Accueil / En Région / Crazy Horse à Cannes: «C’est un privilège de pouvoir venir danser ici»

Crazy Horse à Cannes: «C’est un privilège de pouvoir venir danser ici»

Interview: Le Crazy Horse est à Cannes pour cinq semaines de spectacle, du 19 juillet au 24 août prochain pour un show exclusif à la fois sexy et glamour en partenariat avec le Majestic, célèbre palace cannois. La danseuse, Loulou de Paris ainsi que la Show Manager du Crazy, Fuzzy Logic, suivit du Manager du Fouquet’s Cannes reviennent sur cet événement exceptionnel.

La troupe du Crazy Horse sur "God save our Bareskin"
La troupe du Crazy Horse sur « God save our Bareskin »

 

France Net Infos: Le Crazy Horse souvent nommé Le Crazy, célèbre cabaret Parisien, est en tourné pour la seconde fois, en ce moment à Cannes pour cinq semaines de spectacle glamour sur la renommée terrasse du Palais des Festivals et des Congrès. C’est la première fois depuis le début de votre tournée en octobre 2010 que le cabaret s’installe aussi longtemps dans une même ville. Quelle place occupe la ville de Cannes dans le coeur du Crazy Horse ?

 

Loulou de Paris: C’est très important pour nous dans le sens où Cannes est le symbole du glamour et de la beauté chic avec le festival de Cannes chaque année qui fait rêver des millions de personnes. Donc, oui c’est juste un privilège de pouvoir venir danser ici.

 

France Net Infos: Cannes, une ville ambivalente, où se côtoie en permanence le luxe  sous toutes ses coutures et le charme d’un village de pêcheur, est aussi un carrefour incontournable pour les visiteurs du monde entier en vacances sur les bords de la Méditerranée. Cette rencontre entre l’abondance du luxe et la fraicheur des paysages autour des différentes civilisations est-elle source d’inspiration pour l’innovation d’un nouveau tableau ?

 

Fuzzy Logic: La troupe de tournée est faite. ce show là a été conçu il y a pratiquement trois ans maintenant. C’est un show qui est fixe, qui ne se modifie pas. Donc là en l’occurrence, non, ça ne nous a pas inspiré. Mais le luxe en général, le glamour, comme le disait Loulou, nous inspire de toute façon. Pas spécialement à Cannes, mais justement ça va bien ensemble.

La danseuse, Enny Gmatic sur "Leçon d''érotisme"
La danseuse, Enny Gmatic sur « Leçon d »érotisme »

 

France Net Infos: Le spectacle, Forever Crazy, rend hommage à Alain Bernardin, fondateur du Crazy Horse. Ce show glamour et étincelant est une sélection d’un douzaine de tableaux populaires, datant pour certains depuis plus de vingt ans à l’image du bien connu «God save our Bareskin». Comment faites-vous pour que la magie continue d’opérer sans que le public se lasse de voir les mêmes numéros et de donner ainsi l’image d’un nouveau spectacle ?

 

Fuzzy Logic: Ce numéro est tellement emblématique de cette maison, que ça ne se démode pas. Il n’y a pas de nouveautés pour cette fois-ci.

 

France Net Infos: Depuis sa création en 1951, le Crazy place la femme et plus largement la féminité au centre de son univers. Pourtant, Forever Crazy, offre non sans humour a un homme, Robert Muraine, la possibilité de se produire sur scène en faisant une caricature spectaculaire d’un strip-tease. Est-ce une caricature visant à souligner la place de la femme dans l’imaginaire masculin ou au contraire à mettre en valeur l’homme ? Et comment s’est-il intégré dans le groupe ?

 

Loulou de Paris: Comment il s’est intégré à la troupe, je ne sais pas. La première fois que l’on a travaillé avec lui, c’était l’année dernière, ça a été un carton donc du coup, il est maintenant tout le temps avec nous. Ensuite le choix, d’un homme dans notre spectacle, c’est peut-être, enfin je pense, que c’est un peu aussi pour alléger l’atmosphère. On ne cherche pas à faire passer un message.

 

Fuzzy Logic: L’artiste de variété a toujours été un homme. On ne demande que des gens de talent, ça peut être un magicien, un humoriste… On a beaucoup de choses de différentes, pas forcément un danseur. Il s’est bien fondu dans le spectacle. Il joue beaucoup, il s’est bien intégré de lui même dans notre genre. Il joue avec ses hanches, il enlève sa veste. Il a adapté un peu son numéro pour vraiment se fondre dans notre spectacle.

Loa Vahina sur "Legmania"
Loa Vahina sur « Legmania »

 

France Net Infos: Le Crazy, est aussi le reflet indéniable de l’art du nu. C’est sans aucun doute un des arts le plus difficile à mettre en scène de part sa proximité avec des éléments érotiques et sexuels à la limite pornographie. Comment Le Crazy fait-il pour ne pas franchir cette limite et de donner ainsi un spectacle sexy ?

 

Loulou de Paris: On ne rentre jamais dans le vulgaire. Même dans nos chorégraphies, on doit limiter nos mouvements. Jamais outre-passer la vulgarité. On a une toute petite limite. On ne va jamais trop loin dans nos chorégraphies. Il n’y a pas que les mouvements, il y a aussi les lumières, il y a pleins de choses qui sublimes le show.

 

Fuzzy Logic: La mise en scène est faite pour ne jamais dépasser cette limite. Ce n’est pas facile. Même une expression peut facilement être vulgaire ou grossière.

mudes sur "Crisis ! What Crisis ?"
mudes sur « Crisis ! What Crisis ? »

 

France Net Infos: À Cannes, le Crazy Horse, se produit dans un confortable chapiteau, fait de velours et de bois, recréant ainsi l’atmosphère du Cabaret de l’avenue Georges V sur une scène de 3m sur 6, ce qui est relativement petit comparé à une scène classique. Par quels moyens affrontez-vous ce défi à la fois technique et délicat ?

 

Loulou de Paris: C’est exactement la même scène que Paris. On l’a reproduit à l’identique pour justement garder l’environnement. D’ailleurs, c’est la seule scène de tous les cabarets parisiens, qui est aussi petite. C’est vraiment notre particularité à nous. Monsieur Bernardin voulait que la scène soit une boîte à bijoux et que l’on soit des petits écrins à l’intérieur et de garder ainsi des choses mystérieuses. On peut le voir aussi comme un écran de cinéma. On veut garder ce côté très intime. Pour nous, ce n’est pas une frustration, au contraire, on s’y sent bien, c’est une scène vraiment différente de toutes celles que j’ai pu connaitre. Cette scène est magique.

 

Fuzzy Logic: Tout est adapté de toute façon. On a pas trop de praticable comme vous avez pu le voir, tout est limité exprès pour vraiment mettre en valeur la danseuse.

 

France Net Infos: Cinq semaines de représentation, c’est une durée longue, voir exceptionnelle pour un spectacle en tournée. Cela nécessite une logistique importante. De quelle manière est-elle organisée tant sur le plan humain que matériel ?

 

Fuzzy Logic: On a quatre régisseurs au plateau. Deux régisseurs à l’arrière pour le son et la lumière. Une costumière dans les loges. Moi aussi qui supervise un petit peu. Là en l’occurrence,nous avons un chef de projet, et en amont nous avons, un chargé de production, commercial, marketing. Enfin ça a été, beaucoup de travail sur peu de temps pour tout organiser et que quand on arrive tout soit parfait. On sait exactement ce que l’on a besoin pour la période. La costumière est là pour nettoyer les costumes et les perruques ainsi que tous les accessoires tous les soirs.

 

Loulou de Paris: On ne tourne jamais. Nous sommes dix danseuses. C’est assez sportif surtout sur ce spectacle là. Il est bien dynamique. C’est notre travail, notre métier, on a aussi l’endurance pour ça. On est préparé pour ça. Le plus dur étant les premières semaines en raison de la mise en place et des répétions.

 

 

France Net Infos: Cannes est aussi une ville de divertissement où se concentre paysages bucoliques et lieux festifs. Quels souvenirs marquants avez-vous de votre passage à Cannes ?

 

Loulou de Paris: Mon anniversaire (rire). On a fêté mon anniversaire ici, sur le ponton du Martinez, c’était très sympa.

Le chapiteau où se produit chaque soir le show
Le chapiteau où se produit chaque soir le show

 

France Net Infos: Le Majestic Barrière, renommé palace de la côte d’azur élu meilleur hôtel du bord du monde, propose des soirées d’exceptions durant la venue du Crazy Horse à Cannes. Pour cette occasion Le Majestic regorge d’imagination avec des soirées «Crazy Majestic». En quoi consiste ces fameuses soirées «Crazy Majestic» ?

 

Jérémy Bruyère: On a deux forfaits. Deux types de partenariats. Le premier, c’est le «Crazy Gold», vous avez un dîner au Fouquet’s, avec le menu découverte sans les boissons, et bien sûr une entrée au Crazy Horse qui est comprise dedans dans la catégorie «Gold». C’est une catégorie très bien placée au niveau de la scène et on vous offre une bouteille de champagne cuvé «Crazy» ce soir là. Vous avez une deuxième catégorie, la catégorie «Diamond» qui est un catégorie supérieure dans le même format, vous venez au Fouquet’s pour dîner et vous vous rendez au spectacle après dans le même emplacement. En revanche vous avez, une bouteille de «Perrier Jouet Grand Brut» que vous dégustez durant la soirée.

 

France Net Infos: Le Palace offre du 5 au 11 août prochain au bar du réputé Fouquet’s Cannes, un cocktail au nom aphrodisiaque, le Zula Zazou, inventé en l’honneur des danseuses du Crazy Horse. Un cocktail à base de jus de pamplemousse rose et de Champagne. De quels éléments vous êtes-vous inspirer pour concevoir ce cocktail exotique ?

 

Jérémy Bruyère: C’est le chef barman qui l’a élaboré à la suite d’une rencontre avec une personne du Crazy, elle voulait quelque chose d’assez féminin et pétillant, d’où le champagne, et on avait pas une réelle envie de suivre le code rouge du Crazy, on voulait vraiment quelque chose qui appartienne à Cannes et au monde féminin. On a pensé que le pamplemousse rose, en plus en association, donne quelque chose de sympa et bizarre. C’est traditionnel mais ça reste étrange. C’est très simple mais il faillait y penser. Vous savez cet accord un peu acide et réveillant avec des bulles c’est sympa.

 

France Net Infos: Le palace dispose également d’une plage, deux restaurants à la française, le Fouquet’s Cannes et la Petite Maison de Nicole, ainsi qu’une multitude d’autres services. Le Majestic proposera-t-il d’autres surprises durant la présence du Crazy ?

 

Jérémy Bruyère: Non, le Majestic, ne proposera rien de plus.

 

France Net Infos: Et à ce stade d’un point du vue économique, la formule a-t-elle fonctionné ?

 

Jérémy Bruyère: Oui, bien sûr, car lorsque vous sortez, vous vous posez toujours la question de savoir où l’on mange et ce que l’on va faire. La formule donne droit à des remises, 20% sur les places et 10% sur le menu, c’est donc toujours sympa de bénéficier de deux remises en une. Il faut savoir qu’à Cannes, le prix moyen d’un dîner est entre 50 et 60€ par personnes. Donc c’est très intéressant car pour 165€ par personnes, on vous propose un spectacle avec une bouteille de champagne et un repas avant dans un restaurant d’un palace cannois.

 

Votre correspondant de presse à Cannes et Toulouse, Christophe Carugati

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

A propos Christophe Carugati

A lire aussi

Arles, la 8ème édition « Octobre-Numérique » montre le ON !

Une 8ème édition « Octobre-Numérique » sous le signe du « On », pour allumer les machines et les ...

Lire les articles précédents :
Cale tête « bien faite » de Badabulle.

Badabulle, marque française de puériculture, créée en 2006, s’efforce à présenter des articles de qualité ...

Les 1001 livres qu’il faut avoir lus dans sa vie

Vous vous apprêtez à partir en vacances, mais vous ne savez pas quels livres emmener ...

Les Schtroumpfs 2, un jeu schtroumpfant de Ubisoft

  Vous connaissez certainement les Schtroumpfs non ? Ces petits êtres bleus qui ont fait le ...

Fermer