“Les portraits impressionnistes” aux Ed Des Falaises

Toujours dans la même collection, aux Éditions des Falaises, on retrouve le livre “Les portraits impressionnistes” de Sylvie Patry. Nous voilà en immersion dans l’univers plus intime de l’impressionnisme, celui des portraits.

Les portraits impressionnistes de Sylvie Patry
“Les portraits impressionnistes” de Sylvie Patry

Ce n’est pas dans cet exercice que je préfère les impressionnistes, mais il faut bien avouer qu’ils avaient un sacré talent pour capter l’essentiel des gens dont ils peignaient les portraits. On retrouve les plus grands du genre : Cézanne, Monet, Renoir – mon préféré dans ce domaine – ou encore Caillebotte, Morisot et Manet.

Le livre est organisé sous forme de chapitres, de façon à bien comprendre comment les portraits et autoportraits ont évolué au fur et à mesure des années. D’ailleurs, je vous encourage à découvrir l’introduction de Sylvie Patry qui est passionnante. Elle nous apprend entre autres, que les impressionnistes ont eu du mal à s’imposer comme portraitistes. Heureusement, ils ont fini par gagner en crédibilité, grâce à la qualité de leurs œuvres.

J’ai beaucoup apprécié le chapitre “Le portrait et la vie moderne”. Et comme à chaque fois, c’est Caillebotte qui décroche la palme ! Ses portraits sont très touchants, très réalistes. Le portrait “Intérieur” (1880) a retenu toute mon attention. Ici, il reconstitue une scène de la vie quotidienne, en lui ajoutant une touche de modernité. J’aime l’idée des rôles inversés : la femme assise sur un fauteuil qui lit son journal au premier rang, pendant que l’homme semble s’assoupir au second plan. Cela ne fait aucun doute, Caillebotte était un grand précurseur du XXe siècle !

La mise en scène des peintres eux-mêmes dans leurs tableaux est récurrente. Ainsi que des peintres peignant leurs collègues, comme Renoir avec “Claude Monet” en 1872. Et puis il y a aussi les portraits plus intimes, ces peintres qui n’hésitent pas à mettre en scène leurs propres épouses : “Méditation Madame Monet au canapé” de Claude Monet (1871). La peinture de Pierre Auguste Renoir “Les enfants de Martial Caillebotte” (1895) est superbe !

Ce livre – comme les autres de la même collection – vaut son pensant d’or ! Il est beau de voir que les impressionnistes n’ont pas hésité à sortir de leur zone de confort en nous proposant de délicieux portraits, que je vous encourage à découvrir.

A propos LRedac

Rédactrice passionnée, j'aime donner mon avis sur tout ce qui m'intéresse. Je suis toujours partante pour parler des dernières tendances Beauté, Mode & LifeStyle car cela fait partie intégrante de ma vie. Véritable touche-à-tout, je m'intéresse également à la littérature enfantine, aux sujets Food, à la musique et autres curiosités. Fan de bons plans, j'aime farfouiller sur le net à la recherche de pépites que j'ai toujours beaucoup de plaisir à partager avec vous. N'hésitez pas à me laisser des messages sous mes articles, je serai ravie de vous lire !

A lire aussi

chere-madame-ma-grand-mere-nathan-dyscool

Chère Madame ma grand-mère

C’est dans la version Dyscool, des éditions Nathan, que le roman Chère Madame ma grand-mère, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Read previous post:
Alberto Contador au rendez-vous du Dauphiné

Alberto Contador a remporté aujourd'hui le prologue du Dauphiné Libéré. L'espagnol qui avait annoncé en avril dernier …

Une réelle raison du chômage en France : les syndicats !

Comment expliquer qu’en France, les chiffres du chômage ne se placent jamais sous la barre …

Le Roi Pelé : l’homme et la légende

Paru le 05 mai aux éditions 21g, « Le Roi Pelé : l’homme et la légende » retrace …

Close