Accueil / Culture / Littérature / BD / TWO-FISTED TALES : l’horreur de la guerre en BD

TWO-FISTED TALES : l’horreur de la guerre en BD

Attention, âmes sensibles s’abstenir ! Two-Fisted Tales (histoires de poings) est à réserver aux baroudeurs, ceux pour qui la réalité de la guerre n’est pas rose, mais plutôt rouge sang…

Le 22 novembre prochain, les éditions AKILEOS publient l’anthologie de récits de guerres et d’aventures, crée par Harvey Krutzman et parut pour la première fois en novembre 1950 sous le label EC Comics. Dans un format 232 pages, on pourra y trouver 36 aventures et récits en noir et blanc.

L’Histoire, au cas par cas

L’auteur passe en revue toute l’humanité sous son jour le plus noir : la violence. On pourra y croiser les conquistadors (avec la dénonciation du bullionisme), les chercheurs d’or (ah, l’or, la malédiction de l’Homme), les corsaires, les G.I,…. Ainsi, nous parcourons les époques et les batailles les plus ensanglantées (Moyen-âge, Antiquité, les guerres du 20èmes siècles,…)

Toujours dans l’optique de relater la brutalité de l’Homme, une phrase retient notre attention et traverse les âges : « L’Homme fait la chasse aux Hommes ». L’écriture, les dialogues et aussi les dessins prennent vies sans forcer, et nous transportes sur les lieux d’actions, au plus profond des âmes des protagonistes. Mais pas seulement ! Alors que les brutes, qui réfléchissent avec leurs flingues (l’histoire du Colt single army revolver, qui dégaine la vérité aussi vite que son ombre) ou avec leurs couteaux (Duke Hunzer, tranchant soldat américain), utilisent la force par « droit » ; les autres, plus humains par leurs faiblesses, se serviront de cette folle brutalité comme un « devoir » (Albert Smith, poule mouillé courageuse).

Les « poings » forts

Des aventures courtes mais suffisantes pour être intenses. On plonge avec facilité dans les faits historiques, grâce à une écriture simple et réelle. Les mots choisis frappent fort et sont aussi puissants que l’atmosphère des situations. Côté dessin, le noir et blanc donne du relief et permet de se concentrer sur l’action. Les personnages se suffisent à eux-mêmes, c’est de la BD réalité ! C’est dur, c’est costaud et ça prend aux trippes, bref, on ne ressort pas indemne de la lecture !

Les « poings » faibles

Le noir et blanc peut éventuellement faire naitre des réticences à certains lecteurs non avisés. Mais l’essor du manga prouve que ce n’est pas un obstacle insurmontable. La brutalité que l’on rencontre au fil des récits, parfois plus souple d’une aventure à l’autre, peut donner la nausée : on broie du noir, on devient blanc, on peut parfois avoir du mal à enchainer les pages…Malgré tout, l’alternance des époques nous sauves de cette avalanche de violence.

 Pourquoi se jeter à corps perdus dans ces aventures

Pour se rendre compte à quel point l’Homme n’a eu de cesse de se combattre lui-même. A cause d’objets, d’argents, de territoires,…Alors qu’au final, il prend conscience que sa victoire, c’est sa fin. Présenter la violence de l’histoire, exposer la brutalité de la guerre, c’est l’essence de Two-Fisted Tales. Le lire, c’est en prendre conscience avant qu’il ne soit trop tard.

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

A propos Agence

A lire aussi

Les p’tits flaps – Cache-cache myrtille

Cache-cache myrtille est un nouveau livre, pour les jeunes lecteurs, qui vient compléter la collection ...

Un commentaire

  1. Pingback: WEIRD SCIENCE – L’anthologie de la science-fiction façon EC COMICS

Lire les articles précédents :
Roman : le style « Mom Porn » débarque en France …

Connaissez-vous cette nouvelle mode, que l'on peut traduire par : le porno de maman ? Elle fait ...

La gymnastique rythmique à la portée de tous

 Fondé en août 1987, le club de gymnastique Six-Fournais (83), permet l’accès  aux activités gymniques ...

Bataille navale à 3 joueurs !

Tout le monde à en tête  la célèbre phrase "Touché, coulé !". Et bien en mer ...

Fermer