put the parts of the argument essay in the correct order best creative writing mfa us research paper helper app guilt creative writing list three factors that influence the format of a written business plan creative writing careers list

Carmilla, œuvre de Le Fanu, dans la collection Métamorphose.

carmilla-metamorphose-soleilParu le 8 octobre 2014, aux éditions Soleil, dans la belle collection Métamorphose, Carmilla, œuvre majeure de la littérature fantastique du XIXème siècle, de Joseph Sheridan Le Fanu, est ici magnifiquement illustrée par Isabella Mazzanti.

L’œuvre traduite de Joseph Sheridan Le Fanu reste inchangée, le récit est respecté pour découvrir ou redécouvrir cette œuvre littéraire fantastique qui présente Laura, jeune femme de dix-neuf ans, fille unique d’un gentilhomme anglais, retraité de l’armée autrichienne. Ils demeurent tous les deux, avec les serviteurs et domestiques, dans un château isolé en Styrie. Laura a peu de souvenirs de sa mère morte trop jeune, elle a été élevée par sa gouvernante, Mme Perrodon, une personne au visage rond et bienveillant. Elle se rappelle également d’un évènement d’importance de son enfance, une empreinte terrible sur son esprit, durant son sommeil elle fut réveillée par un doux visage qui la regardait près du lit. Une jeune fille se tenait là agenouillée, elle entra dans le lit pour se serrer contre Laura qui se rendormi. Un peu plus tard dans la nuit, elle se réveilla avec la sensation de deux aiguilles qui s’en fonçaient dans sa poitrine…

Le château isolé, les évènements mystérieux et cette jeune invitée étrange amène rapidement une ambiance pesante, énigmatique et ténébreuse. Le récit est envoûtant, et la narratrice, Laura, fort sympathique, douce et attachante. Un journal intime qui permet au lecteur de se rapprocher le plus possible de cette héroïne particulière. carmilla-metamorphose-soleil-extraitLa relation entre les deux jeunes femmes est surprenante et sensuelle, Laura est très attirée par Carmilla, qui reste un parfait mystère, d’où l’attirance que l’on peut avoir pour elle. En plus de cette belle œuvre littéraire, ici le dessin d’Isabella Mazzanti est surprenant et reprend, à sa façon, des scènes de ce récit, en noir et rouge, le trait est doux, comme les deux héroïnes, mais la pointe de rouge apporte toujours une oppression, une marque significative et ambigu, comme la relation deux jeunes femmes. Les illustrations sont parfaites, fluides, douces et poignantes, marquantes…

Carmilla, belle œuvre littéraire, est ici intacte, mais illustrée par Isabella Mazzanti, pour offrir aux lecteurs bien plus qu’un récit, une façon de voir et de regarder cet ouvrage, de comprendre la relation fusionnelle et inquiétante des deux jeunes héroïnes…

A propos celine.durindel

A lire aussi

pulp-comics-delcourt

Pulp – Le comics d’Ed Brubaker et Sean Phillips

Pulp est le nouveau comics d’Ed Brubaker et Sean Phillips, paru aux éditions Delcourt, en …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com