Rencontre avec Anne Paceo au Nice Jazz Festival

Il y a peine quelques jours, Anne Paceo était à la batterie dans le Ladies All Star de Rhoda Scott à Jazz à Juan. Dimanche, c’est à Nice que nous l’avons rencontrée, cette fois pour présenter sur la scène du théâtre de Verdure, le septième album qu’elle a composé. Sorti en mars dernier, S.H.A.M.A.N.E.S, lumineux, aux dimensions spirituelles a reçu un accueil très élogieux de la part de la presse et du public. Avant de partir répéter pour le concert prévu dans la soirée, Anne Paceo a très gentiment accepté de répondre à nos questions, dans les jardins Albert Ier, non loin du théâtre de Verdure, qui allait servir d’écrin à ses envoûtantes compositions.

France Net Infos :Pourquoi votre nouvel album s’intitute-t-il « S.H.A.M.A.N.E.S » avec un telle orthographe ?

Anne Paceo : Cela fait longtemps que je m’intéresse au chamanisme et à ses pratiques. Je suis allée écouter beaucoup de musiques de plein de pratiques du monde entier. Elles ont été une grande source d’inspiration. J’ai toujours trouvé que la musique avait quelque chose de sprituel et d’un peu mystique. « S.H.A.M.A.N.E.S » est apparu comme une évidence. Je l’ai écrit de cette façon parce que je voulais évoquer le chamanisme, sans que ce soit écrit clairement. J’avais envie de semer un peu le doute, en évoquant le chamanisme sans tomber non plus complètement dedans. Il y a aussi un petit clin d’oeil à l’écriture inclusive. Ce mot existe dans plein de langues et s’écrit de plein de façons différentes. C’était donc une certaine façon de les retrouver toutes en choisissant d’enlever une lettre ou une autre.

France Net Infos : Vous êtes-vous aussi nourrie de lectures ou de films pour écrire cet album ?

Anne Paceo : Oui, le livre de l’ethnologue Charles Stepanoff, Voyager dans l’invisible, m’a beaucoup intéressée. Il a étudié les chamanes en Sibérie. Il y a aussi eu le film de Jan Kounen, D’autres mondes et également un vieux film qui s’appelle Les maîtres fous, qui montre des cérémonies de désenvoûtement. Je m’y suis toujours intéressée. On vit dans une société où on oublie, d’une certaine façon, qu’il y a la nature autour de nous dont il faut prendre soin. Les pratiques chamaniques sont connectées à l’humain, aux animaux, à la nature. On dit aussi que les chamanes sont connectés avec l’au-delà, avec d’autres mondes.

France Net Infos : C’est un peu aussi ce que vous pouvez ressentir lorsque vous faites de la musique ?

Anne Paceo: Quand j’écris, j’ai l’impression d’être juste un moyen de raconter des choses. Parfois, quand on joue de la musique, ça nous dépasse et nous transcende !

France Net Infos : On peut avoir cette même sensation en écoutant de la musique…Votre album nous invite à prendre son temps, à être attentif pour percevoir les moindres détails…

Anne Paceo : Dans ce disque, rien n’est laissé au hasard. C’est magique quand l’inspiration vient ! Sur cet album, j’ai un peu plus chanté. Il y a toujours cette alternance où il y a des textes et des paroles et des morceaux où la voix est davantage considérée comme un instrument.

France Net Infos : Avec cet album, votre public semble de plus en plus varié…

Anne Paceo : Oui, il y a des gens qui n’écoutent pas du tout du jazz. D’autres qui sont des afficionados, des plus jeunes, des plus vieux. J’ai envie de proposer une musique qui touche le plus de monde possible.

France Net Infos : Quel est pour vous le but de la musique ?

Anne Paceo : Procurer des émotions, faire du bien. En tout cas, c’est comme cela que je l’envisage. Pour moi, la musique a aussi une vocation à soigner. Ca me fait vraiment plaisir quand, à la fin de mes concerts, des spectateurs viennent me voir en me disant qu’ils n’étaient pas très bien avant et qu’ils se sentent beaucoup mieux après. Ca me plaît quand les gens se font surprendre et sont touchés, quand ils ne s’y attendaient pas. Ce sont de belles victoires ! Ecrire ce disque a été aussi thérapeutique pour moi. Il m’a aidée à aller vers la lumière.

France Net Infos : Cet album a aussi été accompagné de clips. L’image est importante pour vous ?

Anne Paceo : Pour plein de gens, le jazz est souvent considéré comme une musique difficile d’accès. Je pense que ce qui permet de mieux l’aborder, c’est aussi l’image. Pour les deux clips, j’avais envie de créer des mondes imaginaires. J’adore les films de Miyazaki et les mondes qu’il a créés.

France Net Infos : Seriez-vous tentée de composer des musiques pour des films ?

Anne Paceo : J’aimerais beaucoup ! Ecrire pour l’image, c’est l’un de mes rêves.

France Net Infos : Quels sont les réalisateurs que vous appréciez ?

Anne Paceo : J’aime beaucoup les films de Michel Gondry. A une époque, j’étais aussi passionnée par Wong Kar Wai.

France Net Infos : Cet été, vous accompagnez aussi Rhoda Scott en tournée…

Anne Paceo : Avec,« S.H.A.M.A.N.E.S », je propose ma musique, mon univers, ma direction artistique. Je fais exactement ce que j’ai envie de faire. Avec Rhoda, c’est aussi un grand bonheur pour différentes raisons. C’est une musicienne et une personne incroyable. Je suis aussi plus décontractée car ce n’est pas moi qui porte le projet. J’aime bien faire les deux !

Après le Nice Jazz Festival, Anne Paceo sera de retour dans la région, le vendredi 12 août au Saint-Jazz-Cap-Ferrat, dans le magnifique cadre enchanteur du Jardin de la Paix, bercé par la mer.

A propos laurence ray

A lire aussi

Demain nous appartient : rencontre avec Maud Baecker

Anna Delcourt fait partie des personnages préférés des fans de Demain nous appartient. Depuis le …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com