Accueil / Culture / Christian Hivert : Reine », d’une série, « Les chevaliers ivres

Christian Hivert : Reine », d’une série, « Les chevaliers ivres

Premier livre d’une série qui comptera six autres volumes , voici donc le livre premier, « Reine », d’une série, « Les chevaliers ivres » La saga des réprouvés et marginaux plus ou moins politisés n’en n’est qu’à ses balbutiements.

Christian Hivert-Les chevaliers de Reine

La lecture d’un éventuel curriculum me concernant pourrait faire apparaître une logique de choix individuels autant qu’une vie professionnelle chaotique et précaire. Après un apprentissage professionnel sur le tas lors de nombreux chantiers de réfection d’appartement sur Paris et région, mon expérience de travail non déclaré rend possible des embauches multiples de courte durée. Une activité sociale et une proximité permanente avec des précaires est un des matériaux de base de mes travaux d’écriture (« Ne peut être vendu », « De l’autre côté de la rivière », « Reine », « Destin majeur » en cours). Depuis l’âge de huit ans et la rédaction de l’éphémère « Les fabuleuses aventures de Jeannot Lapin », racontant l’épopée enfouie de la découverte d’un appartement Parisien par un lapereau apeuré et Nivernais, j’ai toujours eu un goût prononcé pour la littérature, celle des autres , la mienne. Volant la clé de l’armoire secrète où une maman craignant pour ses beaux livres entassait une bibliothèque classique fournie, je m’installais des heures durant dans la lecture de tout Balzac, Victor Hugo, Emile Zola… Mon adolescence fut plus intéressée par des auteurs modernes et surréalistes de Rimbaud à Vian. Jules Vallés nourrit mon indignation. Plus tard je découvrit les étranges étrangers Istrati, Hikmet, Kundera, Fante , Auster, tant d’autres .

Vint alors la nécessité de réunir tout mes parcours dans une écriture portée sur le réel des oubliés, et de dire nos indignations, nos révoltes,  de couvrir un peu le brouhaha des paroles portées par des arrivistes politiciens.

Extrait du livre :

« Les chevaliers de Reine sont ivres de révoltes, de gloire parfois, de désespoir souvent, la vie leur échappe et ils en perdent un peu en courant.

Reine et Arthur son amoureux prennent deux chemins différents mais parallèles, leurs illusions, l’un en un monde meilleur et plus juste, l’autre dans une liberté possible, se jouent d’eux à chaque détour.

Et tous les chevaliers des trottoirs parisiens arpentés et des squats en lutte sont ivres, résolument ivres et en dérive.

Les Gens Bons de Paris s’en prennent plein la tranche et n’en reviennent pas.

Tous ces pauvres s’agitent et manifestent, non mais gare, ils veulent les mêmes droits que les Gens Bons n’auront plus.

Il va falloir encadrer sévèrement tout cela, il  faut une association et un responsable aux ordres. »

 

 

Consultez aussi toutes les autres chroniques de notre rubrique littérature

www.facebook.com/christianhivert07?ref=hl

http://www.facebook.com/hivert.christian

http://www.calameo.com/read/0018762416e0b88e31399  pour une bonne lecture en ligne

 

A propos redaction

La rédaction suit les tendances du moment dans le domaine d’actualité. elle vous propose de suivre l'actualité mais aussi des chroniques de livres, cinématographiques , de suivre l'actualité de vos loisirs ( parc , spectacles , sorties ) et de vous proposer des infos fraiches par nos journalistes présents dans toutes la France qui peuvent couvrir ainsi de plus près les informations , nous proposons aussi des dossiers thématiques en fonction de l'actualité et des podcasts audio et vidéos .

A lire aussi

Orcs & Gobelins, tome 4, Sa’ar

La série Orcs & Gobelins s’enrichie d’un quatrième tome intitulé Sa’ar, paru aux éditions Soleil, ...

3 commentaires

  1. cela raconte des histoires dont certaines se prolongent de nos jours :

    Les gens sont relogés dans des taudis

    L’immeuble qui a brûlé il y a sept ans à Paris rue Vincent Auriol avait une histoire très particulière… Vu qu’il fut une « victoire du dal » suite au campement médiatisé du quai de la gare en 1991, opération fondatrice de l’association gérée par les organisations de la gauche de gouvernement.

    L’objet de l’article qui suit n’est pas de relancer une polémique, mais l’amnésie hypocrite des organisations de gauche et d’extrême gauche qui “communiquent” sur le logement est scandaleuse, indécente, et mérite un rappel des faits.

    Un peu d’histoire …. Le phénomène des taudis et marchants de sommeil est aussi vieux que l’industrialisation de la région Parisienne, chaque immigration l’a subie, y compris à une époque les bourguignons, les bretons, etc. considérés comme des étrangers à Paris, avec à la clef des drames comme rue Vincent Auriol.

    A partir des années 1980, on voit des familles maliennes, sénégalaises et françaises, squatter des immeubles laissés vides dans des quartiers en voie de rénovation. La presse en parle comme des dealers de drogues dures pour justifier l’expulsion de familles (Ilot Chalon, rue des Flandres).

    En 1987, suite à une série d’incendies meurtriers avec plusieurs dizaines de morts, un petit groupe militant crée le Comité des Mal-logés qui organise l’occupation de logements H.L.M., intervient quotidiennement contre les marchands de sommeil, dénonce la politique du logement comme un aspect de l’exploitation subie par les ouvriers.

    En quelques années le C.M.L. devient une structure de nombreux mal-logés/militants. Au printemps 1990 le gouvernement (de gauche), décide de lui régler son compte en expulsant deux immeubles squattés abritant les locaux du C.M.L.

    Ce fut une des rares expulsions loupée de l’histoire des squats a Paris. Malgré un déploiement de forces spectaculaires (2000 c.r.s.) les militants du C.M.L. occupent la rue et au bout de quelques jours l’ensemble des organisations classées à gauche, l’extrême gauche, au centre et des organisations caritatives les rejoignent.

    Bref toutes les organisations opposées a Chirac (maire de Paris à l’époque) se précipitent place de la réunion pour soutenir et noyer l’impact du C.M.L., et redorer leur blason électoral du côté des classes populaires pour regagner la gestion des vingt arrondissement détenus par la droite.

    La place de la réunion sera occupée six mois et tous les expulsés relogés en logement H.L.M. conformément aux revendications du C.M.L.

    Le C.M.L. et les organisations qui viennent le soutenir n’ont pas les mêmes orientations. Par accord tacite la rupture n’éclatera qu’après le dernier relogement avec la création du dal.

    Pour faire rapide on peut comparer les divergences entre ceux qui défendent un “syndicalisme de lutte de classe” et ceux qui défendent un syndicalisme “de participation” cogestionnaire, entre ceux qui luttent ensemble pour leurs intérêts de classe et ceux qui veulent porter la parole des pauvres jugés incapables de s’organiser seuls et que l’on vient encadrer pour qu’ils ne débordent pas du cadre immuable des injustices.

    Les organisations se veulent “pragmatiques”, critiquent la politique de Chirac et limitent la question du logement à Paris intra muros. Elles proposent des solutions qui se voudraient à la fois plus convenables pour les mal-logés et acceptables pour le gouvernement.

    En fait elles ne font que répondre aux attentes de l’Etat, qui se désengage du logement social. Aux revendications portées par des ouvriers demandant leurs droits en matière de logement, elles substituent le besoin d’un toit pour des pauvres familles… et entérinent de ce fait la fin du logement social.

    Le C.M.L. refusait les relogements “provisoires”, les baux glissants, les relogements en cabanes Algeco, ou en réquisitions gérées par des caritatifs outrageusement méprisants, parce qu’il y voyait la reconduction pérennisée des taudis.

    En effet ses adhérents ne sont pas “à la rue” mais vivent dans des taudis, et c’est pour sortir de cette situation de précarité qu’ils luttaient.

    Le C.M.L ne faisait pas de différence entre Paris, sa banlieue, voire la France entière quelque soit la couleur politique des communes ou il intervenait et fonctionnait sans hiérarchie dirigeante.

    Le dal est créé en concurrence du CML et presque toutes les organisations aux ordres le soutiennent, mais le C.M.L. pouvait encore compter sur bon nombre de mal logés, de jeunes squatters, et il avait pris l’habitude de s’implanter sur les lieux de travail (grève à la COMATEC, débrayages au nettoyage de la ville de Paris.)

    Le dal poussé par la nécessité d’apparaitre comme le représentant unique des mal-logés se lance dans des interventions, et ses premières mobilisations sont des échecs parce qu’il manque de crédit auprès des mal-logés.

    Alors, en 1991 il organise dans l’urgence un campement sur les bords de la seine, au quai de la gare. Cette lutte jouit comme toutes les actions du dal d’une omniprésente couverture médiatique bien supérieure à sa réelle implantation, alors que sur le campement c’est la catastrophe, les mal logés sont isolés et ne peuvent bénéficier de la solidarité du voisinage.

    Les problèmes s’amoncellent, les mal-logés qui campent sont privés de toute autonomie (détournement de la caisse de solidarité des mal-logés au profit d’une association contrôlée sans contestation pour empêcher les gens de gérer leur lutte).

    Le gouvernement sera obligé de prendre directement les choses en main, de déplacer l’abbé Pierre pour « convaincre » les mal-logés d’accepter des relogements provisoires en cabanes algéco, ou dans cet immeuble délabré et réquisitionné par l’Etat rue Vincent Auriol (avec la menace à la clé de démonter les tentes financées par Emmaüs et les organisations pour mettre fin au campement.)

    Cette « victoire du dal » qualifiée comme telle par le dal et les organisations qui le composent ou le soutiennent est une défaite pour tous les mal-logés.
    Les gens sont relogés dans des taudis, avec des baux précaires qui les privent de droits. Quant au relogement définitif, ce ne sont que des promesses peu crédibles, car la politique du logement n’a pas changé et les associations liées à Emmaüs qui gèrent les baux glissants ne relogent la plupart du temps que des célibataires et des couples sans enfants.

    De plus pour briser la résistance des mal-logés, le dal favorise les corrompus, clientélise la lutte, exacerbe les rivalités, ce qui fait de l’immeuble rue Vincent Auriol un lieu ingérable, et on aura recours a des vigiles privés pour maintenir l’ordre dans cet immeuble et dans les camps d’algéco,

    Malgré ce gardiennage l’immeuble prend feu ?

    Tout cela est présenté dans les médias, dans les discours des organisations comme une “victoire du dal” qui désormais aura “relogé plus de familles que le C.M.L.” et les services municipaux réunis.

    Ils se félicitent d’avoir créé un précédent en obligeant l’Etat à réquisitionner des logements vides (en fait des super taudis), et présente aussi comme « victoire » la mise en place par l’Etat d’un partenariat avec les associations caritatives pour la gestion des baux glissants, c’est à dire l’absence de tout droit commun à tous.

    Si le drame rue Vincent Auriol est avant tout la conséquence d’une politique libérale éreintante pour les classes populaires et maintenant moyennes, sur ce cas, la responsabilité d’Emmaüs, du dal, des organisations syndicales et des gauches est précisément engagée.

    Précisons que depuis des dizaines d’années les pouvoirs publics proposent des relogements provisoires aux familles mal-logées, comme dans cet hôtel de l’Opéra, autre incendie spectaculairement meurtrier.

    Les mal-logés relogés rue Vincent Auriol n’étaient pas à la rue. Ils avaient rejoint le dal comme d’autres avaient rejoint le C.M.L. pour revendiquer d’autres logements que leurs taudis.

    Le dal n’aura servi qu’à user leurs volontés de lutte, pour faire accepter aux mal-logés ce qu’ils refusaient au départ.

    Ces drames, en instance dramatique de renouvellement, démontrent que le dal n’a rien résolu pour ces familles contrairement à ce qu’il clamait haut et fort à l’époque constitutive du quai de la gare. Non seulement elles auront vécu quatorze ans de plus dans un taudis gardienné et il aura fallu une fois de plus que certains en meurent pour qu’on en prenne conscience.

    Sept ans ont passé depuis cet holocauste, et un an depuis ce procès cynique de l’incendie du Bd Vincent Auriol. Faut-il que sans cesse ces drames et ces incuries se répètent avec la complicité ignoble de carriéristes politiciens ?

    Ce sont des logements décents, stables et garantis pour tous qui sont demandés par les mal-logés, pas des réquisitions de bâtiments minables et non dédiés au logement avec les risques que cela comporte.

  2. D’autre part il serait bon peut-être de signaler la possibilité de se procurer ce livre soit en téléchargement gratuit pdf soit en lecture en ligne soit en achat d’amazon kindle livre numérique

  3. Merci à la rédaction pour cette publication dont je partage le contenu de toutes parts

Lire les articles précédents :
Interview de Jean Pierre Améris pour L’homme qui rit

Le Film: L'adaptation par Jean Pierre Améris, du Roman de Victor Hugo, L'homme qui rit, ...

Kyss Mig, Une Histoire Suédoise sort en Dvd : Gagnez le

Kyss Mig, Une Histoire Suédoise sort en Dvd un film de Alexandra-Therese KeiningAvec Ruth Vega ...

Dakar : J-2 : Les spectateurs se pressent sur le Village Dakar

A Lima, les spectateurs se pressent sur le Village Dakar et sur le site des ...

Fermer