Accueil / Culture / DVD / Toute ma vie (en prison) – Sortie DVD le 10 mai 2013

Toute ma vie (en prison) – Sortie DVD le 10 mai 2013

TouteMaVieEnPrison

« Une vie à attendre. Attendre. Attendre la mort ». Mumia Abu-Jamal est incarcéré dans la prison de  S.C.I Greene en Pennsylvanie depuis son arrestation pour le meurtre d’un policier en 1981. Condamné à la peine de mort jusqu’en 2001, commuée en perpétuité après un procès en appel, Toute ma vie (en prison) est un film documentaire de Marc Evans sur le terrible destin d’un homme qui a toujours clamé son innocence et sur la période politique troublée dans laquelle il se trouvait au moment des faits.

Un soir de décembre 1981, Mumia Abu-Jamal intervient dans une altercation entre un homme noir  -qui s’avèrera être son frère- et un policier blanc, Daniel Faulkner. Ce dernier est abattu par arme à feu alors que celle de Mumia est retrouvée sur le lieu du crime, tout près de lui qui a également été grièvement blessé.

Dans les années 70, Mumia Abu-Jamal cumule tout ce que la communauté blanche de Philadelphie et ses représentants abbhorent. Il est considéré par le FBI comme « personne à surveiller en cas d’alerte nationale » depuis qu’il est devenu membre des Black Panthers de Philadelphie en qualité de responsable de l’information à l’âge de quinze ans. Cette organisation politique dispense de l’aide pour la communauté noire de la ville tout en éveillant les consciences. En 1978, devenu jeune journaliste de radio très suivi, Mumia ne cache pas sa sympathie pour le MOVE, organisation révolutionnaire anti-autoritariste et proche de la nature dont un bébé fut tué au cours d’une altercation policière. Établie à Powelton Village, l’organisation subit un siège de cinquante jours par la police pour les déloger. S’ensuit une effraction avec fusillade faisant un mort dans les rangs de la police. Neuf membres du groupes sont accusés du meurtre et emprisonnés jusqu’à aujourd’hui alors qu’ils ont toujours soutenu qu’il s’agissait d’une balle perdue de la police. Ces actions brutales de la police de Philadelphie sont savamment entretenues par Frank Rizzo, maire de la ville de 1972 à 1980 et ancien chef de cette unité qui a instauré une culture du racisme au sein de la puissante corporation, ce qui explique les nombreuses confrontations entre la communauté noire et les institutions de la ville de cet état du sud, la Pennsylvanie, en prise directe avec son histoire sécessionniste.

La justice ne tarde pas à juger Mumia Abu-Jamal coupable à l’issue d’un procès inéquitable: l’enquête policière est baclée, la sélection des jurés écarte les noirs qui représentent pourtant 44% de la population de la ville et des témoins sont menacés. De plus, il est établi qu’au cours de ce procès le discours du procureur Joseph McGill est biaisé: il écarte notamment la présomption d’innocence et le bénéfice du doute auprès du jury populaire chargé de prononcer la culpabilité ou pas de l’accusé. Joseph McGill réinterprète également une citation de Mumia Abu-Jamal: « Le pouvoir politique est au bout du fusil » qu’il avait reprise de Mao en référence à un autre meurtre controversé, celui de Fred Hampton (célèbre figure des Black Panthers de Chicago assassiné avec le consentement du FBI en 1969) pour l’accabler en démontrant sa nature agressive et violente. Par ailleurs, une greffière affirme avoir entendu le juge Albert F. Sabo dire « Je vais les aider à griller ce nègre » en marge du procès contre Mumia Abu-Jamal qu’il a présidé et où il l’a condamné à la peine capitale, ce qui ne présageait rien de bon quant à la nature des débats. Comble de l’ironie, ce juge est tristement célèbre aux États-Unis pour avoir prononcé le nombre record de trente et une condamnations à mort dont vingt-neuf contre des accusés noirs.

Toute ma vie (en prison) retrace en détail cette histoire en tentant de démontrer, quelle que soit sa culpabilité, l’invalidité du procès initial de Mumia Abu-Jamal. En cela, elle s’appuie sur de nombreuses images d’archives et des interviews de témoins directs, d’intellectuels, de militants et d’activistes ainsi que de personnalités artistiques contemporaines: Noam Chomsky, Angela Davis ou Mos Def notamment nous délivrent leur point de vue sur cette affaire. La trame narrative de Toute ma vie (en prison) est amenée par le jeune William Francome, né le 9 décembre 1981, jour de l’arrestation de Mumia Abu-Jamal. Il nous rappelle que, contre toute attente et malgré des tentatives parfois musclées de l’État de faire taire les voix discordantes, la conscience de la jeune génération est aussi présente que celle de ses aînés dans les engagements contre les injustices qui sévissent encore aux États-Unis. À ce titre, Neil Davidge et Robert Del Naja (Massive Attack) ont signé la musique du film.

Toute ma vie (en prison). Film documentaire. Royaume-Uni, 2007. Réalisé par Marc Evans. Musique N. Davidge et R. Del Naja (Massive Attack). Chansons originales Snoop Dogg. Produit par Livia Firth. Producteur exécutif Colin Firth.

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

A propos Agence

A lire aussi

Starman, la voiture de l’espace explore l’univers

Le 6 février, la fusée « Falcon Heavy » du milliardaire Elon Musk (fondateur de Space X ...

Lire les articles précédents :
Nicodemus Red, Les dragons d’Hillrude, chez Ankama.

Sorti le 18 avril 2013, voici le premier tome de la série naissante, Nicodemus Red, paru aux ...

Un guide complet sur les plages françaises

Grande plage de sable, de galets, petites criques secrètes, calanques … ça sent les vacances ! ...

Mincir grâce à notre mémoire…

Mincir, simplement en y pensant? Dans son ouvrage « Les secrets de nos comportements », le professeur ...

Fermer