Les temps forts de la quatrième édition de CANNESERIES

La saison 4 de CANNESERIES s’est terminée il y a quelques jours, récompensant des séries nordiques de qualité. Ce festival, qui prend de plus en plus d’ampleur, a fait la joie du public, en présentant en avant-première de nombreuses séries originales internationales et en invitant des personnalités de la télévision venues parler de leur travail. Retour sur six jours bien remplis à CANNESERIES.

Le Tour du Monde en 80 jours et Sisi, deux grands classiques hors compétition

Deux séries présentées hors compétition ont toutes les chances de séduire un large public dans les prochaines semaines.  Le Tour du monde en 80 jours, série adaptée du célèbre roman de Jules Verne, a fait l’ouverture du MIPCOM, auquel le festival CANNESERIES était associé. Le programme, que l’on pourra prochainement voir sur France Télévisions, réunit un casting international : David Tennant (dans le rôle de Phileas Fogg), Ibrahim Koma (Passepartout) et l’actrice allemande Leonie Benesch dans le rôle d’Abigail « Fix » Fortescue, une journaliste déterminée.

Elisabeth de Bavière, Sissi, va bientôt être mise à l’honneur dans une mini-série allemande.  L’actrice suisse Dominique Devenport incarne la future impératrice, au caractère bien trempé, aux côtés de Jannik Schumann. Les deux premiers épisodes qui ont été projetés dans la grande salle du Palais des Festivals, en présence des deux comédiens, ont fat belle impression auprès du public.

Totems, une série française d’espionnage bientôt sur Amazon Prime Video

Totems, écrite par Olivier Dujols et Juliette Soubrier,  était la seule série française en compétition. Elle ne figure pas au palmarès. Elle a pourtant de nombreuses qualités pour plaire aux téléspectateurs : un beau casting (Ana Girardot, Vera Kolesnikova, Niels Schneider, Lambert Wilson, José Garcia), une histoire d’amour impossible, du suspense, l’Histoire (l’action se déroule durant la Guerre Froide), la politique. Elle n’a rien à envier aux films américains d’espionnage.

Deux séries documentaires parmi les temps forts de cette édition

Le public a pu découvrir en avant-première le premier épisode du docu-fiction Dolorès, la malédiction du pull-over rouge, diffusé actuellement sur Canal Plus. Réalisée par Julien Seri et écrite par Julien Guerif, Géraldine Levasseur et Brendan Kemmet, cette série documentaire raconte l’histoire de Jean-Baptiste Rambla, le frère de Marie-Dolorès, la petite fille kidnappée et assassinée par Christian Ranucci dans les années 70. La projection a été suivie d’une discussion passionnante et enrichissante avec une partie de l’équipe de production ainsi que l’avocat Fabrice Epstein.

Orelsan est au cœur de la série documentaire Montre jamais ça à personne, disponible depuis le 15 octobre sur Amazon. Clément Cotentin, son frère, a filmé le rappeur sur une vingtaine d’années et, après plus de deux mille heures de rushs, il a fait naître ce projet, avec la complicité du réalisateur Christophe Offenstein. Le public découvre ainsi Orelsan sous un autre jour, dans l’intimité. La série montre le parcours du rappeur depuis ses débuts, sans cacher les difficultés qu’il a pu rencontrer. Les premiers épisodes, projetés en présence d’Orelsan, ont été ovationnés à CANNESERIES.

Le palmarès

Le jury de la compétition « séries longues », présidé par l’acteur emblématique de Games of Thrones, Nikolaj Coster-Waldau, a récompensé la série finlandaise Mister 8 ainsi que son acteur principal Pekka Strang. Filmée en noir et blanc, cette série audacieuse dresse le portrait d’une cheffe d’entreprise qui entretient une relation avec un homme différent, chaque jour de la semaine, jusqu’à ce qu’elle tombe amoureuse de Juho (Pekka Strang).

La série norvégienne Countrymen a également séduit le jury et le public puisqu’elle a reçu le prix des lycéens et que l’ensemble du casting a été récompensé d’un prix spécial d’interprétation. Countrymen raconte une histoire particulièrement originale : un groupe d’islamistes radicaux installés dans une ferme projettent un attentat, mais, rattrapés par la vie quotidienne, ils vont devenir, malgré eux, fabricants de fromage halal.

Le jury de la compétition « séries courtes », présidé par l’actrice et scénariste irlandaise Aisling Bea,  a récompensé la série norvégienne About Saturday.

Le prix Dior de la révélation a été décerné à Malik Gervais-Aubourg pour la série courte canadienne, Je voudrais qu’on m’efface.

Le prix du public est allé à Awake, une série serbe, qui réunit plusieurs genres : le polar, le fantastique, le thriller. L’héroïne, une jeune détective en charge d’une enquête sur un suicide, va être confronté à des dangers et des situations pleines de mystères.

Maintenant que la saison 4 vient de s’achever, on a hâte d’être en avril (du 1er au 6 avril exactement) pour la saison 5 de CANNESERIES.

A propos laurence ray

A lire aussi

audiolivre

Fonctionnement du livre audio

  Dans le monde anglophone (et de plus en plus dans le monde francophone), les …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com