Accueil / Culture / Littérature / BD / Warship Jolly Roger, tome 1, Sans retour.

Warship Jolly Roger, tome 1, Sans retour.

warship-jolly-roger-t1-sans-retour-dargaudVoici une nouvelle série de science-fiction, Warship Jolly Roger, parue début mai 2014, aux éditions Dargaud, avec le premier tome Sans retour, est une bande dessinée de Sylvain Runberg, pour le scénario et Miki Montllo pour le dessin.

3852 de l’ère confédérée, sur la planète Tullanium, au pénitencier de haute sécurité, des prisonniers ont pris des armes et tentent l’impossible pour prendre en main la prison et pouvoir s’échapper. Le commandant sur place explique l’état actuelle des évènements à son supérieur, des nouveaux gardiens sembleraient, en fait, être des indépendantistes infiltrés pour parvenir à libérer leurs trois principaux chefs retenus au pénitencier. Mais les autres détenus ont profité de la situation pour prendre aussi les armes. Parmi eux Jon Tiberius Munro et une petite poignée de prisonniers tentent de rejoindre l’aérozone pour atteindre un vaisseau et déguerpir au plus vite… Pendant ce temps, dans le croiseur présidentiel, le président demande à Rebecca, sa conseillère en communication, de revoir le discours qu’il doit faire lors de la cérémonie donnée en l’honneur de l’armada confédérée, l’évènement politique le plus attendu de l’année.

Le récit est assez prenant et bien ficelé, il reste classique, mais l’environnement est riche et demande à se faire connaître. Jon Tiberius Munro s’évade donc avec trois autres comparses, très différents les uns des autres, aussi quelques tensions sont palpables, ce qui apporte une certaine tension dans l’histoire,warship-jolly-roger-t1-sans-retour-dargaud-extrait tout comme le fait que personne ne sait rien sur le plus jeune d’entre eux, qui ne dit pas un mot, un regard froid et ténébreux, qui envahit rapidement son doux visage d’enfant. L’intrigue de Sylvain Runberg est entrecoupée de flashbacks qui expliquent, petit à petit, le passé de l’ancien général, Jon Tiberius Munro… De l’action, des rebondissements, des imprévus, du mystère, des personnages que le lecteur ne connaît pas encore tout à fait musclent l’ensemble du récit, qui se lit facilement et reste très agréable. Le dessin de Miki Montllo se veut semi-réaliste, très dynamique et fluide, il joue beaucoup avec les couleurs.

Ce premier tome de Warship Jolly Roger, Sans retour, est une bande dessinée captivante, dont le récit reste assez classique, mais les évènements et leur déroulement progresse correctement et entraîne facilement le lecteur dans une aventure dynamique, prenante et colorée.

A propos celine.durindel

A lire aussi

Firefly T1 : Survivrez vous à l’impossible ?! Ed.Komikku

Depuis le 3 Mai, le premier tome de « Firefly » est paru aux Éditions Komikku ! Amateurs ...

Lire les articles précédents :
Exposition Jacques Thuillier à Nevers

Nevers est en ce moment fière de faire découvrir au public la vie et les ...

Le chat bonheur, un p’tit album du Père Castor.

C’est au début du mois de mai 2014, qu’est paru aux éditions Flammarion, Père Castor, ...

formule 1 Mercedes
F 1 :  Nico Rosberg remporte Gp de Monaco

Encore un doublé Mercédès, mais cette fois la victoire est pour Nico Rosberg  qui reprend ...

Fermer