Accueil / High-Tech / Don’t Starve, il va falloir survivre sur PC

Don’t Starve, il va falloir survivre sur PC

Don’t Starve (développé par Klei Entertainment, disponible sur PC) est un jeu indépendant. « Encore un », me direz-vous, car oui, c’est à la mode depuis quelque temps. Et effectivement, certains de ces « petits jeux », arrivent à tenir la dragée haute à bon nombre de « gros » titres de grands éditeurs.

Dont StarvePour revenir à Don’t Starve, nous tenons ici un jeu A-DDIC-TIF ! Vous voilà prévenus. Ce jeu est un jeu de survie. Don’t Starve peut se traduire par « ne meurs pas de faim ». Le but est simple : aider votre personnage à survivre dans la nature composant le monde du jeu. Précisons que ce monde est divisé en plusieurs types d’environnements ayant chacun leurs particularités et leur habitants.

Mais pour commencer, vous ferez connaissance avec Wilson, votre tout premier « protégé » (ou « à protéger »). Propulsé par un démon dans ce monde où la nature est reine , ce scientifique n’a d’autre aide que celle qu’il va devoir trouver par lui-même au travers de la faune, de la flore et de tout ce qui l’entoure. Wilson devra manger et se protéger la nuit, ce qui sera le minimum pour ses première heures passées dans ces contrées.

Le déplacement de votre personnage peut être opéré à la souris ou au clavier.

Le jeu est à la base en version anglaise, ce qui pourrait poser quelques problèmes à des joueurs non-anglophones. Cependant, les mécanismes du jeu sont assez simples et on prend vite le tour de main.

…mais rassurez-vous, des joueurs se sont attelés à traduire le jeu en français, ce qui vous permettra une immersion bien plus simple si vous êtes un peu réfractaire à la langue de Shakespeare. Le jeu pouvant être modifié, ce mod FR est vraiment un plus ! Merci à ses auteurs.

D’autres mods sont aussi disponibles en fonction des goûts de chacun. Des mises à jour de la part des développeurs ont aussi permis d’enrichir le jeu et d’améliorer certaines petites choses remontées par l es joueurs.

Afin de vous plonger dans la découverte du jeu, voici un fan-site en français extrêmement complet qui vous permettra de découvrir le jeu et de vous informer sur les possibilités offertes. Attention cependant à ne pas tout dévorer comme un guide de jeu, l’effet de surprise, l’expérimentation et la découverte restent des points forts de Don’t Starve.

De temps à autres, de petites phrases viennent ponctuer la progression du personnage en fonction des rencontres, de l’heure de la journée, de ses actions ou des événements.

Ce jeu est addictif donc, mais aussi énervant, décourageant, frustrant car… votre personnage va mourir. Plus ou moins vite, mais il va mourir ! Et alors me direz-vous, rien de nouveau là-dedans ?!? Eh bien disons que toute mort est définitive. Ne comptez pas sur un retour à une sauvegarde, c’est impossible.

Attention, cela ne veut pas dire qu’on ne peut pas sauver une partie en cours bien sûr. Le jeu sauve automatiquement la partie, et quand vous quittez, une sauvegarde est aussi réalisée. Mais une fois votre personnage mort, la sauvegarde… l’est aussi ! Cela veut dire que toutes vos actions doivent être réfléchies, pesées, car leurs conséquences peuvent être irréversibles et peuvent vous envoyer directement à l apage de score (ici la morgue). Don’t Starve n’est donc (normalement) pas un jeu dans lequel on fonce tête baissée ! On réfléchit, on prend son temps, et on remet au lendemain (ou tout au moins à plus tard) ce qui pourrait s’avérer trop risqué sur le moment.

Et vous verrez qu’on s’attache à son personnage, qu’on le bichonne, et qu’on en veut à ce *$!ù^* d’animal qui s’est acharné sur vous et qui a brisé votre bel élan au bout de 25 jours de survie, alors que votre camp commençait à être magnifique et vos réserves pleines de ressources ! Parfois c’est injuste, certaines cartes pouvant se montrer mieux servies que d’autres. Mais un paramétrage dans les options est possible vous permettant d’ajouter, réduire, ajuster les différents éléments présents sur votre carte de jeu.

Mais malgré la frustration (quand on joue, mieux vaut prévenir notre entourage géographiquement proche qu’il y a un risque de réactions incontrôlées de votre part en cas de mort violente de votre personnage), …on y retourne !

Votre aventure commence avec Wilson, puis au fur et à mesure de votre progression et des points engrangés en fonction de la durée de votre survie, d’autres personnages viendront grossir les rangs de vos « survivants ». Tous ont des atouts et des malus. Vous découvrirez quelles en seront les répercussions à l’usage le moment venu. Ces caractéristiques pourront vous amener à avoir un petit faible pour tel ou tel personnage plus que tel autre en fonction de votre style de jeu. Wilson pouvant passer pour être le plus « équilibré » (sur plusieurs plans !).

Au tout début, une fois en pleine nature, efforcez-vous de réunir un minimum vital, comme un naufragé sur une île inconnue. Il faudra passer la première nuit et y survivre, auprès d’un feu. La nuit est en effet votre ennemie, car la nuit… il fait noir, on n’y voit rien, et des bêtes rôdent ! Et l’hiver il fait froid. Que de banalités, n’est-ce pas !?!, et pourtant, votre personnage vous fera sentir tous ces aspects : surveillez l’heure, la saison, … Votre personnage doit rester en bonne santé physique et mentale et se nourrir, se protéger, voilà qui résume la situation de départ. Anticipez, prévoyez, préparez-vous.

Dans Don’s Starve, rien n’est gratuit ! La nature est là pour vous aider, mais pas seulement. Si vous abusez, vous pourriez en payer le prix : abattez trop d’arbres et le Gardien de la Forêt risque de vous rendre une petite visite. Volez un oeuf sous les yeux d’un Tallbird et …commencez à courir (info : sur un chemin, on marche plus vite) !

N’abusez donc pas. Vous devez survivre, ne l’oubliez pas. Ruches, nids d’araignées, légumes, tout ce que vous récupérez peut servir. A manger, tout d’abord, mais méfiez-vous car si certains aliments vous nourrissent, d’autres peuvent vous être néfastes (selon le personnage choisi). Certains jouent sur la faim, la santé, le mental. Récoltés sous une certaine forme, les aliments peuvent aussi être cuits. Les matériaux et produits récoltés peuvent aussi être combinés entre eux, à l’aide de machines, et vous permettent d’obtenir de nouvelles choses utiles à votre survie. Votre personnage pourra s’aménager un camp, tout d’abord basique, puis ensuite plus développé. Le protéger avec des murs, y placer des potages, des coffres pour stocker ses trouvailles, …

Les bêtes croisées sur votre route ne seront pas toutes amies ou ennemies. certaines peuvent devenir vos alliées, et vous aider au combat, ou en vous fournissant certaines matières de leur vivant (on peut récupérer certains éléments sur l’animal, ou il peut laisser certains éléments au sol… TOUT peut servir, même… la barbe de Wilson !). Certains animaux sont agressifs : dès que vous êtes trop près d’eux, ils attaquent. D’autres sont plus paisibles et ne vous attaqueront qu’en situation de défense, sinon, vous pourrez les croiser et les côtoyer sans risques si vous ne les attaquez pas. Certains animaux seront quand à eux totalement inoffensifs, d’autres ne le seront qu’à certaines périodes. Le bestiaire que vous croiserez se révèlera donc varié, à vous d’apprendre à le connaître, à en tirer parti et à faire avec !

On pourrait craindre que le jeu ne se montre trop répétitif, à cause de l’obligation de recommencer à zéro après chaque mort de votre personnage, mais au final, chaque passage par la morgue va vous donner envie d’expérimenter, d’essayer d’autres voies, d’améliorer votre stratégie. Les cartes n’étant pas identiques à chaque partie, la répartition des milieux hostiles / accueillants vous offre de nouvelles possibilités.

Les graphismes du jeu sont tout à fait sympathiques, tout en restant simples. Le jeu est ponctué de petites animations, de petites phrases, en fonction de ce qui se passe. Les couleurs varient, nous renseignant sur l’heure, la saison. En même temps, pas besoin d’un jeu au summum du graphisme vidéoludique dans le cas de Don’t Starve, ce n’est pas l’essentiel. Le jeu est tout à fait bien servi par sa réalisation efficace. On se dirige à la souris / et ou clavier ????. On peut avoir accès à une carte du monde avec « brouillard » de guerre « pour les zones non encore explorées. On peut résumer les fonctions et fonctionnements du jeu à simples et efficaces.

Si vous accrochez, pour son prix modique (on trouve en plus des promos régulières sur les différents sites le mettant en vente), Don’t Starve vous offrira de nombreuses heures de jeu addictives et passionnées. Avant de passer par la case achat, vous pouvez aussi vous faire une idée en testant la démo du jeu.

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

A propos redaction

La rédaction suit les tendances du moment dans le domaine d’actualité. elle vous propose de suivre l'actualité mais aussi des chroniques de livres, cinématographiques , de suivre l'actualité de vos loisirs ( parc , spectacles , sorties ) et de vous proposer des infos fraiches par nos journalistes présents dans toutes la France qui peuvent couvrir ainsi de plus près les informations , nous proposons aussi des dossiers thématiques en fonction de l'actualité et des podcasts audio et vidéos .

A lire aussi

office 2019

Office 2019 : Chasse gardée de Windows 10 et cours gratuits

Afin de promouvoir le développement de Windows 10, plus particulièrement dans les sociétés, le géant ...

Lire les articles précédents :
Bijoux origami, dans la collection Les mini Larousse.

C’est un petit livre, de Didier Boursin, paru en février 2014, aux éditions Larousse, qui ...

Dragons, père et fils, un album Père Castor.

C’est aux éditions Flammarion, le 12 mars 2014, qu’est paru l’album Dragons, père et fils, ...

Yakari et la tueuse des mers, le trente-huitième tome.

Quarante ans et trente-huit album, dont le dernier est paru le 14 mars 2014, aux ...

Fermer