Accueil / Culture / True Crime Detective Magazines, 1924-1969

True Crime Detective Magazines, 1924-1969

True Crime Detective MagazineJe tiens à vous présenter aujourd’hui detective magazines un ouvrage vraiment atypique, avec un sujet peu commun mais qui saura à coup sûr retenir votre attention.

Les « detective magazines » américains étaient nombreux : ils étaient consacrés aux faits-divers, aux crimes durant une période appelée « La Grande Dépression ». Une fois cette période finie, ils ont adopté une approche plus sexy, plus sulfureuse (mais pas racoleur) pour continuer à attirer le public sur ces titres, à vendre et donc à exister. « True Crime Detective Magazines », d’Eric Godtland, retrace de 1924 à 1969 la naissance, le développement et l’érosion de ce type de presse qu’on ne trouvait uniquement aux Etats-Unis.

« True Crime Detective Magazines » est découpé suivant en ordre chronologique par décennie. Avant et après ces parties il y a des parties thématiques très intéressantes.

L’ouvrage comprend un grand nombre de couvertures de numéros de magazines comme « True Mystery », « Detective World » ou bien encore « True Police Case ». D’ailleurs, il est intéressant de noter l’évolution de ces couvertures : en effet, dans les années 20 et 30 les images utilisées sont des gravures plutôt « sages » mais plus on avance dans le temps plus cela devient « osé » et suggestif, de plus les photographies ont le plus souvent remplacée les gravures sur les couvertures.

On en apprend davantage, ensuite, sur la raison du succès de ces publications. C’est simple, ces dernières rassemblaient en un même endroit la violence, le vice, le sexe ce qui intéressaient un grand nombre de personne qui pouvaient combler leur curiosité chez eux en toute discrétion et les incitait, paradoxalement, à apprendre à lire pour comprendre les propos des magazines. De plus, ils montraient la femme dans une posture libérée : elle fumait, savait dire non, elle était représentée comme l’égale de l’homme ce qui n’était pas simple dans la société américaine d’avant-guerre.

On trouve également un article très intéressant écrit par un ancien rédacteur de « detective magazines », Marc Gerald, qui nous explique quel était son travail, comment il a du se formater, lui jeune journaliste fraîchement diplômé, pour pouvoir travailler dans un milieu en crise. La partie sur le choix de la couverture est très instructive sur l’importance de celui-ci à une période où ce type de presse mourrait à petit feu. A noter que l’on apprend que le célèbre écrivain Ann Rule a travaillé, elle aussi, dans ce genre de publication en compagnie de Marc Gerald. De là vient peut-être son goût des faits-divers…

L’avant dernière partie est consacrée aux dessinateurs, ces travailleurs de l’ombre qui, pourtant, sont grandement responsables du succès de ces publications. Chaque dessinateur a droit à une notice biographique très instructive : on apprend que beaucoup d’entre eux ont été des soldats durant la Seconde Guerre Mondiale qui se sont reconvertis artiste après la guerre.

La dernière partie est dédiée aux auteurs avec également une notice biographique pour chacune de ces personnes ayant donné du corps à ces magazines grâce à leur travail rigoureux.

Comme toujours, les éditions Taschen nous offre une édition plus que parfaite tant par le contenu que le « contenant » (le papier utilité est de grande qualité et l’impression est excellente) ce qui nous permet de mieux comprendre ce phénomène limité aux frontières américaines et l’importance qu’il a eu pendant plus de quarante ans.

Le crime ne paye pas mais il a fait les beaux jours de ces magazines !

 

« True Crime Detective Magazines, 1924-1969 », d’Eric Godtland, aux editions Taschen

 

Nombre de pages : 336 p. Editeur : Taschen

Taille : 27 x 23 x 2,8 cm ISBN : 978-3836534871

Prix : 14.99 €

 

Retrouvez ici l’ensemble de mes articles

A propos Agence

A lire aussi

Martin fait des gâteaux, un album tendre et beau des éditions Larousse

Martin, l’ours gourmand et amusant, est de retour dans un nouvel album, paru aux éditions ...

Lire les articles précédents :
Qatarina, la nouvelle pépite littéraire signée Gabriel Malika

  Son premier roman Les Meilleures Intentions du Monde était une ode à Dubaï, cet ancien ...

UTOYA, le one killer show de Breivik !

Je suis un tueur de masse et je vous invite à mon spectacle, le one killer show. Voilà ce que...

Allo, Maman Bobos !

La peau est un organe du système immunitaire. Celle des enfants est encore fragile et ...

Fermer