Accueil / Culture / Le Musée de la Grande Guerre : Exposition de Terre et d’Acier

Le Musée de la Grande Guerre : Exposition de Terre et d’Acier

Musée de la Grande Guerre : Exposition de Terre et d’Acier

Le Musée de la Grande Guerre présente actuellement une exposition temporaire De terre et d’Acier. Une exposition qui invite à s’immerger dans la vie des combattants de 14-18 tout en découvrant le métier d’archéologue.

Depuis le 1er avril et jusqu’au 18 septembre 2017, le Musée de la Grande Guerre, situé à Meaux (77), propose une exposition temporaire sur l’archéologie de la Grande Guerre. Archéologues, conservateurs et historiens ont réuni pour l’occasion le fruit de leur recherche afin de présenter au grand public les découvertes récentes du quotidien des soldats de la guerre 14-18.

L’archéologie de la Grande Guerre est une discipline née à l’occasion des grands travaux d’aménagement autoroutiers et ferroviaires à la fin des années 1980, dans les zones fortement marquées par les combats du Nord et de l’Est de la France. Habitué à l’étude de périodes plus anciennes, l’archéologue trouve ici un champ de recherche inédit. A la question de savoir ce que peut ajouter l’archéologie au très grand nombre de documents écrits, iconographiques, photographiques et cinématographiques, témoignages directs, qui forment le récit important de la Grande Guerre, l’exposition propose sa réponse. La confrontation aux résultats des éclats d’obus, voir de ses propres yeux les casques troués de part en part, prendre la dimension des balles de mitrailleuse, ou s’interroger devant l’étrange contenu d’une boîte à souvenirs, deviner un regard derrière un masque à gaz, douter devant l’utilité d’un sabre ou d’une cuirasse, entrevoir un sursaut d’humanité dans la dignité d’une sépulture. Tout cela dans le but de comprendre ce qu’était la vie quotidienne dans cet univers où régnait la mort. Cette exposition offre une vision pertinente originale du quotidien du combattant et plus particulièrement des enjeux de ce premier conflit mondial.

Le parcours de la visite est prévu pour toute la famille dès 8 ans. Il est donc possible de se mettre dans la peau d’un archéologue afin de mieux comprendre les multiples facettes de ce métier, ainsi que les différentes disciplines de l’archéologie que sont l’anthropologie, l’archéozoologie, ou encore la topographie, à travers le jeu et l’expérimentation. De nombreux outils de médiation participeront donc à cette découverte : 

  • Projection au sol des derniers chantiers de fouiles
  • Bac de fouille numérique interactif
  • Dispositif sur la dégradation des objets de fouille
  • Application numérique
  • Plaques d’identité
  • Parcours sur les métiers de l’archéologie
  • Meuble en plan-relief reprenant les métiers de l’archéologie, accessibilité aux personnes non-voyantes.

Parcours de l’exposition De Terre et d’Acier :

  1. La guerre : La puissance de feu de l’adversaire contraint les soldats, dès l’automne 1914, à trouver refuge au sein du champ de bataille avec le creusement de trous d’hommes rapidement reliés entre eux afin de former la première ébauche d’un système de tranchées et faire entrer ce conflit dans une nouvelle ère, la guerre de position.
  2. La vie quotidienne des combattants : La consommation alimentaire de millions d’hommes pendant quatre ans a entraîné la création d’importants volumes de détritus. Ces derniers, quelquefois récupérés (quand ils peuvent valorisés dans l’industrie de guerre), sont souvent enterrés sur place dans des dépotoirs.
  3. La mort quotidienne des combattants : Alors même que la Grande Guerre est le premier conflit où l’on essaie de donner une sépulture individuelle et d’identifier les défunts, l’importance des pertes rendront ces efforts dérisoires. 700 000 soldats tués lors de ce conflit n’ont pas de sépulture connue. Chaque année, plus d’une dizaine de corps de combattants sont ainsi retrouvés par les archéologues.
  4. Une archéologie en première ligne de mire : « De Terre et d’acier : archéologie de la Grande Guerre » met en lumière les résultats de fouilles récemment pratiquées sur plusieurs sites tels que le camp allemand du Borrieswalde dans les Ardennes, la galerie allemande du Kilianstollen à Carspach dans le Haut-Rhin, ou encore le bois du Faisan à Fromelles dans le Nord. Aujourd’hui l’archéologie de la Grande Guerre est une discipline à part entière qui participe à une meilleure connaissance de cette page de l’histoire. 

A noter qu’à l’occasion des Journées Nationales de l’Archéologie, le musée sera entièrement gratuit le samedi 17 et dimanche 18 juin 2017. En partenariat avec l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (INRAP), le musée se mobilise pour faire découvrir au grand public toute les facettes de cette discipline.

Pour tout autre renseignement, rendez-vous sur le site du Musée de la Grande Guerre.

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

A propos guillaume joubert

Après avoir été rédacteur sur divers sites musicaux comme Rocknfrance, Zikannuaire, Punksociety, Zik'nblog, et animateur d'une émission de radio diffusée sur 12 radios, dont 7 FM, en France, en Belgique et en Suisse, j'ai décidé de reprendre l'écriture sur FranceNetInfos. C'est un plaisir de participer à la diffusion d'informations régionales et nationales, sur des sujets qui me tiennent à coeur comme, entres autres, la culture, le cyclisme et l'environnement.

A lire aussi

Klaw T7 : L’éveil des « Dizhis Oubliés » !

Replongeons dans le monde des « Dizhis », avec la sortie du tome 7, de la série ...

Lire les articles précédents :
Festival Nuits Carrées à Antibes du 29 juin au 1er juillet

Le festival Nuits Carrées d’Antibes vient de dévoiler sa programmation.  Pour la 11ème édition, du ...

L’apache et la cocotte, deuxième tome, Cléo

Cléo est le second et dernier tome de L'apache et la cocotte,  un diptyque romanesque, ...

Deux nouveaux albums pour le chaton Splat

Votez Splat ! et Splat papa poule sont deux nouveaux albums, parus aux éditions Nathan, en ...

Fermer