdent dans une jungle musicale très touffue. Un certain nombre de morceaux, tels que « Everybody’s in the know », n’hésitent d’ailleurs pas à jouer de l’alternance des genres et à briser la monotonie.

A écouter le matin, pour bien commencer la journée ou bien la nuit, lors de soirées endiablées.

Souhaitons aux Bikini Machine de durer encore et encore…

Pour en savoir plus :

Le site internet du groupe ICI.

La page Facebook du groupe ICI.

Merci à l’équipe du bureau de presse Aoura, ainsi qu’à Patrick Sourimant (bassiste du groupe) pour leur aimable collaboration.

A propos Mikael Buffard

A lire aussi

Rolling Stones « Voodoo Lounge Uncut » : Miami 25 novembre 1994, comme si vous y étiez !

Alors qu’ils s’apprêtent à retrouver leurs fans américains avec le No Filter US Tour prévu ...

Lire les articles précédents :
« Le bonheur des dames  » au Vingtième Théâtre

France Net Infos a eu le plaisir d'assister à l’une des représentations du Bonheur des ...

Ma première crèche, un livre et une crèche à assembler.

A paraitre le 6 novembre 2014, aux éditions Nathan, Ma première crèche est un coffret ...

Moins gaspiller c’est pas sorcier !

Moins gaspiller c’est pas sorcier ! est un livre de recettes et conseils pratiques paru aux ...

Fermer