Le voile blanc : une expédition fascinante – Éditions Akiléos 

Depuis près de trois siècles, les saisons ont disparu. La terre est recouverte d’un voile blanc, ayant mis fin à la nature, à ses fruits divers entrainant une famine mondiale. Au cours de la grande exposition universelle de Londres, en 1851, certains biologistes demandent de dépêcher une expédition, vers ce qu’ils pensent être l’origine du désastre climatique.

Une épopée hallucinante en terre du Nord, à la recherche de l’origine . Le voile blanc, un comics en one shot, hommage aux femmes et à leurs liens spéciaux à la nature.

Disponible le 15 Mars 22 aux Éditions Akiléos .

Voile-Blanc-cover.jpg
Le voile Blanc © Éditions Akiléos
  • Le décor :

Novgorod. Russie. Solstice d’été, 1570.

Une jeune fille danse au milieu d’un champ de blé irradiant, sous le soleil d’été, de sa couleur d’or. Elle entraîne avec elle une autre jeune fille couronnée de fleurs, pour rejoindre un groupe. Des flambeaux à la main, elles entament une procession heureuse en traversant la forêt.

Là, elles arrivent devant un grand feu, autour duquel les anciens et les jeunes hommes sont rassemblés. Chacun choisit une des jeunes filles. Aglaja est celle qui doit conclure le culte, en noyant une poupée de chiffons et de bois, dans le lac . Son « choisi » l’entraine fougueusement, et entre deux baisers, ils s’approchent enfin du lac, pour finaliser le rituel.

Tandis qu’Aglaja se penche vers l’eau du lac, une silhouette effrayante arrive derrière elle, et l’entraîne dans les fonds sombres

 

voile_blanc_planche.jpg
Le voile Blanc © Éditions Akiléos
Londres. Grande Bretagne. Exposition Universelle,1851.

Le voile blanc est glacial qui recouvre les terres ne laisse toujours pas de place aux saisons. C’est le printemps, et, pourtant, les badauds se pressent avec leurs patins sur la Tamise, complètement gelée. Cela fait des années que la nature ne réagit plus au désespoir des hommes. La famine tue tous les jours plus d’habitants. Les enfants surtout.

Mais, ce jour-là, au cours de l’exposition universelle, Lady Blodwen Morgan, son frère et sa petite sœur, se battent pour faire prendre conscience aux invités de l’ampleur du problème. Et, pour trouver des fonds pour dépêcher une expédition d’urgence, vers ce qu’ils pensent être l’origine de ce mal. Malheureusement, que valent les « babillages » d’une femme dans un monde déjà bien trop patriarcal. Religieux , scientifiques, société royale … n’ont que faire de ses dires.

Il faudra l’intervention d’une vieille connaissance, pour que la famille Morgan puisse commencer une épopée Nordique dès plus fascinante

voile_blanc.jpg
Le voile Blanc © Éditions Akiléos
  • Le point sur le comics :

Romina Denti célèbre la femme, l’amour et la vie, dans un one shot dés plus fascinant. Elle mêle événements climatiques historiques, au culte ancien de la déesse-mère et les mélangent aux mythes Gallois, Russes, pour nous rendre un fin hommage aux violences faites à la Terre​, mais aussi aux femmes.​

Son scénario est riche de tout, et sa protagoniste principale, Blodwen, est non conventionnelle pour son époque : rebelle avant tout, et défiant tout un système patriarcal afin de pouvoir justifier ses découvertes. Une héroïne qui résonne en toutes femmes, explosant un système testotéroné bien trop acquis.

Le voile blanc aux Éditions Akiléos est une sorte de conte faisant ressortir l’importance de la signification des anciens cultes tribaux dédiés à la Déesse-mère, que Valentino Forlini représente par ses graphismes enchanteurs. Des traits fins donnant des visages expressifs, quelquefois torturés. Une ambiance aux décors aboutis faisant ressortir le côté fantastique .

voile_blanc_extrait.jpg
Le voile Blanc © Éditions Akiléos
  • La conclusion :

Un récit magnifiquement bien raconté, tenant le lecteur suspendu à chaque paroles, chaque échanges entre les protagonistes. Le voile Blanc aux Éditions Akiléos est plus que fascinant avec son mélange de faits réels ou mystiques soient-ils. Les auteurs/trices arrivent à faire résonner en chacun/ne de nous l’importance des mythes anciens, des paroles de nos ancêtres. L’importance du respect perdu envers tout ce qui a un rapport à la féminité : maternité/fécondité, mère universelle/nature … Un one shot étiologiquement somptueux et terriblement fascinant !!

A propos stef emma

Rat de laboratoire, BDphile, et couteau en second sur Le bon goût des choses ( végétarien, végétalien)

A lire aussi

L'affiche

La Madeleine de Marcel à Gémenos fête “L’amour dans tous ses états”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com