Accueil / Ecologie / Les apiculteurs en détresse adressent une lettre ouverte au ministre de l’agriculture

Les apiculteurs en détresse adressent une lettre ouverte au ministre de l’agriculture

Les apiculteurs se sentent oubliés dans le Plan Biodiversité

Les apiculteurs en détresse adressent une lettre ouverte au ministre de l’agriculture

Suite à la mobilisation des apiculteurs français, le 7 juin dernier et au lendemain de l’annonce du Plan Biodiversité, l’Union Nationale de l’Apiculture Française, la Fédération Française des Apiculteurs Professionnels et la Confédération Paysanne, ont adressé ce jeudi 5 juillet 2018, une Lettre ouverte au ministre de l’agriculture Stéphane Travert.

Il est rappelé dans cette lettre que les apiculteurs sinistrés sont toujours sans réponse de l’Etat sur les surmortalités d’abeilles constatées en sortie d’hiver. Depuis le printemps un grand nombre d’apiculteurs ont alerté sur la catastrophe tant écologique qu’économique dont ils sont victimes. Certains ont perdu jusqu’à 80% de leurs ruchers. Pour les professionnels s’est une situation précaire qui met en péril la survie de leur exploitation.

Malgré les efforts pour mettre en évidence la situation dramatique, tant au niveau régional, que national, avec des interpellations de parlementaires, jusqu’à des conseillers du Président de la République, la mise en place urgente d’un plan exceptionnel de sauvegarde des exploitations sinistrées n’a pas suivi.

Après de longues semaines de déni, le ministère de l’agriculture a décidé de lancer deux enquêtes pour établir un état des lieux précis des mortalités sur l’ensemble du territoire.

A la mi-juin, une première étude a été lancée, dont les résultats ont été publiés le 28 juin, pour confirmer l’alerte des apiculteurs. « Tout ou partie des régions Bretagne, Nouvelle-Aquitaine, PACA et Bourgogne-Franche-Comté » connaîtraient effectivement une augmentation des mortalités hivernales en 2017/2018 par rapport aux hivers précédents, cette augmentation semblant particulièrement importante en Bretagne et Nouvelle-Aquitaine. »

Le 25 juin, a été annoncé le lancement d’une grande enquête début juillet, pilotée par l’Anses, dans le cadre de la plateforme nationale d’épidémiosurveillance en santé animale (plateforme ESA), résultats espérés en octobre prochain, à la veille de la prochaine mise en hivernage.

A ce jour, toujours pas de réponse sur un plan de sauvegarde aux apiculteurs sinistrés. Aucune proposition n’est avancée pour répondre à la détresse de ces exploitations qui dès avril ont signalé à maintes reprises des taux de surmortalités exceptionnels. Bien que le premier recensement lancé par le ministère confirme les mortalités exceptionnelles dénoncées depuis avril, il n’a été relevé aucun signe de volonté politique d’un plan de sauvegarde. Aucun dialogue ne s’est engagé concrètement avec les organisations, que ce soit sur l’enquête des services déconcentrés ou sur le dispositif
d’indemnisation tant attendu. Même la prise en charge des cotisations AMEXA pour l’année 2018 n’a toujours pas été activée malgré l’annonce des interlocuteurs ministériels qui assuraient sa mise en place facile et rapide.

En Bretagne, des apiculteurs et apicultrices ont déclaré leurs pertes auprès du dispositif OMAA, auprès du GIE Bretagne, auprès de la DRAAF Bretagne, ils seront appelés à les déclarer une quatrième fois début juillet. A partir de combien de déclarations le préjudice subi sera-t-il enfin reconnu et pris en charge ?

Pour les organisations, les semaines passent et l’urgence est toujours plus criante : des exploitations vont disparaître faute d’un engagement concret et conséquent des pouvoirs publics. Elles appellent l’Etat à assumer ses responsabilités en tant que garant de la santé animale et environnementale, et à indemniser les victimes à hauteur du préjudice subi.

A propos guillaume joubert

Après avoir été rédacteur sur divers sites musicaux comme Rocknfrance, Zikannuaire, Punksociety, Zik'nblog, et animateur d'une émission de radio diffusée sur 12 radios, dont 7 FM, en France, en Belgique et en Suisse, j'ai décidé de reprendre l'écriture sur FranceNetInfos. C'est un plaisir de participer à la diffusion d'informations régionales et nationales, sur des sujets qui me tiennent à coeur comme, entres autres, la culture, le cyclisme et l'environnement.

A lire aussi

Meaux : Les travaux du parc photovoltaïque débuteront à la fin de l’été

La Ville de Meaux s’apprête à accueillir le plus grand site photovoltaïque de la région ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
L’irlandais le nouveau polar de Maurice Gouiran

Les excellentes éditions Jigal Polar présentent le nouvel opus des pérégrinations de Clovis Narigou : ...

Archidoc, la nouvelle collection de documentaires des éditions Flammarion

Archidoc est une nouvelle collection, qui se compose, pour débuter, de quatre documentaires, parus fin ...

David Lafore en concert au Festival Off d’Avignon

Avec son univers décalé aux chansons mi-figue mi-raisin, le génial David Lafore se produira en ...

Fermer