Accueil / Actu du web / Le Bitcoin a-t-il un avenir?

Le Bitcoin a-t-il un avenir?

Le Bitcoin est une monnaie qui n’existe que sur Internet.Les détenteurs peuvent effectuer diverses transactions à travers leurs   portefeuilles virtuels de Bitcoins.Rien n’est centralisé, tout est « poste à poste » ou « pair à pair ». On serait tenter de l’appeler la monnaie 2.0.bitcoin

En 2009, un développeur non identifié, utilisant le pseudonyme Satoshi Nakamoto, a mis en place ce protocole pour la création et l’échange de Bitcoins. Les données sont cryptées et décentralisées. Ainsi décentralisée, la gestion de la monnaie ne dépend pas d’un seul émetteur central.

https://bitcoin.org/fr/

Il est à noter que si on perd le portefeuille, c’est-à-dire  le fichier crypté contenant les Bitcoins, on perd les Bitcoins possédés.

Qui aurait parié sur une monnaie virtuelle ? Aujourd’hui le bitcoin est devenu une réalité, cette monnaie virtuelle permet de faire diverses transactions comme la plupart des monnaies.

Il  y a ses défendeurs et ses détracteurs. Que faut-il en penser ?

Les principales banques, dont la banque de France et la banque populaire de Chine, attirent l’attention du danger d’une telle monnaie qui n’offre aucune garantie de remboursement et fait courir ainsi un risque financier à ses détenteurs. Poduit très volatile, c’est un « placement » hautement spéculatif

Un des reproches faite au Bitcoin est d’être une source pour le blanchiment d’argent. D’ailleurs pas plus tard que le 27 janvier, Charlie Screm,  vice-président de Bitcoin Foundation , a été présenté devant un tribunal, il est accusé d’aboir blanchi plus d’un million de dollars en bitcoins.

On a pu voir que le système est dangereux. Certaines coffres forts numériques – c’est-à-dire serveurs stockant des bitcoins – suite à des problèmes avaient tout perdus, spoliant ainsi  les propriétaires de plusieurs millions d’euros.

De grands noms se rallient au Bitcoin

Dell jusqu’à présent en déconseillait l’usage. Aujourd’hui, il va permettre des paiements en ligne grâce à cette monnaie !

Dell se ravise sur le bitcoin. Alors que son département spécialisé en sécurité SecureWorks en déconseillait jusqu’ici l’usage, le constructeur de PC annonce le rattachement de cette monnaie virtuelle cryptographiée à ses options de paiement en ligne.

Le bitcoin ne se limite plus à des plateformes marginales mais les grands acteurs de l’e-commerce lui ouvrent les portes !

Vers une régulation de bitcoin ?

Le département de Finances de l’État de New York a fait une proposition pour régulariser le bitcoin. Un projet devrait encadrer l’utilisation de ce qui pourrait devenir une vraie monnaie.

Mais le système bitcoin se veut indépendant de tout système étatique !

Pour sa part Moscou  prépare un projet de loi visant à interdire l’usage des « monnaies virtuelles indépendantes » qui facilitent « l’économie de l’ombre » et  « l’achat de marchandises illégales ».

Position de la France

http://www.bitcoin.fr/public/divers/docs/Rapport_de_la_commission_des_finance_du_Senat.pdf

« Réunie le 23 juillet 2014 sous la présidence de M. Philippe Marini, président, la commission a entendu une communication de MM. Philippe Marini et François Marc, rapporteur général, sur les enjeux liés au développement du bitcoin et des autres monnaies virtuelles. 

La commission a relevé que : 

1° Le développement des monnaies virtuelles, et notamment du bitcoin, représente un phénomène de long terme, qui pose d’importantes questions économiques et juridiques, et qui ne saurait être ignoré des pouvoirs publics. 

2° En dépit de risques clairement identifiés tenant à sa volatilité, à son anonymat et à son absence de garantie légale, le bitcoin est porteur de multiples opportunités pour l’avenir, en tant que moyen de paiement mais surtout en tant que technologie de validation décentralisée des informations. 

3° Les pouvoirs publics doivent donc travailler à la mise en place d’un encadrement juridique équilibré, afin d’empêcher les dérives sans compromettre la capacité d’innovation. À cet égard, le recours aux catégories juridiques de droit commun apparaît pour l’instant la solution la plus raisonnable, à la fois pour qualifier les monnaies virtuelles et les services qui leur sont associés. 

4° Les comparaisons internationales réalisées par la direction générale du Trésor à la demande des rapporteurs montrent que la France se situe à mi-chemin entre les pays qui ont adopté les règles les plus strictes – tels que la Chine, le Japon ou la Russie – et les pays les plus ouverts – tels que les États-Unis, le Canada ou Israël. 

5° La clarification du régime applicable aux monnaies virtuelles devra nécessairement se faire à l’échelle européenne, et si possible mondiale, compte tenu du caractère transnational des monnaies virtuelles . 

» 

Perplexité

Je dois dire que je suis assez perplexe sur cette monnaie virtuelle et que je n’envisage toujours pas d’en acheter même pour le prix d’un kopeck :)

A propos michellaurent

A lire aussi

Montre Luisaviaroma

Luisaviaroma : Montre sportive , vintage, ou montre classique ?

Pour les hommes, une montre est un objet de valeur, c’est pourquoi ils consacrent beaucoup ...

Lire les articles précédents :
Maisie Hitchins, L’affaire des pièces volées.

Paru aux éditions Flammarion, dans la collection Castor poche, mi-juin 2014, Maisie Hitchins, personnage d’Holly Webb, ...

Les Gardiens de la Galaxie envahissent Panini !

L’évènement de cet été au cinéma est la sortie du film Les Gardiens de la ...

Feu d'artifice du 14 juillet dernier à Cannes
Une semaine bien estivale à Cannes

La semaine qui arrive s’annonce bien belle, sur la bassin Cannois, avec un ciel bleu ...

Fermer