Accueil / Culture / Musique / Coffees & Cigarettes, le duo hop n’roll vous embarque dans son « London Western »

Coffees & Cigarettes, le duo hop n’roll vous embarque dans son « London Western »

C&C

 

Créé en 2011, c’est en avril 2014 que le duo poitevin de Coffees & Cigarettes – formé par Renaud Druel, chanteur et multi-instrumentaliste à l’origine du projet et Caroline, son altiste et partenaire de scène – présente son premier album, London Western, sorte de conte pour adultes, qui entraîne les auditeurs dans le Londres de l’époque victorienne et les invite à parcourir le pays de Jack l’éventreur, afin d’y rencontrer toute une série de curieux personnages.

Multipliant les influences musicales (rap, rock, chanson française) et refusant de suivre les codes d’un genre unique, le groupe a inventé un nouveau style musical pour se définir : le hop n’roll, subtil mélange de rock français et de hip-hop, à la sauce steampunk.

Vous l’aurez compris, Coffees and Cigarettes ne fait rien comme tout le monde.

Curiosité musicale, melting pot d’influences en tout genre, cet album c’est un peu tout et rien tout à fait…libre à chacun d’y dénicher ce qu’il souhaite.

Truffé de références cinématographiques (le nom même du groupe est inspiré du film éponyme de Jim Jarmusch), d’allusions à la littérature, au dessin animé ou à la BD, cet ensemble de morceaux fantasques ravira les cinéphiles et autres amateurs de culture en tout genre, qui ne manqueront pas de s’amuser dans cette partie de chasse à la citation. Dialogues de films, bribes de poèmes, références à des personnages de films, réalisateurs, compositeurs etc…, la pratique de l’intertextualité est omniprésente et sert de faire-valoir à l’intrigue. Très bien pensé, ce système de renvoi à des œuvres cinématographiques ou littéraires, établit non seulement un lien avec les auditeurs, qui sont invités à une écoute attentive, mais contribue aussi grandement à créer une atmosphère particulière et à stimuler l’imagination, en nous aiguillant vers les pistes à suivre.

Nul besoin de périphrases pour Renaud, qui propulse la phrase plus vite que son ombre, sans s’encombrer de circonlocutions inutiles ; chaque univers décrit est mis en avant par référence interposée.

Mais finalement, que trouve-t-on, qui rencontre-t-on et que fait-on dans ce London Western ? Les morceaux se présentent dans un ordre chronologique, chacun est un fragment ancré dans un ensemble, en même temps qu’il peut s’écouter indépendamment des autres. A l’image d’un livre ou d’un film, la construction est rigoureuse, narrative, puisque le prologue, l’épilogue et les interludes rythment l’histoire et servent de transition en même temps qu’ils présentent le contexte ou les personnages.

Fin XIXe, dans les sombres ruelles de Londres, vous croiserez la route du barman Jesse Juice, de la trapéziste Douce ou encore d’Archibald le mafieux, qui évoluent dans un univers à la Sergio Leone, bars mal famés et duels au rendez-vous. Au-delà du simple western, le duo fait appel à une multitude d’autres influences, parmi lesquelles celles de Tim Burton, Edgar Poe et bien d’autres, que nous vous laissons le soin de découvrir.

Les textes sont travaillés, les rimes étudiées et les références à d’autres œuvres toujours à propos, notamment dans la chanson « London Western », véritable mine de jeux langagiers. Le pari de nous plonger dans une atmosphère brumeuse et malsaine est tenu, même si on aurait parfois aimé des morceaux plus sombres, plus violents, tels que le « gang des 4 assassins », dans lequel le phrasé « caverneux » du chanteur contribue à véhiculer une ambiance quelque peu morbide. Riche d’influences diverses et d’originalité, l’album présente des morceaux qui ont chacun leurs particularités, grâce à des variations dans les sonorités autant que dans la diction- parfois proche du slam – et l’on passe volontiers du monde viril d’un « ça sent le duel » au monde raffiné et sensuel d’un « souvenir fantôme ».

On pourrait toutefois émettre une petite réserve vis-à-vis des morceaux « Douce » et « hôtel des instants volés », dont la tonalité naïve et joyeuse, bien qu’elle soit voulue, dénote un peu avec le reste de l’album, plus incisif.

Il ne nous reste désormais plus qu’à vous inviter à venir découvrir Renaud et Caroline sur scène. Pour vous mettre l’eau à la bouche, on ne peut que vous promettre qu’ils feront tout pour vous faire rêver et vous embarquer dans leur monde loufoque.

Nul doute que vous serez ébahis par la mise en scène très cinématographique – avec utilisation d’écrans – et leurs jolis costumes.

Toutes les dates de leurs concerts sont sur leur site.

 

A propos Mikael Buffard

A lire aussi

The Last Highway : La fin tragique de Bon Scott d’AC/DC

A travers un enquête minutieuse et détaillée, le journaliste Jesse Fink raconte à la manière ...

Un commentaire

  1. richard Soral

    Magnifique ALBUM et très bon article… Quel plaisir de lire ceci !

Lire les articles précédents :
Amina et ses dauphines
Miss Bordeaux 2014, Amina, élue à 50 % par le public bordelais

Amina Bouhini,  la nouvelle Miss Bordeaux 2014 a été élue à 50 % par le ...

Merzhin, nouveau clip : L’éclaireur

Le groupe Merzhin, actuellement en tournée, et dont le dernier album a été présenté ici ...

Une Kitty box = un minet heureux !

Vous ne connaissez toujours pas la Kitty box, la box surprise qui rendra heureux votre ...

Fermer