Accueil / Culture / Retour sur le MaMA Event 2013

Retour sur le MaMA Event 2013

MaMa Event 2013
MaMa Event 2013

La semaine dernière a eu lieu le MaMA Event, l’un des festivals les plus importants des professionnels de la musique. Lancé à Bourges en 2009, le festival s’est déroulé dans le 18 ème arrondissement de Paris, on y était et on vous raconte ce qui s’est passé.

Le MaMA, c’est tout d’abord 3 jours de conférences, débats, networking et 3 nuits de concerts dans différents lieux du 18 ème arrondissement, principalement dans l’enceinte du Trianon, du Centre Musical FGO – Barbara et du Louxor, réouvert récemment.

Au menu de cette quatrième édition, 3 500 professionnels français et internationaux ont été conviés à participer à 40 débats, conférences et rencontres ainsi qu’à plus de 100 concerts répartis dans les alentours de la place Pigalle, du quartier Barbès et Montmartre. Pour animer ces échanges, les organisateurs ont fait appel à 150 intervenants d’horizons différents. On y croise aussi bien des artistes, des producteurs, managers ou éditeurs. Mais également des organismes, collectivités, des politiques et des start-up.

Le but de cette rencontre inter-professionnelle est bien sûr l’échange, l’information et le « networking ». D’ailleurs, en marge des conférences, une vingtaine de speed-meeting, « apéro pro » étaient organisés ici et là pour faciliter les prises de contact entre les participants.

MaMA Event 2013. Conférence Music Value. Philippe Astor, Emilien Moyon, Tom Silverman
MaMA Event 2013. Conférence Music Value. Philippe Astor, Emilien Moyon, Tom Silverman

Beaucoup de thématiques abordées pendant ces trois jours. Même si les échanges font souvent référence à la crise qui continue de frapper l’industrie du disque, l’ambiance est plutôt à l’optimisme et on regarde davantage devant nous avec un accent important mis sur l’innovation et l’émergence de start-up françaises apportant de nouvelles solutions à un secteur en profonde mutation. On a ainsi pu assister dès le premier jour, lors d’une conférence en partenariat avec Cap Digital, à la présentation de 7 sociétés en développement. Il est intéressant de noter que 3 d’entre elles (Wiseband, Coteries et Eazieer) font le pari du Direct-to-Fan, très en vogue depuis quelques années et permettant une relation de proximité entre l’artiste et ses proches auditeurs via des plates-formes de services (Players, vente de musique digitale, e-Boutique, newsletters…). De l’innovation également avec la société Weezic, partitions de musique digitales favorisant l’apprentissage et l’accompagnement de façon parfaitement mobile et Dualo, nouvel instrument de musique au look d’accordéon faisant office à la fois de looper (enregistrement de boucles superposées), synthétiseur et séquenceur. La société Niland, elle, a misé sur une version différente du processus d’identification sonore utilisée par la fameuse application Shazam. Elle permet, à la différence de cette dernière, non pas de reconnaître un titre mais de proposer des morceaux similaires en fonction du timbre et de la rythmique utilisés dans le morceau d’origine.

Yvan-TaiebWeb
MaMA Event 2013. Yvan Taïeb – co-gérant de Roy Music

Dans le domaine des nouvelles tendances, la conférence sur les nouveaux projets et les nouveaux financements a fait la part belle au Crowdfunding, marché en forte croissance depuis deux ans. Le cofondateur de Kiss Kiss Bank Bank, Adien Aumont et Malcolm Dunbar, le CEO de Pledge Music, étaient présents pour nous présenter les chiffres de ce nouveau moyen de financement de projets et les conditions de réussite pour mener à bien sa campagne de crowdfunding. Ce marché en fort développement (à hauteur de 1 000 milliards selon Forbes d’ici à 2020) permet, dans le cas qui nous intéresse ici, à un musicien de lever des fonds auprès du grand public pour mener à bien une campagne marketing, la création d’un album ou le financement d’une tournée. Le crowdfunding est un circuit de financement court, principalement basé sur le don. Chez Kiss Kiss Bank Bank, le montant moyen d’une campagne est de 4 000 € et environ 50 € par donateur. Selon les mots d’Adrien Aumont, « la communauté est le capital ». Le taux de réussite des campagnes est de 62 %. En effet, toutes les campagnes ne sont pas forcément un succès. Les intervenants ont d’ailleurs insisté sur la nécessité de « faire vivre son projet » et que les contreparties (distribution de CD, merchandising, places de concert) sont « le ciment de la relation » entre l’artiste et ses auditeurs.

Conférence CrowdfundingWeb
MaMA Event 2013. Conférence Crowdfunding – christian hald buhl, Malcolm Dunbar

L’idée d’une implication plus forte de l’artiste au-delà de la création musicale était d’ailleurs présente lors de multiples rencontres. Aujourd’hui, avec le développement des réseaux sociaux et la possibilité de monétiser directement son contenu sur Internet, les artistes passent une grande partie de leur temps à alimenter les sites en contenu (musiques, photos, vidéos), parfois aux dépens de la qualité musicale. Emmanuel Tellier, grand reporter chez Telerama passé par les Inrocks, décrit également un « retour d’une culture du single « et la problématique pour un artiste de s’absenter trop longtemps en tournée et studio avec le risque de perdre une partie de sa fanbase. D’où une trop grande importance accordée au buzz. Deezer, un des acteurs de cette nouvelle ère digitale, était d’ailleurs confronté à des artistes d’horizons différents (Axel Bauer, DJ Zebra ou encore Antoine Guena de 1995). Si des critiques envers la première plate-forme française de streaming sur le manque de transparence et la faiblesse du revenu lié au streaming ont eu lieu, la société qui génère 90 % de ses revenus avec les abonnements apparaît néanmoins comme un tremplin majeur pour de nouveaux artistes.

Conférence DeezerWeb
MaMA Event 2013. Conférence Deezer face aux artistes. Simon Baldeyrou, Véronique Mortaigne, Axel Bauer, Ludovic Pouilly, Nilda Fernandez

Le festival a également abordé les sujets liés aux aides destinées aux porteurs de projets avec la présence d’acteurs comme l’IFCIC (établissement de crédit en relation avec le Ministère de la Culture) ou CREATIS (résidence d’entrepreneurs culturels hébergée à la Gaîté Lyrique) lors d’une conférence sur les moyens méconnus pour le financement d’entreprises à caractère culturel. La possibilité de garantie bancaire ou encore l’émergence de pépinières accueillant les start up sont des outils qui permettent aujourd’hui de s’entourer efficacement. La BPI, ancien OSEO, est également un acteur qui peut intervenir en tant que pourvoyeur de capitaux, mais il faut bien avouer que cet apport ne peut aboutir que pour des sociétés déjà bien installées.

Deezerbisweb
MaMA Event 2013. Antoine Guena (1995), DJ Zebra, Simon Baldeyrou

Le soir, on s’est baladé, pendant ces trois jours, du côté de la Boule Noire, la Cigale et le Centre Barbara pour finir le vendredi soir à la Machine du Moulin Rouge pour la grande soirée électro de Toxic Avenger & friends. Tous les styles de musique étaient au rendez-vous. Les Burning House, qui présentaient leur premier album, ont répandu de la funk electro complètement débridée. Ce live, parfaitement maîtrisé, n’était pas sans nous rappeler un certain General Elektriks. Tom Fire, accompagné de son batteur, nous a livré un set électro intense, puisant ses sources à la fois dans le reggae, dub, la techno ou encore dans le hip hop ou la funk.

Jeremy Loops était également présent, et il faut bien dire que ce virtuose du jam man (superposition de boucles instrumentales) nous a agréablement surpris avec sa prestation live. Côté hip hop, les québécois de Koriass ont mis le feu avec un flow accrocheur et des musiciens live brillants. La salle était alors prête pour recevoir les Montpelliérains de Set & Match, qui ont su parfaitement se lier avec le public.

Une grande réussite donc pour cette quatrième édition parisienne du MaMA, qui est vraiment devenu un événement international incontournable. On reviendra donc avec plaisir l’année prochaine.

Ci-dessous, une sélection d’extraits vidéos d’artistes du MaMA

The Toxic Avenger


The Toxic Avenger “Romance & Cigarettes” – feat… par The-Toxic-Avenger

Jeremy Loops

Burning House


Burning House – Post Party Stress Disorder… par naiverecords

A propos Agence

A lire aussi

le-mystere-des-EMI-Lallier-Leduc-Slider

Le Mystère des Expériences de Mort Imminente du Dr F. Lallier

Le Mystère des Expériences de Mort Imminente aux Editions Leduc. Quand un Docteur se penche ...

Lire les articles précédents :
NRJ MUSIC AWARDS 2014: démarrage de la 1ère phase de votes

TF1 et NRJ vous donnent rendez-vous samedi 14 décembre 2013 pour l’événement musical de l’année : ...

True Crime Detective Magazines, 1924-1969

Je tiens à vous présenter aujourd’hui detective magazines un ouvrage vraiment atypique, avec un sujet ...

Qatarina, la nouvelle pépite littéraire signée Gabriel Malika

  Son premier roman Les Meilleures Intentions du Monde était une ode à Dubaï, cet ancien ...

Fermer