best universities for mfa in creative writing comedy creative writing prompts how to help homeless veterans essay exeter university creative writing masters aqa gcse english language creative writing past papers creative writing world building best websites to help with homework

Festival de Cannes J2 : Jodie Foster, “Tout s’est bien passé” de François Ozon et Jane par Charlotte

Cette première journée de la compétition a été marquée par plusieurs temps forts : le rendez-vous avec Jodie Foster, la projection de Tout s’est bien passé de François Ozon et la présentation du premier film de Charlotte Gainsbourg, Jane par Charlotte.

Rendez-vous avec Jodie Foster

Avant que Jodie Foster n’arrive dans une salle Bunuel comble, on avait pris soin de déposer sur une table la Palme d’Or d’honneur que Pedro Almodovar lui avait remis la veille lors de la cérémonie d’ouverture. C’est avec une standing ovation qu’elle a été accueillie par le public. Pendant une heure et demie, Jodie Foster s’est livrée, en français, à quelques confidences sur son métier d’actrice et de réalisatrice et a donné des conseils aux très nombreux étudiants en cinéma présents dans la salle. Elle a parlé longuement du Festival où elle a triomphé avec Taxi Driver alors qu’elle n’avait que treize ans. Cette année-là, quatre de ses films étaient en compétition au Festival. Elle s’est souvenue que lorsqu’elle a quitté son appartement avec sa mère pour prendre le taxi les conduisant à l’aéroport pour aller à Cannes, son chien qu’elle tenait dans ses bras est mort. Elle a tout de suite compris que ce Festival marquerait sa vie. Elle ne se doutait pas à quel point ! Elle est revenue sur quelques-uns de ses films : Taxi Driver mais aussi Le silences des agneaux, qui a marqué tous les esprits. Elle a avoué qu’elle avait eu peur d’Anthony Hopkins pendant tout le tournage. C’est seulement à la fin qu’elle a osé l’avouer à l’acteur, qui, à son tour, lui a dit qu’il avait éprouvé le même sentiment à son égard. Parmi les nombreux réalisateurs qu’elle a côtoyés, il en est deux auprès desquels elle a beaucoup appris : Neil Jordan, un « poète » qui interroge beaucoup les acteurs et David Fincher, un « immense technicien ». La soirée d’ouverture lui a permis de retrouver Spike Lee sous la direction duquel elle a tourné Inside man. En tant qu’actrice, on la verra bientôt dans Désigné coupable, en avocate de Tahar Rahim, emprisonné à tort durant de longues années. Une histoire vraie incroyable.

Les questions ont également beaucoup tourné autour de la réalisation. Jodie Foster a reconnu que son envie de devenir réalisatrice était née très tôt ; elle était encore enfant. Alors qu’elle jouait dans une série, elle s’est rendu compte que l’acteur incarnant son père était également le réalisateur, ce qui lui paraissait inconcevable. Elle a alors demandé à sa mère si une femme pouvait aussi réaliser des films et cette dernière lui a répondu que cela était possible à condition d’écrire. Ce qui l’attire en tant que réalisatrice, c’est le « souci du vrai ». Tous ses films sont portés par la recherche de la crédibilité, de la vérité. Elle a fait tourner George Clooney, Mel Gibson notamment. Elle estime qu’avec ses acteurs un réalisateur doit se comporter comme un parent, en le rassurant. Le public aurait pu écouter Jodie Foster pendant des heures.

Tout s’est bien passé de François Ozon

François Ozon aurait dû venir à Cannes l’année dernière avec Eté 85. Il est là cette année avec un film chargé d’émotion, abordant le thème de la fin de vie. Il a adapté le livre de l’auteur Emmanuèle Bernheim, une amie proche avec laquelle il avait collaboré pour l’écriture de plusieurs de ses films. Dans son livre, elle raconte son histoire douloureuse : son père, victime d’un AVC, lui avait demandé de l’aider à mourir. Avant de décéder elle-même, elle avait tenu à ce que François Ozon adapte son livre au cinéma. Le réalisateur a fait appel à André Dussolier et à Sophie Marceau pour incarner le père et la fille. A leurs côtés, Géraldine Pailhas, son autre fille. Dès les premières images du film, André Dussolier apparaît fortement diminué et le visage défiguré après son AVC. Ne supportant pas de se voir dans cet état, il va finir par demander à sa fille Emmanuèle de l’aider à « en finir ». Une décision lourde à prendre. Comment un père peut-il demander cela à sa fille ? Comment dire non à un père à qui on ne refuse rien ? Sophie Marceau incarne cette femme qui redevient, qui n’a jamais cessé d’être, la petite fille de son père. Elle est aussi la sœur, fragile et forte, de celle, sans doute moins aimée, à qui le père n’a rien demandé. Comment continuer à vivre en entendant les suppliques récurrentes de son père ? Le film aborde toutes ces questions et il interroge aussi sur la fin de vie. Comme la mort assistée n’est pas légale en France, c’est vers la Suisse qu’il faudra se tourner. Le père, André demande à sa fille de se renseigner et faire les démarches nécessaires. Dès lors que sa décision est prise, l’homme semble apaisé, presque serein, et déterminé à s’offrir des moments de bonheur avant de partir. André Dussolier est magistral en père, tantôt exigeant et agaçant dans sa volonté d’en finir, tantôt bouleversant. Quant aux filles, Sophie Marceau et Géraldine Pailhas, elles sont des filles apeurées par une telle décision puis déterminées à respecter la décision de leur père. François Ozon s’est bien gardé de faire un film politique, à message. Il incite le spectateur à se poser des questions, auxquelles il ne répond pas lui-même. Alors que d’autres auraient appuyé sur le pathos, Ozon privilégie la vie et même l’humour. C’est ce qui fait la force de Tout s’est bien passé.

Jane par Charlotte

Cette journée s’est terminée avec un grand moment d’émotion. Dans la salle Debussy, dans la catégorie Cannes Première, Charlotte Gainsbourg, accompagnée de ses trois enfants, est venue présenter son film Jane par Charlotte. Tout est dit dans le titre : elle filme sa mère Jane Birkin, avec beaucoup de pudeur, en la suivant dans ses tournées, chez elle, et – moment fort du film – rue de Verneuil, dans l’appartement qu’elle occupait avec Serge Gainsbourg. Charlotte émeut, bouleverse même mais pas seulement parce qu’elle montre sa mère Jane Birkin dans des moments intimes et nous apprend ainsi davantage sur elle, mais aussi et surtout parce que ce film est une déclaration d’amour d’une fille à sa mère.

Suivre le festival de Cannes

Toutes les photos de la 2° journée

A propos laurence ray

A lire aussi

hedge-fund-t7-pour-tout-lor-du-monde-le-lombard

Hedge Fund, tome 7, Pour tout l’or du monde

Pour tout l’or du monde est le septième tome de la série Hedge Fund, signant …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com