Accueil / Culture / Littérature / BD / Maxence, tome 1, La sédition Nika, la première bande dessinée de Romain Sardou.

Maxence, tome 1, La sédition Nika, la première bande dessinée de Romain Sardou.

maxence-t1-sedition-nika-le-lombardLe premier tome de Maxence, La sédition Nika, est paru aux éditions Le Lombard, le 24 octobre 2014, une bande dessinée de Romain Sardou et Carlos Rafael Duarte, qui invite à découvrir Constantinople, l’autre empire romain, une nouvelle épopée historique…

Un narrateur se présente, il pense qu’il se prénomme Maxence, du moins c’est ce qu’on lui a rapporté. En l’an 496 ap. J.C. la forteresse d’Oblivion, la prison de l’oubli, se dresse aux confins de l’empire perse. Une loi interdit à quiconque d’évoquer les noms de ceux qui y sont enfermés, un châtiment qui pouvait frapper tout le monde dans le vaste empire, même l’empereur Kavadh Ier, fils de Péroz, maître de toutes les perses ! Mais ce dernier allait bientôt sortir de là, car l’impitoyable peuple des Huns blancs avait lié un pacte avec le souverain, ils venaient libérer. Après trois ans d’emprisonnement l’empereur reprit son trône, mais c’est un empire et peuple ruiné qu’il retrouva, et il avait toujours une lourde récompense à payer au roi des Huns blancs. En attendant il lui fallait également mette à l’abri de sa femme et ses enfants, sa maîtresse, Julia, qu’il aimait tendrement, elle devait partir pour Constantinople et mettre en sécurité l’enfant qu’elle portait. Si c’est un garçon, l’empereur demanda à ce qu’on l’appelle Maxence…

Le récit se met en place assez rapidement, en présentant succinctement les parents de Maxence, dont lui-même ne sait pas grand-chose, puisqu’il ne les a pas connu. Trente ans plus tard, Maxence travaille avec des fauves à l’hippodrome, maxence-t1-sedition-nika-le-lombard-extraitoù le peuple se divise en deux lors des courses de chars, une division voulue par l’empereur Justinien Ier, pour mieux régner. Mais ce jour-là, dans l’hippodrome, il y eu un terrible accident… Entre manipulation, guerre civile, émeute, meurtre, renversement du pouvoir, Maxence va se révéler être tout autre chose qu’un simple dresseur de fauves, et va facilement entraîner le lecteur dans ses pas pour découvrir ce qui se trame. Le récit est fluide et opérant, des questions restent quant au nouvel avenir de Maxence, à découvrir dans les prochains tomes. Le dessin est simple et efficace, fluide et dynamique, il aurait été agréable d’avoir quelques détails mieux travaillés, mais l’ensemble reste très satisfaisant.

Ce premier tome de Maxence, La sédition Nika, le lecteur est rapidement pris dans un flot de découverte et de mystère qui pèse sur l’empereur et son peuple qui tente de le renverser avec une manipulation orchestrée, un récit fluide et prenant, qui se révélera davantage dans les prochains tomes…

A propos celine.durindel

A lire aussi

Orlando – Le voleur de chaussettes

Le voleur de chaussettes est le deuxième tome d’Orlando, une bande dessinée pour les jeunes ...

Lire les articles précédents :
Le Buron Croix St Robert, petit coin de Paradis.

Vous aimez les montagnes enneigées et vous êtes toujours à la recherche d’endroits authentiques. Le ...

Bretagne Séché-Environnement en stage à Brest

Les coureurs de l'équipe Bretagne Séché Environnement seront à Brest, à partir du dimanche 23 novembre. ...

Marc Jolivet nouveau spectacle : Comicsymphonic interview

Marc Jolivet et le Chef d'orchestre Philippe Fournier ont créé un spectacle d'un genre nouveau, qu'ils ...

Fermer