Revue de concert : Reggie Washington au Théâtre d’Aix.

Comme prévu, Reggie Washington a régalé le public, venu nombreux ce samedi soir pour écouter ses odes à son ami de toujours John Lee Jonhson.

Mais réduire cette soirée à la seule venue de cet immense bassiste et artisan du Modern Jazz serait tromperie. Évidemment nous étions tous là pour le voir, l’écouter, se régaler de ses mélodies et faire partie de ces «happy few», amateurs de Jazz qui ne pouvaient rater cela.

reggie-washington_343249« Qu’importe le flacon, pourvu qu’il y ait l’ivresse » écrivit Alfred de Musset. Pour ce qui est de l’ivresse, nous l’avons eue grâce aux accords, tantôt intimistes, tantôt survoltés, de la star de la soirée, magistralement accompagnée du guitariste américain Marvin Sewell, de Patrick Borséan à la batterie et du DJ Grazzhoppa aux platines.

Mais lorsque le « flacon », le contenant est aussi agréable que le contenu, on passe alors une soirée d’exception. Car le Théâtre d’Aix est bien plus qu’un prête-nom, bien plus qu’un lieu annoncé sur une affiche. C’est un écrin fantastique. Tout d’abord, il y a l’entrée. Vous êtes accueilli avec le sourire et la douceur de ceux qui savent accueillir. On patiente dans une pièce où l’on peut boire un verre, ou même jouer du piano et de la batterie comme nous a invité à le faire, avec un sourire malicieux, le maitre des lieux, Denis D’Antoni. Ensuite, on vous invite à rejoindre la grande salle cachée derrière d’épais rideaux. On s’installe, fixant la scène avec impatience, observant cette même impatience chez nos voisins, écoutant leurs espérances et partageant leur plaisir de pouvoir bientôt le voir.

john-Massa-490x331Seulement, avant que Reggie n’arrive, il y a eu John Massa. Le saxophoniste avait pour lourde tâche d’animer la première partie avec son groupe John Massa trip band. Une tâche rudement menée, avec passion, avec générosité, avec souffle. À ce moment-là, la soirée était déjà réussie, le public conquis.

Alors inutile de préciser que lorsque Reggie Washington est entré sur scène, le Théatre D’Aix a ronronné de satisfaction, que les spectateurs ont religieusement savouré le talent de ses quatre musiciens et que, tout comme nous, John Massa a pris son pied, en accompagnant la troupe de son saxophone inépuisable pendant quelques titres.

Oui, Reggie Washington était à Aix en Provence ce soir-là. Mais il n’était pas la seule star.

Il partageait l’affiche avec le Théâtre d’Aix et John Massa.

A propos Agence

A lire aussi

Rufus Wainwright : Unfollow the Rules un album de haute couture !

Une voix qui monte haut dans les aiguës, des influences qui vont de Cole Porter …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com