Accueil / Culture / Littérature / BD / South central stories, one shot de Neyef, aux éditions Ankama.

South central stories, one shot de Neyef, aux éditions Ankama.

south-central-stories-ankama-neyefParu en février 2014, aux éditions Ankama, le one shot de Neyef, South central stories, rejoint la collection Label 619 et entraîne le lecteur dans une histoire tragique dans un décor des années 90, aux Etats-Unis, dans un quartier où deux gangs se font la guerre…

Eté 1993, Los Angeles, dans le quartier de South central, territoire du 66 street gang, deux gamins se font tabasser sans rechigner, c’est la première étape qu’ils doivent passer s’ils souhaitent rejoindre le gang. La seconde sera d’aller buter un mec, un du gang des Slain, qui à oser, il y a deux jours de cela, de braquer un de leur bordel. Le chef des 66, remet un flingue aux deux jeunes hommes, et leur décrit l’homme à abattre. Après cette étape, ils pourront enfin porter le bandana rouge, alors les deux adolescents, s’en vont à la rencontre de leur rêve de gamins, devenir un 66. Dans une voiture, les deux jeunes gens commencent une discussion, l’un semble hésitant à l’idée de tuer un homme, l’autre en revanche, est fier de pouvoir enfin tuer quelqu’un, jusqu’ici, il n’avait tué qu’un chien…

Voici un drame, mêlant habilement horreur, fantastique, fraternité et suspens, une bande dessinée que Neyef divise en trois chapitres, dans lesquels, la même histoire est vue depuis des personnages différents, une façon surprenante et efficace de faire découvrir ce récit prenant. La violence est y omniprésente et comme si cela ne suffisait pas, le Mal en personne, vient également semer ses graines dans ce quartier, dont la police n’en a que faire. Une histoire trouble, touchante, violente où le surnaturel vient s’y déposersouth-central-stories-ankama-neyef-extrait aisément, à petites touches. Les différents personnages et différents chapitres se croisent et s’entrecroisent, pour révéler le tout à la fin de l’ouvrage, une fin tragique qui reste malgré tout en suspens, car peut-on avoir confiance en le Mal ? Le dessin de Neyef est dynamique et rythmé, son trait, pour les personnages, original. Surprenant au début, à la suite de la lecture, l’œil s’y fait rapidement et permet à l’ouvrage de se démarquer, tout comme pour certains angles de vue curieux.

South central stories est une bande dessinée bien pensée et écrite, intéressante avec ces trois chapitres et trois points de vue différents de la même histoire, une façon, de progresser dans le récit, originale et captivante.

A propos celine.durindel

A lire aussi

Kill or be killed, le deuxième tome

Ed Brubaker et Sean Phillips, poursuivent leur thriller, Kill or be killed, une tétralogie angoissante, ...

Lire les articles précédents :
WebProgram-Festival International : Top départ pour les inscriptions !

Et pour la 5ème édition du WebProgram-Festival International qui se déroulera du 25 au 27 ...

Gucci Guilty Studs en edition limitee

Depuis sa fondation à Florence en 1921 par Guccio Gucci, la marque Gucci Guilty a toujours ...

The Voice : Début de la tournée 2014 !

Avec un succès phénoménal, plus de 200 000 spectateurs lors des tournées précédentes et des ...

Fermer