DoggyBags – Saison 2, tome 16

DoggyBags se poursuit, avec cette deuxième saison et ce seizième album, paru en octobre 2020, aux éditions Ankama. Une bande dessinée qui offre trois histoires sanglantes, toujours entre suspense, frissons, violence et horreur.

1994, quelque part entre la Sierra Leone et le Libéria, des hommes, dans un véhicule blindé, partent en mission. Ils portent l’uniforme de l’ONU. Un homme lit la lettre d’un autre, sorte de poème pour sa femme. Ils arrivent bientôt devant un véhicule en difficulté. Ils découvrent qu’il s’agit de White Ass, un redoutable seigneur de la guerre qui s’est fait éplucher le cul, par des Shrapnells. Ce sont les risques du quotidien quand on fait la guerre à poil… doggybags-t16-stress-killers-on-the-loose-ankamaLes trois hommes sortent armés du blindé, pour aller voir White Ass. Ils se moquent de lui et de ses deux singes. L’un des hommes remarque un papier sur le siège avant de la voiture en panne. Un autre remarque qu’il s’agit d’une carte, avec une croix pour indiquer « gold ». White Ass demande de la coke, et suppose qu’il est en face des gars de l’ONU qui en vendent. Mais un gars veut d’abord avoir des explications quant à la mystérieuse carte…

Dans le premier récit, c’est une histoire un peu fantastique qui est à découvrir, sur fond de guerre et de business. Des mercenaires espèrent faire un gros coup, pour leur prochaine retraite, en s’attaquant à une secte nomade bien étrange. Le deuxième récit est plutôt surprenant, des armes deviennent narratrices d’un fait réel, où elles auraient aimées faire un bien beau carnage. Ainsi, il en va de leur imagination, entre les mains de frères jumeaux, fascinés par les armes, qui se lancent dans un road trip meurtrier, les opposant aux forces de police locales. Enfin, le troisième récit s’inspire aussi d’un fait réel, un drame qui s’est produits dans la maison de Mark Winger… Les récits sont tous les trois très différents, captivants, étranges, bien menés et sanglants. La bande dessinée offre à découvrir des histoires incroyables, toujours entre faits réels, armes, sang, horreur, sociopathes et fantastique, pour tous les fans du genre.

La série d’anthologies crée et dirigée par Run, DoggyBags, se poursuit avec ce seizième tome, paru aux éditions Ankama, qui offre son lot de suspense, frissons et horreur, dans des récits sanglants, s’inspirant notamment des faits divers américains.

A propos celine.durindel

A lire aussi

“C’est pas Classique” est de retour à Nice les 10,11 et 12 décembre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com