Accueil / En Région / Ile de France / Au lycée Henry IV, le Salon des séjours linguistiques 2014

Au lycée Henry IV, le Salon des séjours linguistiques 2014

Salon des séjours linguistiques 2014
Salon des séjours linguistiques 2014

Contrairement à sa lointaine cousine, les colonies de vacances, qui font office de parents pauvres, les séjours linguistiques ne connaissent pas la crise. Avec un marché continuellement en hausse malgré le ralentissement général des économies des pays occidentaux depuis 2008, il n’y a pas de désaffection à tel point que les opérateurs français ont ressenti le besoin de s’organiser autour d’une « fédération », l’Office National de Garantie des séjours et Stages Linguistiques (ONGSSL), qui regroupe aujourd’hui une quarantaine d’adhérents et qui est chargée du respect de la charte qualité par chacun de ses membres, même pour des services rendus à l’étranger. Ainsi, son président, Monsieur Gérard Deshayes, inaugurera la nouvelle édition du Salon des séjours linguistiques et des voyages scolaires samedi 22 mars 2014 au lycée Henri IV. Placé sous le Haut patronage du Ministre de l’Education Nationale, du Ministère des Sports, de la Jeunesse, de l’Education populaire et de la Vie associative, et de la Commission européenne, ce salon organisé par l’ONGSSL ouvrira ses portes dès 10h00. Ce sera l’occasion de se mettre au diapason des bonnes réponses qu’il vaut mieux avoir avant de partir  à l’étranger.

Un salon qui a toutes ses raisons d’être

Selon Gérard Deshayes, à la présidence de l’ONGSSL depuis 5 ans, les Français considèrent qu’il est indispensable de maîtriser une langue étrangère, principalement l’anglais,  dans un marché devenu global. Et malgré le coût que cela représente (en moyenne autour de 1600/1800 € pour 3 semaines), les foyers les moins favorisés continuent à faire l’effort d’envoyer leurs enfants à l’étranger tandis que les plus favorisés ne se posent pas la question. Et même si la plupart des séjours sont de courtes durées (35% de ceux-ci ont une durée comprise entre 2 ou 3 semaines), le dépaysement face à un nouvel environnement qui le responsabilise, l’exposition à la langue bien différente de celle offerte à l’école (car utile au quotidien), permettent à l’enfant motivé pour un voyage à l’étranger, de progresser dans la pratique de la langue, (même à son insu) et de grandir loin de ses parents. Et c’est le rôle de l’ONGSSL de vérifier que la qualité promise aux clients portant sur l’encadrement, l’hébergement en famille et en collectivité, la qualité des cours, la disponibilité des correspondants sur place, les brochures mises à disposition des parents est bien au rendez-vous, d’où la raison d’être de ce salon. Si l’on demande également au président de l’ONGSSL si son secteur pourrait être menacé par la récente initiative du gouvernement de remettre les colonies de vacances (de proximité) au goût du jour, il demeure confiant : « il y a de la place pour tout le monde. Mais l’Etat n’a plus les moyens de soutenir puissamment ce secteur. Auparavant, les colonies de vacances étaient subventionnées par nombre d’acteurs : la Caisse d’Allocations Familiales, les Comités d’entreprise, l’Etat. De nos jours, seule reste prégnante la participation des comités d’entreprise, ce qui permet à de nombreux jeunes de partir, même parmi les moins favorisés. Consulter ci-après le site du Salon du 22 mars 2014 et voir l’activité 2013 ONGSSL – Rapport 2013 

Qui est donc concerné et pour quelles destinations ?

Le salon s’adresse entre autres aux jeunes et aux parents souhaitant organiser un séjour linguistique à l’étranger (57% des partants ont moins de 26 ans), mais elle peut également concerner une population ayant des projets plus personnels (projet de volontariat à l’étranger par exemple) puisque la limite d’âge d’un participant est fixée à… 77 ans ! Les projets s’articulent autour du désir d’occuper un poste à l’étranger,  mais aussi de partir un semestre voire une année scolaire à l’étranger pour étudier dans une université ou encore des voyages culturels scolaires ou séjours linguistiques avec ou sans cours de langues. Ainsi, des conférences sont au programme afin de répondre aux principales questions comme :

  • Combien de temps partir et à quel moment du cursus scolaire en France ?
  • Les équivalences et reconnaissance de diplôme en Amérique du Nord et en France
  • Le fonctionnement d’une université nord-américaine
  • Les différents types d’établissements sur place
  • Quel niveau de langue exigé pour ce type de programme ?
  • Le processus de demande de visa
  • Les différences entre stages, jobs et volontariat
  • Avantages et inconvénients de chaque formule (rémunération, niveau d’anglais, expérience professionnelle, …)
  • Quel niveau de langue exigé pour ces types de programme ?
  • Pourquoi passer par un organisme / Risques encourus lorsqu’on ne passe pas par un organisme

Les séjours qui ont une orientation plus loisirs se déroulent très souvent pendant les vacances scolaires,  c’est pourquoi, la notion de plaisir y est étroitement mêlée. En effet, la journée des enfants est certes rythmée par des cours de langues, mais également par des activités sportives et culturelles. En tête des destinations les plus prisées pour les adhérents de l’ONGSSL : la Grande Bretagne, les Etats-Unis, l’Irlande, l’Australie, l’Espagne. La tendance est de faire reculer davantage les frontières pour s’envoler vers des pays comme la Nouvelle-Zélande ou encore les pays asiatiques. Voir Site de l’ONGSSL

 En outre, s’il est admis qu’il existe des facteurs « d’évolution » à l’œuvre chez les enfants pendant ces séjours à l’étranger, ces derniers sont tout aussi opérants chez leurs  encadrants.  Assurément, il va sans dire que les enfants ne sont pas livrés à la langue de Shakespeare de manière brutale : ils sont pris en charge par une équipe bilingue. France Net Infos a pu recueillir quelques témoignages de ces Français qui n’hésitent pas par amour des langues et des voyages à prendre leur sac à dos pour travailler au-delà des frontières.

Une formidable aventure… humaine

Des activités amusantes en séjours linguistiques
Des activités amusantes en séjours linguistiques

Virginie, qui vit dans la région lyonnaise et qui rêve de vivre dans un pays anglo-saxon, n’a pas hésité à traverser la Manche pour sa première expérience à l’international. Issue d’une longue expérience de gérante dans la grande distribution, elle a été séduite par le profil du poste proposé : il fallait faire des plannings, gérer une équipe, prendre des décisions, être sur le terrain avec les enfants, en résumé obtenir la confiance d’une équipe bilingue et celle des enfants… Parti d’un schéma très simple, si tu sais prendre en main une équipe d’adultes, à fortiori, tu peux prendre en main des enfants… Mais la réalité a été toute autre. Elle a redécouvert que chacun vraiment un être unique et que les adolescents ont une posture qui leur est propre et réclamait une attention particulière. Elle a vite compris qu’il lui fallait endosser 3 casquettes : pallier l’absence de la maman, être la copine et sans aucune démesure, la responsable de leur séjour ! Avoir tout d’un bon manager en somme ! Et c’est comme cela qu’elle s’est aperçu que les Français avaient un atout décisif : ils possèdent une ouverture d’esprit qui suffit à leur bonne adaptation au sein d’un environnement plus contraignant, tandis que peut-être les locaux ne manifestaient pas tous le même état d’esprit…

Pour de formidables opportunités de travail pour les Français…

Jean-Christophe est originaire du nord de la France et se souvient que petit, il n’aimait pas l’anglais, jusqu’à ce que ses parents décident de l’envoyer en séjour linguistique en Angleterre. A son retour, son attitude face à la langue avait changé. Depuis cet étudiant en droit est un amoureux de la langue anglaise. C’est la raison pour laquelle il a choisi lui aussi de prendre part à l’encadrement de séjours linguistiques à l’international.

Pour lui, c’est l’occasion de travailler d’une manière différente, d’améliorer son anglais et d’être avec des enfants. D’ailleurs, il n’aurait pas pu exercer la même fonction en France : « je ne peux pas encadrer de séjours en France puisque je n’ai pas mon BAFA». En France, l’administration est plus exigeante sur les titres. L’animateur n’existe que parce qu’il est titulaire d’un BAFA, même si devant l’évolution du marché, une tolérance est acceptée car les besoins en personnel sont importants, surtout pour la période estivale. Jean-Christophe avoue apprendre beaucoup lors de ses missions, même si parfois cela n’a pas été facile de collaborer avec une équipe britannique. Il voit à quel point les enfants eux-mêmes se transforment au cours du séjour. Ce qu’ils attendent avant tout, c’est de se faire des amis et de bien s’amuser. Ils s’adaptent bon gré, malgré à la nourriture outre manche et s’aperçoivent au final, qu’il comprennent un peu mieux la langue de Shakespeare.

Découvrir une autre gastronomie en séjours linguistiques
Découvrir une autre gastronomie en séjours linguistiques

Des nombreuses sociétés du secteur recherchent encore du personnel pour cet été : des accompagnateurs, des animateurs, des directeurs/directrices de séjour, des assistants médicaux, des professeurs d’anglais ou professeurs de français. N’hésitez pas venir vous renseigner sur le salon ou à contacter l’Office National des Séjours et Stages Linguistiques ou encore l’UNOSEL (Union Nationale des Organisations de Séjours Éducatifs, Linguistiques et de Formation en Langues Site UNOSEL ou directement ces quelques recruteurs ci-après :

Bon voyage !

 

Les séjours linguistiques en quelques chiffres (données ONGSSL pour l’année 2013) :

– 350 000 voyages scolaires/an

– 150 000 séjours linguistiques/an

Tendances observées récemment :

– De nombreux séjours prévus très à l’avance (3-4 ans)

– Beaucoup de demandes pour les très jeunes (dès 8 ans)

– Public principalement adolescent 13-16 ans

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

A propos Agence

A lire aussi

Pockemon Crew : Big Data is watching you

Tous les soirs c’est le même refrain. Ils se donnent rendez-vous au même endroit, écoutent ...

Lire les articles précédents :
Gymnastique : En route pour les championnats d’Europe

Plusieurs événements gymniques ont eu lieu ce weekend (15/16 mars 2014), avec en vue les ...

Le droit d’aimer d’Anne- Marie Mariani.

            Publié aux Editions Kero en février dernier Le droit d’aimer d’Anne- Marie Mariani est ...

Shamballas ou bracelets tibétains des éditions Larousse.

Dans la collection des Mini Larousse, Shamballas ou bracelets tibétains, paru en février 2014, vient ...

Fermer