“Papa tais-toi”, le témoignage d’Agathe Jouhanneau

Tout le monde connaît la définition de l’inceste. Mais qu’en est-il de l’inceste psychique ? Quelles conséquences pour les victimes ? C’est ce que raconte Agathe Jouhanneau, victime d’inceste psychique, dans son témoignage “Papa tais-toi”, aux éditions Livio.

Papa tais-toi Agathe Jouhanneau

Résumé

Il vient de mourir. Enfin. Je ne pensais pas qu’il irait jusqu’à cet âge. Durant neuf décennies et demie, il a mangé, bu et fumé sans modération. Toute une vie d‘abus. Il a passé quatre-vingt-seize ans sur cette terre, et l’autre nuit il est parti, étouffé, incapable de respirer une fois de plus. Le monde sans lui n’est plus le même monde. La tonitruance s’est tue. J’ai de la peine en pensant au papa de mon enfance. Ces deux derniers mois, j’ai attendu sa fin comme une promesse de libération. Ce n’est pas le cas. Sa disparition ne change rien en moi. Je reste la même ou presque, sans doute un peu plus légère, plus sereine, comme si sa mort le punissait et que cette punition me rendait justice. Il est resté sept ans en maison de retraite avant de s’éteindre. Je ne suis pas allée le voir une seule fois. Je n’irai pas à ses obsèques. Chacun en pensera ce qu’il voudra, moi seule ai vécu ma vie.

Mon avis

Dans “Papa tais-toi”, publié chez Livio, Agathe Jouhanneau raconte le calvaire qu’elle a vécu. Un calvaire invisible, peu connu, mais qui a dévasté sa vie. Elle témoigne pour faire connaître cette agression si peu connue, voire reconnue. L’inceste psychique est vicieux, il ne laisse pas de traces physiques, mais détruit autant que l’inceste dit “classique”. Le témoignage d’Agathe Jouhanneau est important, pour prendre conscience des signes. Pour réaliser à quel point notre cerveau peut modeler nos souvenirs pour nous protéger, mais comme le corps à son tour traduit alors nos souffrances. On l’a cru folle, puis dépressive, on l’a mise sous médicaments, elle a fait près de 40 ans de psychanalyse. Toute une vie à chercher les causes de ses maux, et toute une deuxième à essayer de s’en relever.

Le sujet est fort et le témoignage important, cela est indéniable. Pourtant, je regrette l’écriture que j’ai trouvée cafouilleuse, avec de nombreuses erreurs de ponctuation et de mise en forme qui m’ont perturbée et m’ont régulièrement sortie de l’histoire. On gardera quand même en tête l’impact que peuvent avoir les agressions sexuelles et psychiques et les marques qu’elles laissent, à vie.

A propos Victoria MARION

Rédactrice littérature, gastronomie, mode, high tech, jeux de société et tourisme/voyage.

A lire aussi

la-maison-du-chat-noir-poulpe-fictions

La maison du chat noir

La maison du chat noir est un roman, pour les jeunes lecteurs, dès 7 ans, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Read previous post:
Confinement – Humour 13 ! Du rire en intraveineuse…

Tous les jours (ou presque) nous vous proposons un petit tour d'horizon des meilleures blagues …

sélection lectures confinement
Sélection lecture pour le confinement

Cela va bientôt faire un mois que nous sommes en confinement, et on commence à …

crepes-galettes-gout-plaisir-ouest-france
Crêpes et galettes, du goût et du plaisir

Crêpes et galettes, du goût et du plaisir est un ouvrage culinaire des éditions Ouest-France, …

Close