Accueil / Agenda / Guillaume Pierre, l’humoriste à surveiller de près.

Guillaume Pierre, l’humoriste à surveiller de près.

Guillaume pierre afficheVous ne le connaissez peut-être pas mais Guillaume Pierre  est le futur homme à abattre car il peut vous faire mourir de rire! Non, Mesdames et Messieurs, ceci n’est pas une blague, assister au spectacle de Guillaume Pierre est un risque bénéfique, si vous souhaitez vous dérider un peu, beaucoup, passionnément et même à la folie n’hésitez pas une seule seconde !

Nous l’avions découvert lors de la première partie dijonnaise des Décaféinés lorsque ces derniers étaient passés nous voir dans la capitale de la moutarde le 09 janvier 2014. Guillaume Pierre nous avait surpris par ses personnages tous plus farfelus les uns que les autres et nous avions décidé de le rencontrer pour une interview presque normale (la normalité n’existant pas chez cet homme, vous êtes prévenu).

Après avoir pris quelques vitamines, car il en faut quand même un peu de temps en temps par ce temps grisâtre, nous avons découvert un Guillaume Pierre attachant, drôle, un peu schizophrène sur les bords et formidablement décalé avant son spectacle à Sennecey-lès-Dijon le 22 mars à 19h30 (Salle Polyvalente, entrée Gratuite ).

[Information exclusive France Net Infos ] Sachez aussi que Guillaume Pierre aura l’honneur de faire la première partie d’Olivier de Benoist au Zénith de Dijon, un rendez vous à ne pas manquer aussi !

Retour donc sur une interview découverte où nous n’avions « Même pas peur ».

France Net Infos : Bonjour Guillaume !

Guillaume Pierre : Bonjour, bonjour! Il faut toujours dire Bonjour avant une interview ! Donc bonjour madame et bonjour les lecteurs de France Net Infos !

FNI : Alors Guillaume, parles nous un peu de toi, qui est tu ? Quel est ton parcours? Pourquoi devenir humoriste?

GP : C’est marrant parce que je relate une anecdote en particulier, qui sur le coup ne m’a pas fait rire, mais je me suis fait virer il y a 3 ans d’une télévision locale à Dijon par « quelqu’un de pas bien » et en fait, je dois lui dire merci maintenant ! Cette histoire fut un déclencheur pour moi. Au fond de moi, devenir humoriste était évident. Faire rire les personnes j’adorais (comme beaucoup le font dans les repas de famille). Par exemple, lorsque j’avais 12-13 ans lorsque Edgar Faure était président (il commence à péter un câble le pauvre...) en 1935, car je suis vieux voila, tu n’étais pas né non plus Jennifer…

FNI : Effectivement en 1935, j’étais loin d’être née … (mais ou ai-je mis les pieds? Ah oui à la cafétéria du Géant Casino…)

GP : En fait, on s’était retrouvé avec les cousins pour jouer le sketch des Inconnus après le dessert en famille. Nous essayions de nous souvenir des paroles d’un de leur sketch les plus connus, tu sais Stéphanie de Monaco avec Télémagouille et nous nous étions réparti les rôles, c’était nos premiers émois devant un petit public qui était forcément derrière nous, vu que c’était nos parents…  (un sms vient d’arriver) Faut arrêter de nous appeler, faut nous laisser finir !!! (Dans quoi France Net Infos s’est il embarqué? Il se calme et reprend de façon tout à fait normal…) Puis j’ai fait quelques animations devant un public micro lorsque j’étais au collège, et quelque part je me dis que j’ai commencé à nourrir une envie de m’adresser à un public et ensuite je me suis mis à faire de la radio. Par contre à la radio, on a une sensation de frustration où tu es derrière un micro mais tu ne vois pas le public, puis cela a été en sommeil durant quelques années et le licenciement il y a trois ans a été le déclencheur. Et c’est à ce moment où je me suis posée la question ultime de toute existence « que vais je faire de ma vie ? ». C’est alors que j’ai couché sur papier, sans prétention, une partie de ma vie avec des anecdotes. Puis quelques mois plus tard, j’ai trouvé une metteur en scène, Michèle Beaumont, qui a accepté de me mettre en scène et qui m’a aidé à m’accomplir progressivement, sinon sans elle je ne serais pas un dixième du quart du cinquième de ce que je suis actuellement (Il nous semble encore bien constitué pourtant?). Elle a pris mon texte, elle l’a regardé, elle m’a dit textuellement « je n’ai pas envie de perdre mon temps, il faut que tu sois volontaire, il me faut quelqu’un qui accepte la critique, la remarque, vas – y comique fais moi rire! ». Je lui ai alors joué un premier sketch et elle m’a dit « Y a du boulot ! Mais il peut y avoir quelque chose » et depuis cela fait trois ans que nous travaillons ensemble.

FNI : Peux tu nous raconter une anecdote un peu farfelue qui te sois arrivée avec Michèle qui t’as marquée mais qui t’as fait avancer ?

GP : Avec Michèle, je n’ai pas d’anecdotes mais je sais qu’elle croit en moi, je crois évidemment en nous et en notre binôme et je fais pas mal de festival d’humour, j’en ai fait 5 l’an dernier, que je n’ai pas gagné hein !!! (dit-il presque fièrement) mais ce genre de festival permet de se jauger, de voir les collègues, de regarder ce qui marche chez les autres, de découvrir les univers de chacun et je sais que nous avons pas mal progressé (avec Michèle) donc si ça plante c’est de sa faute, si ça fonctionne c’est grâce à moi !!! Je veux dire par là que cela nous a permis de bien progresser  Mais le dernier festival que j’ai fait (à Mantes la Jolie, début février 2014) J’AI GAGNE ! je répète, J’AI GAGNE ! C’était à Mantes la Jolie, J’ai GAGNE !!! (Dédoublement de personnalité, je crois qu’il perd décidément tout ses moyens, serais-ce moi qui lui fait un effet boeuf ou tout simplement est-il fou?…) Je suis membre permanent à Mantes La Jolie !!! Je vais m’installer là bas !!!

FNI : Peux tu nous raconter un peu cette expérience à Mantes la Jolie ?

GP : Tu sais quoi, Jennifer, tu étais au théâtre des Feuillants à Dijon (Cf. Le 09 janvier 2014, première partie des Décaféinés au théâtre des Feuillants, Dijon), tu étais dans la salle, et cela a été le déclencheur de pas mal de choses ! (c’est moi ou il ne veut pas répondre à mes questions ???) Déjà, parce que cela a été une belle rencontre avec les Décaféinés, qui sont des personnes vraiment adorables et qui ont acceptés que je joue avant eux, devant une salle qui venait les voir eux et pas moi et c’était en plus un pari un peu risqué pour eux et pour moi aussi et je joue devant 300 personnes environ. Je joue le personnage avec la blouse blanche,qui se prête très bien en première partie d’ailleurs, tu te rappelles, je fais le mec de l’Union Européenne qui vient inspecter le public et je le joue pour la première fois, ce sketch nous l’avons écrit trois semaines auparavant ! Et à ce moment, j’ai senti un truc (Les personnes du premier rang sentait-elles des pieds? Je n’ai pas osé demandé…) et je me suis dit « tiens cela marche pas mal » et donc à Mantes la Jolie, je me suis dit que j’allais commencer par ce bonhomme blanc. Après la remise des prix le jury m’a dit que ce bonhomme blanc avait fait beaucoup rire car en plus je le joue de façon très spéciale, le mec très administratif que l’on a tous connu ! Jennifer en connait pleins elle va donner des noms (Je ne dénoncerais personne sauf sous la torture …), cela a été le déclencheur et surtout j’ai pris confiance en moi ! Dans la salle de Mantes la Jolie, nous avions une classe de BTS particulièrement dissipée et je leur ai dit « Eh ho !! » (du bateau?) mais comme c’était dans le cadre d’un personnage, les jurés m’ont dit que j’avais fait preuve d’une belle improvisation, et je les ai fait taire gentiment. Je sais que cela a été le déclencheur. Et ce personnage va rester dans le spectacle.

FNI : Donc cela veut dire que ce personnage précis, tu ne l’avais pas intégré au préalable dans ton spectacle « Même pas peur »?

GP : Il a deux mois à peine et dorénavant je commencerais « Même pas peur » systématiquement avec ce personnage. ET il semblerait qu’il fasse une petite apparition à la fin du spectacle, je n’en dis pas plus …

FNI : Peux tu nous dire où tu joues en ce moment ?

GP : Je joue samedi (15 mars 2014) pour l’élection de Miss Prestige, oui oui Madame parfaitement, tu sais Miss Prestige avec Geneviève de Fontenay, je me faisais une joie d’aller la voir mais elle n’est pas là (dit-il tristement avec la larme à l’oeil…) C’est une épreuve différente car tu dois jouer avec un public différent et tu dois faire avec ! Et je joue dans ma région natale, la Franche Comté, il me laisse jouer 45 minutes donc je vais pouvoir tester pas mal de choses (se frotte les mains machiavéliquement) car il y a énormément de nouveautés. Puis je joue après à Sennecey lès Dijon le 22 Mars 2014 (Salle polyvalente de Sennecey Lès Dijon, entrée gratuite, spectacle à 19h30) ce qui veut dire que j’ai une semaine pour parfaire le spectacle avec beaucoup de surprises.

FNI : Tu peux nous en donner une petite ?

GP : Il y a Jean Jacques Goldman qui va faire l’ouverture… En fait … Non, ce n’est pas vrai ! En fait, je n’ai jamais jouer le spectacle de la même manière depuis 3 ans, l’actualité m’a beaucoup aidé et par exemple, le personnage avec la blouse blanche je ne l’aurais pas assumé il y a encore 6 mois car il faut rentrer dans ce personnage acariâtre et j’avais peur que les personnes me jugent. Maintenant je l’assume énormément, je joue un personnage (Bonne nouvelle, Guillaume Pierre peut alors aisément vaquer à sa double personnalité sans crainte d’avoir les blouses blanches de l’hôpital de la Chartreuse à ses trousses)

FNI : Tu fais un peu de stand-up ?

GP : Oui, et ma coach, Michèle, veut que le spectacle soit bien ciselé alors que de mon côté j’ai apporté ce petit côté improvisation de la radio que j’ai avec le public. On prends beaucoup de Michèle dans le fil conducteur et dans la précision du texte mais elle m’a donné des moments dans le spectacle où je peux aller danser avec quelqu’un, qui va être une première dans « Même pas peur » à Sennecey. Je n’en dis pas plus … (A-t-il peur que quelqu’un nous épie ?)

FNI : Si tu devais résumer ton spectacle en une seule phrase ?

GP : Question qui tue ! (il cherche longuement … longuement … il tente quelques approches puis l’illumination apparaît) C’est un bordel organisé !

FNI : Il me semble savoir que tu as une autre date sur Dijon, tu en as d’autres ?

GP : Le 02 Juillet 2014 au Bistrot de la Scène à Dijon. Et j’ai joué à Beaune, Jennifer est contente ! (Oui je suis Beaunoise d’origine j’avoue…). J’ai joué au festival « Beaun’humeur » (Je le regarde avec de grands yeux et me demande : Y a des trucs comme ça à Beaune ??), qu’elle ne connaît pas, pour une Beaunoise c’est zéro !!! J’ai joué la première partie des Lascars Gays. J’ai quelques dates signées, ce qui est nouveau pour moi, c’est à dire que j’ai des personnes qui me font confiance – ont-elles raison?- (il se parle à lui même…)

FNI : Tu peux me citer quelques dates ?

GP : Tout est sur facebook! (il m’avoue avoir une mémoire de poisson rouge tournant dans son bocal). Il y a une date dans le Jura, à Bourg en Bresse, à Auxerre etc.

FNI : Comment vois tu ta vie d’humoriste d’ici deux ou trois ans?

GP : J’aimerais arriver à jouer toutes les semaines! Mais pour cela, il faut arriver à se faire connaître, il faut que les personnes parlent de toi, Merci Jennifer (Il sait que je suis en face de lui, là ?) !!! Et il faut avoir un peu de chances et rencontrer les bonnes personnes.

FNI : As tu un dernier mot à dire à nos lecteurs ?

GP : (se torture décidément les neurones…) Paris outragé Paris libéré! ah non cela a déjà été fait … Je vous demande de vous arrêter ! Non c’est déjà fait aussi … Je copie sans arrêt les gens j’en ai marreuuuhhhhh !!! Le problème est que ma vie de scène, ma vie d’artiste est en train de déteindre sur ma vie tout court et je crois que je maitrise de moins en moins ce que je dis, ce que je fais… Venez me voir à Sennecey lès Dijon car il est possible que j’aille à la Chartreuse (Hôpital Psychiatrique renommé de Dijon)… J’ai les idées totalement claires !!! Je pense que je cultive ce côté décalé et je pense que tout le monde devrait le faire !

Voilà nous en avons fini avec Guillaume Pierre, notre santé mentale en a pris un coup (je vais de ce pas prendre un rendez vous avec le psychologue…), en effet, après une analyse psychologique poussée, nous avons pu démontrer que Guillaume Pierre était paranoïaque avec une tendance hallucinatoire, qu’un dédoublement de la personnalité prononcé se faisait sentir avec une tendance au travestisme d’après ce qu’il nous a laissé entendre… Mais oh combien nous avons adoré ce délicieux moment !

Nous le remercions vivement pour ce moment fort agréable et espérons surtout vous voir à Sennecey Lès Dijon le 22 mars 2014 à la Salle Polyvalente ou aux autres dates qu’il a prévu (cf. fin d’article)

Pour vous faire un peu patienter, voici un petit extrait de « Même pas peur »:

www.vimeo.com/62948383

Les dates de Guillaume Pierre:

le 22 mars a Sennecey les Dijon a 19h30 a la salle polyvalente

le 4 avril à Bourg en Bresse (au vox) dans le cadre du Festival du rire Bressan

Festival d’humour (en Vendée) le 26 avril

le 23 mai au Zénith pour la première partie d’Olivier de Benoist (Dijon)

le 2 juillet au Bistrot de la scène (Dijon)

Retrouvez tous mes articles ici

A propos Jennifer Monnot

A lire aussi

pourang-mentaliste-le-secret-paris

Pourang le mentaliste – Une date supplémentaire à « Le Secret » Paris

Pourang – Succès prolongation – Le mentaliste bluffant prolonge d’une date, son spectacle  « Labyrinthe » au Théâtre immersif Le ...

Lire les articles précédents :
La crème de la crème de Kim Chapiron

Révélé il y a quelques années comme une des émanations du collectif KOURTRAJME avec le ...

Le salon Agecotel à Nice

La 26 ème édition du Salon professionnel de l’hôtellerie et de la restauration du Grand ...

Chiptuning : Mode d’emploi

Vous avez entendu parler du chiptuning mais vous vous posez encore des questions ? Les ...

Fermer