Accueil / Culture / Littérature / BD / En diagonale de Simon Bournel-Bosson et Maxime Gueugneau

En diagonale de Simon Bournel-Bosson et Maxime Gueugneau

Avec l’ouvrage En diagonale, les éditions Kiblind présentent un carnet de route déjanté et terriblement sympathique de Simon Bournel-Bosson et Maxime Gueugneau.

en diagonale

Le résumé :
N’écoutant que leur courage, Simon Bournel-Bosson et Maxime Gueugneau sont partis à la découverte d’un humus exceptionnel : la « Diagonale du vide », nom peu reluisant pour désigner un quart du territoire français.

En effet, cette ligne fictive – discutable et discutée- joint entre elles des zones à faible densité de population sur un tracé quasi continu des Ardennes jusqu’aux Pyrénées-Atlantiques. Ce qui lui vaut un dédain et une ignorance profonde de la part du reste de la France.

L’objectif était double : lutter contre la méconnaissance de ces territoires et évidemment rigoler un maximum. Le duo composé de l’illustrateur Simon Bournel-Bosson et du journaliste Maxime Gueugneau a donc affronté les vents et les marées mais surtout les aires d’autoroutes, les bars douteux, les soirées étudiantes, les marchands de cornichons, les cadavres de nonnes, les sandwicheries, les tex-mex, les fantômes et autres magasins de bidons sacrés pour se convaincre qu’il n’y avait rien de « vide » dans cette diagonale.

En quatre étapes allant de Saint-Dizier à Pau, sur près de 1000 km, en passant par Auxerre, Commentry, Vézelay, Montluçon, Bar-sur-Aube, Tulle, Uzerche, Tarbes ou Lourdes, le tandem a vécu pas mal d’aventures qu’ils se font un plaisir de nous raconter en textes et en images.
Mon avis de lectrice :
On retrouve un ton libre et malicieux dans cet album très réussi : En diagonale de Simon Bournel-Bosson et Maxime Gueugneau, à l’image de leur postulat de départ. Mais ce qui aurait pu nous laisser penser à un gros canular s’avère au fil des pages une peinture réaliste de la « France d’en bas », loin de l’effervescence des grandes villes et de la capitale.

Cette France oubliée des petits villages où il ne se passe rien, où les faits divers sont glauques à souhait, où la convivialité se passe forcément autour d’un verre d’alcool dans un bar miteux est décrit avec gouaille dans ce carnet de voyage un peu trash. En diagonale montre le portrait d’une certaine France au passé résolument mort, à la jeunesse sans vraie lueur d’espoir.

Le vocabulaire est fort avec des termes percutants comme : désert d’asphalte, jeunesse déprimée, volets fermés, muséification, désœuvrement juvénile. Mais le ton décalé, bourré d’humour, incisif et résolument moderne apporte une touche de second degré salutaire. Les illustrations aux couleurs vives attirent l’oeil, avec une mise en page originale et attractive. Cette « mise en scène » du propos en relève le fond et le renforce, avec des rubriques comme « wall of fame » ou « aire de repos » qu’on retrouve avec curiosité à chaque étape du voyage.

Parfois borderline dans leurs descriptions, Simon Bournel-Bosson et Maxime Gueugneau marchent allègrement sur le rebord de la cuvette sans jamais tomber dedans ! Du bon boulot. Bonnes lectures.

Pour acheter le livre c’est ici.

A propos alissash

A lire aussi

Les chevaliers des Gringoles, Livre 2, Opération Goofus

Opération Goofus est le deuxième livre de la nouvelle série d’Erwan Ji, Les Chevaliers des ...